Accueil Constructeurs chinois Magna va produire en Chine avec BAIC, et pour d’autres

Magna va produire en Chine avec BAIC, et pour d’autres

338
0
PARTAGER
Usine BAIC de Zhenjiang

La coopération entre Magna et BAIC va encore se renforcer. L’équipementier canadien et le groupe chinois vont en effet donner naissance à deux coentreprise pour concevoir et produire des voitures électriques en chine. Pour BAIC, mais aussi pour d’autres constructeurs…

Voici deux mois, Magna signait un important contrat de conception d’une nouvelle plateforme pour véhicules électriques avec BAIC. Mais au delà de cet accord, les deux entreprises ont donc prolongé leurs discussion, pour donner naissance à une association d’un nouveau genre.

En effet, avec BAIC, Magna compte reproduire en Chine le succès rencontré par son antenne autrichienne Magna Steyr. Deux coentreprises vont ainsi être créées. La première sera consacrée à la conception de véhicules électriques, et héritera du projet de plateforme commandé par BAIC au printemps dernier. La seconde sera dédiée à la production de véhicules électriques, et reprendra pour sa part l’usine BAIC de Zhenjiang (Jiangsu). Un site capable de produire 180000 unités par an. Mais la nouveauté est que ces coentreprises ne travailleront pas pour le compte exclusif de BAIC, mais aussi pour d’autres constructeurs.

Le marché n’est pas anodin. En effet, de nombreuses start-up naissent régulièrement en Chine avec pour ambition de devenir constructeur. Et pour cela, ce ne sont pas toujours les fonds qui manquent. Le savoir faire de conception est souvent acquis via des débauchages chez d’autres constructeurs, y compris japonais, coréens, américains ou européens. Mais le principal obstacle se nomme bien souvent « licence de production ». Un sésame accordé au compte-goutte par la NDRC.

Ainsi, via l’installation d’une usine parée à produire sous contrat, plusieurs de ces start-up pourraient débuter leur activité. Les discussions sont en cours avec les autorités chinoises pour la finalisation des accords entre Magna et BAIC. Mais l’intégration d’une usine existante assure à la coentreprise la fameuse licence de production, qui limite uniquement le type de véhicule et le nombre, mais assurément pas la marque apposée sur leur capot.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz