Leblogauto.com

Genève 2018 Live : Jeep Wrangler

Le Salon de Genève 2018, l’occasion pour Jeep de présenter la nouvelle génération de la Wrangler. Histoire notamment de lui refaire une petite beauté. Car c’est tout de même après près de dix ans que le Jeep Wrangler JK cède sa place au nouveau Wrangler JL. Ce dernier devient donc de facto le nouvel héritier spirituel de la Willys conçue dans les années quarante pour l’armée américaine. LA Jeep !

Nouveau design : 1er défi à relever

En changeant de génération, le Wrangler passe de la dénomination technique JL à JK, mais conserve – n’ayez crainte ! – son look indémodable. Car, le nouveau design est un élément clé de cette nouvelle génération. Le défi à relever étant de respecter l’héritage du Wrangler tout en améliorant son raffinement. Défi semble-t-il relevé si l’on en croit les appréciations de notre envoyé sur place. Lequel aurait notamment succombé à son nouveau regard agrémenté de projecteurs au nouveau design ? On reconnait l’historique grille de la Willys.

Gageons que Jeep a su entretenir la pression sur ses concepteurs et designers en vue d’obtenir un résultat final à la hauteur du statut d’icône revêtu par le véhicule le plus emblématique de sa gamme. Un statut directement lié à la vocation première de la marque de répondre aux besoins et – aux plaisirs – de la conduite hors route.

2ème défi  : le volet technique

Autre défi lancé au delà du design : le volet technique. Un des enjeux majeurs étant d’améliorer la dynamique sur les routes balisées tout en améliorant encore plus les aptitudes en conduite hors route. Vaste challenge, dont l’accomplissement devra être vérifié via des essais appropriés. A noter, d’ores et déjà, que si le Jeep Wrangler bénéficie toujours d’un châssis de type « échelle » comme sur un véritable tout terrain, les ingénieurs sont parvenus à contenir son poids. Mieux encore, une baisse de 90 kg a pu être obtenue. Et ce, grâce au recours à l’aluminium.

Au niveau motorisation, un 2,0 essence de 270 ch, aidé par un système micro-hybride, fait son apparition. Un moteur V6 diesel devrait suivre, Jeep comptant parallèlement offrir une motorisation hybride pour le Wrangler en 2020.

A l’heure actuelle, Jeep décline trois versions – Sport, Sahara et Rubicon – des configurations à deux ou quatre portes, plusieurs types de toits et trois systèmes à quatre roues motrices, dont un à « rouage intégral ».

3eme défi : la fiabilité …

Souhaitons toutefois que le nouveau Wrangler permette à Jeep d’améliorer sa fiabilité à long terme, laquelle fait encore cruellement défaut.

Selon l’étude Vehicle Dependability Study (VDS) 2017 de J.D. Power and Associates, qui mesure la fiabilité des véhicules après trois années d’usage, la marque Jeep se positionne au 30e rang sur 31 marques, alors que la plus récente étude — de la même firme — sur la qualité initiale, appelée Initial Quality Survey (IQS) 2017, accorde au Jeep Wrangler une note de 2 sur 5.

Illustration : Leblogauto.com