Accueil Politique Mondial Paris 2018 : 3 questions à Valérie Pécresse.

Mondial Paris 2018 : 3 questions à Valérie Pécresse.

842
13
PARTAGER
Mondial Paris 2018 - Paris Motorshow 2018 - Valérie Pécresse

A l’occasion du Mondial de l’auto 2018, nous avons rencontré Valérie Pécresse, présidente (LRI) de la region Ile de France. Elle a annoncé en mai 2018 un plan de soutien au développement du véhicule autonome. Ainsi, la région va investir 100 millions d’euros pour rendre les infrastructures plus intelligentes et permettre le développement de l’expérimentation de véhicules autonomes.


Ces fonds serviront principalement à financer des voies dédiées sur certaines routes et autoroutes. Ces voies seront équipées de systèmes informatiques pour permettre la circulation de flottes de véhicules autonomes. Sont notamment concernées entre l’A1 entre Paris et Roissy, l’A6 entre Paris et Orly, l’A4 pour la desserte de Marne-la-Vallée, l’A13 jusqu’à Saint-Quentin-en-Yvelines et enfin l’A86 entre l’A1 et La Défense. Les travaux sont prévus fin 2019 et début 2020 pour un démarrage des expérimentations à la suite. Elle a livré ses réponses aux 3 questions centrales de notre rédaction.

  1. L’Ile de France est une région qui traditionnellement construit des voitures, comment voyez-vous son rôle à l’ère de l’autonome ?

Le véhicule autonome constitue selon nous l’avenir de l’industrie automobile. Nous sommes la première région ”automobile” en France. Il y des centaines de milliers d’emploi directs et induits en jeu.
Nous travaillons donc sur ce véhicule autonome à la fois avec les équipementiers comme Valeo par exemple mais aussi les constructeurs Renault, Nissan et PSA, qui sont franciliens d’ailleurs.

  1. Quels axes privilégiez-vous ?

Nous souhaitons que notre région soit à la pointe de l’expérimentation des véhicules autonomes.
Nous avons donc cherché là ou nous pouvions apporter de la valeur ajoutée, c’est à dire en équipant les autoroutes et en permettant les expérimentations. L’objectif est de permettre l’expérimentation en vitesse réelle , avec une attention particulière pour les échangeurs puisque l’insertion comme l’extraction du véhicule autonome dans la circulation est un point particulièrement délicat.

L’objectif est de travailler dans un premier temps sur le bus autonome comme une navette. Nous expérimentons déjà le principe dans le bois de Vincennes, à la gare d’Austerlitz et sur le parvis de La Défense et à Saclay. Il s’agit de petites navettes qui ont un circuit dédié, elles sont donc protégées.L’étape suivante consiste à intégrer ces navettes autonomes dans la “vraie” circulation. C’est ce que nous allons tester sur les autoroutes, d’abord sur les bandes d’arrêt d’urgence afin de permettre la circulation de bus autonomes ou de robots taxis. Notre objectif grâce à l’autonomie et au digital est d’accroitre l’offre de transport à la demande.
Un transport qui viendrait vous chercher au point de votre choix pour vous emmener à destination.

  1. Selon vous à quelle échéance verra-t-on un véhicule autonome en Ile de France ?

Je ne pourrais pas vous répondre concernant un véhicule individuel car en tant qu’autorité de transport nous ne serons gérons pas les véhicules individuels mais collectifs. Mais les experts s’accordent à dire que le taxi autonome par exemple serait probablement en service vers 2025.

Poster un Commentaire

13 Commentaires sur "Mondial Paris 2018 : 3 questions à Valérie Pécresse."

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
miké
Invité

Ségrégation 3.0

Lou 17
Invité

Elle a besoins d’un cerveau autonome , la girouette à géométrie variable !!! dire que le V.E est propre ,à vérifier en amont de sa construction …!

ART
Invité

C’est de la comm de politiques de merde, y a qu’à voir son sourire lunaire….

Pedro5
Invité

Comment faites vous pour faire autant de choses dans votre vie? Comment reussissez vous à assumer autant de responsabilités avec succes?

Beniot9888
Invité

Des navettes autonomes qui roulent sur les bandes d’arrêt d’urgence ?
1- ce n’est pas vraiment se mêler à la circulation que de rouler à coté.
2- les bandes d’arrêt d’urgence ne sont pas faites pour ça !!!

ART
Invité

Tout à fait Beniot ! On n’est plus à une incohérence prêt avec ce genre de politiques qui assène avant tout !

Alex
Invité

Ce n’est pas un peu (beaucoup ?) reducteur d’envisager une economie de l’automobile au simple de rang de la region ?
De mon point de vue, c’est tout le pays qui est en retard en matiere de vehicule electrique et autonome. Certes les deux gros constructeurs bossent dessus mais ou sont les « start-up » qui se creent en se basant sur ce modele de transport tel que l’on peut le voir dans les autres pays (UK, US, Allemagne…).

Lee O Neil
Invité

Tout le pays en retard ?

Et Navya ?
http://www.navya.tech
https://fr.wikipedia.org/wiki/Navya
Cette société a des navettes autonomes opérationnelles dans plusieurs pays.
https://www.leblogauto.com/2017/04/navya-va-produire-aux-etats-unis.html

Et Easymile ? entreprise toulousaine.
http://www.easymile.com/
https://www.leblogauto.com/tag/easymile
https://fr.wikipedia.org/wiki/EasyMile_EZ_10

Le transporteur français Transdev opère des navettes autonomes françaises et pas qu’en France. La preuve encore pas plus tard qu’hier sur le blog auto:
https://www.leblogauto.com/2018/10/bus-scolaire-americain-jaune-voie-de-disparition.html

Et Valeo ?
https://www.valeo.com/fr/voiture-autonome-sur-route/

http://www.vipress.net/vehicule-autonome-et-connecte-110-millions-deuros-leves-pour-24-start-up-francaises/

Il n’y a donc pas que les groupes Renault et PSA qui travaillent sur le sujet du véhicule autonome en France.

wpDiscuz