Accueil Endurance 24 heures du Mans 2018 : Toyota entre dans l’histoire

24 heures du Mans 2018 : Toyota entre dans l’histoire

4126
19
PARTAGER

Après une 86ème édition des 24 heures du Mans qui laissera sans doute certains observateurs mitigés, Toyota remporte enfin la timbale avec un équipage prestigieux. Pour Nakajima, c’est la conjuration du signe indien qui l’avait vu abandonner en 2016 à un tour de la fin, en tête.

Deux dernières heures sous tension

Quand la Toyota TS050 Hybrid N°7 fut signalée au ralenti dans la ligne droite des Hunaudières. avec Kamui Kobayashi au volant, la pression est montée d’un cran. D’autant plus que la caméra embarquée dans le voiture montrait que l’auto était bloquée en première vitesse à 80 km/h. Une fois que le pilote ait pu ramener l’auto au stand, Pascal Vasselon, directeur de Toyota Motorsport GmbH expliquait: « Notre pilote nous a fait une blague. Il a tout simplement oublié de s’arrêter au stand pour ravitailler lors du tour précédent. Il est donc rentré en mode économie de carburant. »

On aura du mal à croire cela, d’autant plus que pour avoir entendu Sébastien Buemi dire « ils nous ont demandé de ne pas pousser », on peut plutôt penser que quelques soucis au niveau de la gestion du nombre de pneumatiques réclame un ajustement précis, qu’il convenait d’effectuer pour éviter toute pénalisation.  De plus, Toyota ne pourra sans doute pas prétendre à battre le record du nombre de tours en course, à cause des safety-car. En effet, plus que jamais l’impérieuse nécessité de vaincre enfin au Mans impose une prudence stratégique et de pilotage de tous les instants et qui devient pesante pour tous ceux sont directement impliqués dans cette affaire.

Alors, oui au final Toyota aura rempli son contrat de vaincre, enfin au Mans. Rebellion en catégorie LMP1 non-hybride a relevé le gant avec maîtrise et détermination confirmant sa place de grand team dans ce monde impitoyable de l’endurance.

On pourra toujours gloser sur le fait que Toyota était seul au monde ou presque. On oublie les éditions où Porsche ou encore Audi n’avaient pas plus grosse opposition. De plus, il faudra encore patienter, car l’an prochain, pour boucler la grande saison à cheval sur 2018-2019, on se trouvera au Mans avec la même réglementation.

Une bagarre en LMP2

Nous avons, depuis le début de cette 86ème édition des 24 heures du Mans, toujours mis en avant la qualité des concurrents engagés en catégorie LMP2. Tout au long des deux tours d’horloge les 20 équipes ont apporté la preuve à la fois de la qualité des autos, du haut niveau de pilotage et de staffs techniques très expérimentés.

On n’est pas étonné de voir triompher le G-Drive Racing sur l’Oreca N°26, qui avait déjà accédé à la seconde place en LMP2 en 2015 et 2016.

L’Alpine N° 36 qui avait gagné en 2016 et terminé 3ème en 2017 accède à la seconde place. On voit accéder à la troisième place, le Graff-So24 qui au Mans s’était classé 5ème en 2017.

Comme nous avions bien senti à travers les propos de notre ami Tristan Gommendy combien cette édition avait été préparée avec un soin infini, nous avions choisi d’aller rencontrer Vincent Capillaire son équipier en début de course.

Voilà ce qu’il nous confiait.

« On avait perdu un peu de temps aux essais à cause d’une panne électrique que l’on a préféré résoudre pour être tranquille pour la course  on a perdu 3 à 4 heures d’essais qu’on a pu en partie rattraper en fin des qualifs Q3 et Q4. De cette  façon nous disposons d’une bonne auto, c’est sympa à rouler. On s’en sort pas trop mal même si avec les GT qui ne se font aucun cadeau. Ils se mettent bien à deux de front , à nous de faire le job pour trouver les endroits pour passer sans risque. »

A deux heures de l’arrivée nous le retrouvions  avalant un frugal repas.

Alors le roulage c’est terminé pour vous?

« Non, justement il est possible que je remonte dans la voiture pour le finish. Tout va dépendre de mes coéquipiers, de leur forme. »

Dans quel état d’esprit est-on quand on vise le podium?

« Il faut faire totalement abstraction de ce que peut être notre place à l’arrivée  et se mettre dans une bulle. On y arrive en  s’immergeant avec ses mécaniciens , on ne se pose aucune question, on verra  e qui se passera quand il y aura le damier, mais tant qu’il n’a pas le damier… »

La voiture est toujours efficace?

« La voiture marche bien. Nous ne connaissons aucun problème. Nous avons une bonne balance, la voiture est efficace. La piste devient très piégeuse, nous devons rester extrêmement vigilant. Tout est possible et il faut rester très concentré. »

On sait que dans cette catégorie une lutte sans merci opposait Oreca et Ligier. Ligier a tenu la dragée haute à Toyota tant que la N°33 du team Panis-Barthez a pu exploiter à fond son auto chaussée en Michelin très efficaces. Malheureusement le problème d’embrayage ruina ses espoirs et elle rallie l’arrivée en 11ème position de la catégorie laissant la Ligier n°32 d’United Autosports hisser les couleurs de la marque à une  5ème place méritoire.

Porsche gagne en GTE, comme un pied de nez

Nous l’écrivions, je crois dès la journée test, Porsche n’entendait pas disparaitre du palmarès des 24 heures, même si l’on ne concourrait plus pour le classement scratch.

Il semble bien que l’on ait dupliqué le service course existant pour les 919, -sans doute réclamant un budget moindre- en l’appliquant aux Porsche 911 RSR. Alors, sur ces 24 heures, avec un culot monstre les pilotes des Porsche comme des Ford ne se quittèrent pas d’une roue mais avec les allemands devant, les quatre autos étant classées dans le même tour.

En GTE Am, la lutte ne fut pas moins rude entre la Porsche Dempsey n° 77 et la Ferrari N° 54 Spirit of the race.

Au final cette édition fut exceptionnelle. On se réjouira tout particulièrement pour Pascal Vasselon le directeur technique Toyota dont nous saluons la résistance psychologique et la rigueur technique.

Avec 256 900 spectateurs les 24 heures du Mans démontrent la place qu’elles tiennent dans le cœur du public. Alonso a su attirer les foules  et conquérir une victoire historique d’un pilote de Grand Prix en activité remportant la course pour sa première participation.

[Mise à jour 18/06/2018 : la Ford GT #67, arrivée 4ème a reçu une pénalité pour ne pas avoir suffisamment réparti le temps de roulage des pilotes. Kanaan n’a pas assez roulé. Elle est déclassée à la 12ème place.]

PositionCat.Equipe
1#8LMP1Toyota Gazoo Racing
2#7LMP1Toyota Gazoo Racing
3#3LMP1Rebellion Racing
4#1LMP1Rebellion Racing
5#26LMP2G-DRIVE RACING
6#36LMP2Signatech Alpine Matmut
7#39LMP2GRAFF-SO24
8#28LMP2TDS RACING
9#32LMP2UNITED AUTOSPORTS
10#37LMP2Jackie Chan DC Racing
11#31LMP2DRAGONSPEED
12#38LMP2Jackie Chan DC Racing
13#29LMP2Racing Team Nederland
14#33LMP2Jackie Chan DC Racing
15#23LMP2PANIS BARTHEZ COMPETITION
16#35LMP2SMP RACING
17#92GTE ProPorsche GT Team
18#91GTE ProPorsche GT Team
19#68GTE ProFORD CHIP GANASSI TEAM USA
20#67GTE ProFord Chip Ganassi Team UK
21#63GTE ProCorvette Racing – GM
22#47LMP2CETILAR VILLORBA CORSE
23#52GTE ProAF CORSE
24#66GTE ProFord Chip Ganassi Team UK
25#51GTE ProAF CORSE
26#95GTE ProAston Martin Racing
27#71GTE ProAF CORSE
28#77GTE AmDempsey – Proton Racing
29#54GTE AmSPIRIT OF RACE
30#93GTE ProPorsche GT Team
31#85GTE AmKEATING MOTORSPORTS
32#99GTE AmPROTON COMPETITION
33#84GTE AmJMW MOTORSPORT
34#80GTE AmEBIMOTORS
35#50LMP2Larbre Competition
36#81GTE ProBMW Team MTEK
37#56GTE AmTeam Project 1
38#61GTE AmClearwater Racing
39#97GTE ProAston Martin Racing
40#70GTE AmMR Racing
41#69GTE ProFORD CHIP GANASSI TEAM USA
42#5LMP1CEFC TRSM Racing
43#86GTE AmGulf Racing
44#44LMP2EURASIA MOTORSPORT
45#11LMP1SMP RACING
46#48LMP2IDEC SPORT
47#90GTE AmTF Sport
48#22LMP2UNITED AUTOSPORTS
49#64GTE ProCorvette Racing – GM
50#10LMP1DRAGONSPEED
51#25LMP2ALGARVE PRO RACING
52#88GTE AmDempsey – Proton Racing
53#82GTE ProBMW Team MTEK
54#40LMP2G-DRIVE RACING
55#34LMP2Jackie Chan DC Racing
56#6LMP1CEFC TRSM Racing
57#17LMP1SMP RACING
58#94GTE ProPorsche GT Team
59#98GTE AmAston Martin Racing
60#4LMP1Bykolles Racing Team

Alain Monnot

Illustration : T. Emme/Leblogauto.com

Poster un Commentaire

19 Commentaires sur "24 heures du Mans 2018 : Toyota entre dans l’histoire"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Admin
Bravo à Toyota. Certes ils n’avaient pas à gérer de concurrence directe, mais ils ont fait, enfin, une course sans faute, hormis quelques pénalités bénignes. Et les évènements ont fait qu’ils n’ont pas eu à trancher arbitrairement entre leurs deux voitures, ce qui nous a même donné un début de bagarre pendant la nuit où Alonso et Kazuki ont mis le pied dedans de façon convaincante. Bravo aussi à Alonso qui a parfaitement joué son rôle, sans en faire trop, contrairement à un certain nombre de médias obsédés par la F1 et ne pouvant pas arriver à voir le sport… Lire la suite >>
Rowhider
Invité

Dommage que Porsche et Audi n’étaient pas à la fête, mais la malchance de Toyota aura été quelque fois un adversaire plus coriace que la concurrence au 24h. Pas d’erreur pour la N°8 et un gros boulot de Alonso pendant la nuit pour refaire le retard avec la N°7. Une victoire largement méritée, une délivrance et beaucoup d’émotion pour tout le monde dans la voie des stands.

Une course parfaite de JEV en LMP2 qui est en très grande forme cette année et superbe victoire sur ce plateau ultra concurrentiel.

Thomas
Invité

Audi s’est retrouvé dans cette situation de nombreuses fois(j’inclue les deux années Bentley, puisque c’était aussi des Audi « recarrossées et remotorisées » alors ne boudons pas cette victoire Toyota 😉

Invité
Dommage pour les accidents des privés (3 accidents et 2 problèmes techniques sur les 5 abandons), on à pu voir qu’elles sont toutes (sauf Ginetta) capable de tourné en 3:20 (ou mieux) ce qui est pas mal, mais quand même à 5s de Toyota, dommage aussi que Dragonspeed ai un pilote qui tournait moins vite que les lmp2 (en course en moyenne il était 10s plus lent que Van Der Zende) J’espère que la saison de WEC va permettre de les fiabiliser et qu’ils soient tous mieux préparées l’année prochaine pour la revanche (première fois de l’histoire que ça arrive?)… Lire la suite >>
klm
Invité

toyota tel le shadok sauvage a appliqué le trait de sagesse suivant: plus ça rate plus ça a de chance de réussir.

la 20 ème fois est ENFIN la bonne sinon comme l’a dit et le diront les commentateurs cette victoire n’est pas la pire que le mans ait vue ,les innombrables victoires Audi et Porsche le démontrent.

De plus du fait de s’afficher « partout »sur le circuit du mans audi apparaissait un peu trop puissant comme mécène de l’aco…..

wpDiscuz