Accueil Essais Essai Lamborghini Huracan LP 610-4 : Take my breath away

Essai Lamborghini Huracan LP 610-4 : Take my breath away

181
17
PARTAGER

Dans le cadre des Pirelli P Zero Experience, le blog auto a pu essayer longuement la Lamborghini Huracan, sur route et sur piste.

C’est difficile de juger une voiture comme l’Huracan. A la louche, 99% des lecteurs du blog auto la prendrait telle quelle ! C’est le genre de voiture que l’on a en poster au-dessus de son lit quand on est enfant et dont on reçoit le modèle réduit au 1/18e à Noël. L’objectivité est impossible. Que fait-on ensuite, une hagiographie, à coup de superlatifs ? Ou bien on critique le moindre détail, quitte à passer pour un pinailleur ?

Petite Lambo’

Depuis sa création, en 1964, Lamborghini a construit environ 30 000 voitures, parmi lesquelles 14 022 Gallardo. Soit près d’une voiture sur deux ! C’est à dire à quel point, elle fut un succès. Pourtant, auparavant, il semblait y avoir une malédiction des « petites Lambo » : les maladroites Urraco et Jalpa furent victime de la monoculture Countach. Quant à la jolie Calà, elle ne fut qu’un concept-car.

Essai Lamborghini Huracan ext 01

Produite à partir de 2004, la Gallardo s’offrit un lifting en 2007. Avec l’arrivée de l’Aventador, en 2011, ses lignes anguleuses semblaient datées. Il fallait la remplacer.

Essai Lamborghini Huracan ext 02

En 2014, l’Huracan déboule. La Gallardo était une Murcielago, en plus ramassée et en moins spectaculaire (donc sans portes coléoptères.) De la même façon, l’Huracan reprend les traits de l’Aventador, mais en plus compact et en moins agressif. Et toujours sans les fameuses portes.

Or, une Lamborghini se doit d’être baroque. On doit être sonné lorsqu’on la voit. Même aujourd’hui, une Countach semble débarquer d’une autre planète ! L’Huracan est belle, mais il lui manque ce côté provocateur, voir racoleur. Au moins, le profil est équilibré. Pas de boursouflure ; tout est profilé. L’aileron avant est bien intégré à la proue et il n’y a aucun appendice aérodynamique à l’arrière.

Essai Lamborghini Huracan ext 03

Après, cela reste une GT. On change de registre par rapport au commun des automobiles. Avec 4,46m de long et 1,92m de large, elle possède à peu près le même encombrement qu’une DS5… Sauf qu’elle ne mesure que 1,16m de haut. On a l’impression qu’un géant a marché dessus.

Et certains signent trahissent les hautes performances, comme ces généreux étriers de freins. Si vous devez freiner fort, c’est que forcément vous comptez aller très vite…

Essai Lamborghini Huracan ext 05

Top gun

On ouvre les portes « normales », puis on « descend » à bord. Si l’extérieur laisse sur sa faim, l’intérieur est impressionnant. Des switchs partout, des compteurs à affichage digital, y compris les jauges, sur la console centrale, de minces trapèzes en guise de palettes au volant… On se croirait dans un avion de chasse !

Essai Lamborghini Huracan ext 04

Pour démarrer, il faut lever la gâchette rouge, en bas de la console et envoyer un missile !

Essai Lamborghini Huracan ext 06

Lamborghini a cédé à la mode initiée par Ferrari du volant multifonctions. Plus de commodo, le clignotant est un bouton (les motards ne seront pas dépaysés.) Et tout en bas, il y a le sélecteur de mode : Strada (alias petit slip), Sport (plus viril) et Corsa (muchas cojones.)

Essai Lamborghini Huracan ext 07

Histoire de ne pas signer un publi-reportage, signalons que l’habitabilité n’est pas terrible (claustrophobes s’abstenir.) Le coffre ? Un gros pull, un blouson, un appareil-photo et il est plein ! Les plastiques de l’intérieur sont indignes d’une voiture à 203 400€. Les propriétaires se plaignent, parait-il et Lamborghini est en train de revoir sa copie. Et la palme de la pingrerie, c’est le MMI Audi transposé tel quel, sans même changer l’interface graphique !

Essai Lamborghini Huracan ext 08

Fin de la parenthèse, passons aux choses sérieuses…

LIRE LA SUITE >>>
50km/h en septième !
Now the time is here for Iron man to spread fear
Something something danger zone
Conclusion

Crédit photos : Joest Jonathan Ouaknine/Le Blog Auto

Poster un Commentaire

17 Commentaires sur "Essai Lamborghini Huracan LP 610-4 : Take my breath away"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
GREG
Invité

« la palme de la pingrerie, c’est le MMI Audi transposé tel quel, sans même changer l’interface graphique ! »
Je ne suis pas sûr de comprendre, l’écran de la Hurracan est spécifique pourtant.

Gautier Bottet
Editor

D’un point de vue technique, l’écran de la Hurracan est le même 12″3, associé à une puce graphique nVidia, que celui monté dans les R8, TT, Passat ou le nouveau Tiguan… Les graphismes des compteurs changent en partie.

Membre

C’est une plaie cet interrupteur de clignotant sur le volant, j’aurais préféré qu’il garde le commodo (plus pratique et sécuritaire)
Quand t’as tourné plusieurs fois le volant (dans un rond point par ex) tu sais plus de quel coté il faut switcher l’interrupteur

Labradaauto
Invité

pour l’ancienne, j’en reste à mon enfance avec la miura sv . Je me suis même assis dedans. la dernière vue est celle du Shah d’Iran à Genêve. Il en est une belle verte dans la vallée de la Moselle aussi . Pour la palme actuelle: l’aventador sv.
Je n’ai ni l’une ni l’autre.

wpDiscuz