Accueil Actualités Entreprise Ferdinand Piech démissionne de tous ses mandats chez Volkswagen

Ferdinand Piech démissionne de tous ses mandats chez Volkswagen

159
21
PARTAGER

Ferdinand Piech a perdu la partie qu’il avait entamée. Mis en minorité par le conseil de surveillance à cinq contre un, le patriarche de la famille Piech-Porsche n’attendra pas l’assemblée générale pour en tirer les conclusions et a démissionné de tous ses mandats dans le groupe Volkswagen, comme son épouse Ursula qui était également membre du conseil de surveillance, a annoncé Volkswagen samedi.

L’intérim sera assuré par Berthold Hube, le représentant d’IG Metall au conseil de surveillance, jusqu’à ce que le nouveau président du conseil de surveillance remplaçant Ferdinand Piech soit nommé. Ce devrait être Martin Winterkorn, l’actuel président du groupe, avec qui Piech avait pris ses distances il y a deux semaines, à la surprise générale. Peut-être pas tant une surprise que ça, d’ailleurs, puisque Piech s’était déjà offert la tête de deux prétendants au trône précédemment, lorsqu’ils menaçaient son pouvoir discrétionnaire sur le groupe : Bernd Pischetsrieder d’abord en 2006, sous le prétexte de divergences de vues sur le traitement de Scania et le retrait de la Phaeton, un des domaines réservés de Piech, puis Wendelin Wiedeking lors du psychodrame financiéro-familial en 2009 lorsque ce dernier tenta de prendre le contrôle du groupe Volkswagen via Porsche et que Piech, dans une manoeuvre digne des traités de tactique militaire qu’il affectionne, retourna la situation.

Dans les deux cas Ferdinand Piech avait pu rameuter à lui le reste du clan qui détient toujours la majorité absolue des parts du groupe Volkswagen. Pas cette fois. Le cousin Wolfgang Porsche a conservé son soutien à Winterkorn, tout comme le Land de Basse Saxe et les représentants du personnel, mettant Piech en minorité. Alors qu’on pensait que le patriarche, ayant perdu une bataille, était à la manoeuvre pour rebondir lors de l’assemblée générale prévue dans deux semaines, sa démission entérine sa défaite.

Quelles vont être les conséquences de son retrait ? Il est trop tôt pour le savoir, mais certains des projets nés de son initiative, comme la Volkswagen Phaeton ou Bugatti, perdent un allié de poids, tout comme les initiatives de prestige de façon générale, Winterkorn étant d’abord un réaliste. De même la politique sportive du groupe pourrait subir une réorientation. On sait que Piech, qui déteste Bernie Ecclestone, a toujours mis son véto à la participation du groupe en Formule 1. Là encore son départ pourrait amener à une réévaluation de ce projet.

Il est difficile de croire que le bon docteur Piech accepte la défaite de bonne grâce. Il reste un actionnaire de poids et une personnalité incontournable dans le clan Piech-Porsche. Même hors des structures, son pouvoir de nuisance reste considérable. Prochain épisode le 5 mai avec l’assemblée générale du groupe.

Sources : Reuters et divers
Crédit image : Capture d’écran Youtube

Poster un Commentaire

21 Commentaires sur "Ferdinand Piech démissionne de tous ses mandats chez Volkswagen"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
zak
Invité
Si le successeur de Ferdinand Piech applique une politique sportive réaliste, le groupe n’entrera pas en F-1. Il y a deux raisons principales qui justifient un engagement en sport automobile : le développement et la vente. Actuellement la F-1 est en net déclin. La Formula E, le WEC et le WRC sont mieux plaçés pour tester de nouvelles technologies à moindre coûts. Le groupe a manqué ses objectifs commerciaux aux États-Unis. La F-1 n’est pas un bon vecteur publicitaire outre-Atlantique loin s’en faut. Il est même probable que le groupe investisse beaucoup en publicité sans que cela ne débouche sur… Lire la suite >>
gigi4lm
Invité

Puisses tu dire vrai !
Je veux dire, Audi reste en WEC et ne va surtout pas en F1.

Marco
Invité
« Actuellement la F-1 est en net déclin. La Formula E, le WEC et le WRC sont mieux plaçés pour tester de nouvelles technologies à moindre coûts. » Net déclin, dans le coeur des passionnés oui, mais ça reste LARGEMENT la dicipline du sport auto le plus suivi par les médias. A la grande messe du 20h, on nous dit qui a gagner le GP. Vous entendez parler du vainqueur des 6h de Silverstone ou du e-prix de Long Beach? Non. Le WEC n’a de retombé qu’au Mans, c’est à dire 1 WE par an ou on parle d’Audi. Le DTM leur… Lire la suite >>
fistulinside
Invité

La F1 est devenu un support à sponsors essentiellement. Les courses ne sont visibles que sur des chaînes payantes (vous me direz elles seront bientôt toutes payantes), et les résultats dans les JT (TF1 de Bouygues), sont aussi étroitement liés aux intérêts financiers.
La F1 ne porte pas l’image technique des constructeurs généralistes car justement c’est un sport de prestige, loin du peuple. Après, pour les constructeurs de supercars c’est autre chose…
L’apparition de pilotes payants témoigne à quel point les enjeux financiers ont pris une place prépondérante dans ce milieu. Seuls les fils de peuvent espérer piloter gratuitement dorénavant…

Uberalles
Invité

Voila ce qui va rejouir les partisans de l’arrivée d’Audi en F1, ils ont tout torché en endurance, laissons Porsche prendre la releve. On va voir enfin le resultat du travail de Domenicali

SAM
Invité

Triste jour! Le monsieur, il vaut mieux l’avoir dans son équipe! « Son pouvoir de nuisance reste considérable. » A l’origine si Porsche voulait VW-AG c’était pour démanteler le groupe et garder Audi! Je trouve pas que le Monsieur a été nuisible à VW-AG bien au contraire! On en reparle dans 3 ou 5 ans quand la machine sera grippé! Je suis assez admiratif de son bilan.

wizz
Membre

quel est l’intérêt d’acheter VW puis de la démanteler pour garder Audi???

SAM
Invité

@WIZZ. Développer Porsche avec les bases Audi (Skoda et Audi restent les labels les plus rentables du groupe)… Oui la famille Porsche trouvait le groupe trop gros!

GREG
Invité

@SAM: inexact.
Si Porsche voulait racheter VW, ce n’était pas pour démanteler le Groupe.
Mais pour assurer la pérénnité de la marque Porsche au sein d’un grand groupe, Porsche étant trop petit pour survivre seul, et il valait mieux être l’acheter que l’acheté.
Mais ce qui a fait « tuer » Wiedeking, c’était sa volonté de rendre VW rentable pour l’avenir.
Il avait prévenu que Bugatti, la Phaeton, et Seat seraient liquidés une fois arrivé au pouvoir. Ses mots « avec moi, il n’y aura plus de vaches sacrées ».
Mais jamais il n’était question de se séparer d’Audi…

wizz
Membre
Non SAM. Parce que les bénéfices d’Audi, son chiffre d’affaire, sa rentabilité, c’est essentiellement des bases en commune avec la majorité des voitures du reste du groupe, c’est à dire des bases communes avec des VW, ou Skoda, ou Seat. Prendre Audi, se séparer du reste de VW, c’est donc renoncer aux juteuses A3 (Golf, Leon…), aux A4 (Passat), etc… C’est aussi renoncer aux 2.0 TDI, aux 1.6 TDI (qui assure le gros volume des A1 et A3). Etc… Oui, une synergie en étroite collaboration Porsche-Audi, c’est bien. Mais ça fonctionne aussi actuellement, avec la présence de VW. Sans VW,… Lire la suite >>
GREG
Invité
Pourquoi le rachat de VW a échoué? Grâce au machavélisme de Piëch… Ce que l’article de l’expansion ne dit pas : A la base, tout était calculé au micropoil : Porsche s’endette à hauteur de presque 10 milliards pour monter à 75,1% des actions. Ce qui en théorie suffit pour stopper toute minorité de blocage, puisqu’il faut 25% pour cela. L’idée était d’ensuite éponger les dettes avec le cashflow de VW, auquel Porsche n’aurait eu accès qu’avec 75,1% des droits de vote. Or il y a la loi VW. Que disait-elle? 1) les actionnaires, quelle que soit la quantité d’actions,… Lire la suite >>
wizz
Membre
Pour pouvoir éponger les dettes en tapant dans la trésorie de VW, il fallait posséder tout VW, comme ce fut le cas pour Fiat avec Chrysler, en rachetant les parts restant de UAW. Le Lander ne vendait pas ses parts. C’était impossible d’emblée En revanche, possédant 75% des actions de VW, Porsche va aussi empocher 75% des bénéfices. Et ça, le Lander n’y peut rien. Oui, une dette de 10 Mds d’euros, c’est énorme Mais quand on possède 75% d’un groupe, qui a réalisé un bénéfice net proche de 5Mds, alors les créanciers se montreront très compréhensifs, sans compter que… Lire la suite >>
SAM
Invité

@WIZZ. Merci de me rappeler une histoire que j’ai suivi mais à l’origine c’est bien Audi qui intéressait Porsche!

wizz
Membre

mais pas Audi en solo, séparé du reste de VW
il n’y a aucun intérêt à procéder de telle sorte, à moins que l’on ne m’explique…

Luca di M
Invité

Piech, Piech, ….. Mme Piech ?

nico
Invité

Elle va bien elle vous a pas trop embêté ?

gloups
Invité

Pas un drame

wpDiscuz