Accueil Coupés Une Alpine-killer pour PSA

Une Alpine-killer pour PSA

232
19
PARTAGER

Carlos Tavares a de la suite dans les idées. Obligé d’abandonner la conduite du projet Alpine à la suite de son départ de Renault, le nouveau président du directoire de PSA aurait sans perdre de temps lancé l’étude de faisabilité d’un projet concurrent et très ressemblant au sein de sa nouvelle entreprise.

Persuadé qu’il y a un marché pour une vraie voiture de sport française, Tavares a reformulé à peu de choses près le cahier des charges établi pour Alpine au sein du groupe PSA : un coupé deux places léger, agile, abordable, de petite cylindrée, de conception intelligente et originale, avec une forte identité française façonnée par un passé en compétition. PSA possède un portefeuille de marques françaises défuntes, et a déjà puisé dedans dans le passé, on se souvient de Talbot. La rumeur de la renaissance de Simca a également un moment flotté pour une marque low-cost au sein du groupe. Mais il existe de fait un nom qui correspond parfaitement au profil défini: Panhard, marque que PSA garde au chaud après avoir vendu l’entreprise il y a une dizaine d’années à Overland. Plus spécifiquement la Panhard CD, une des très rares GT françaises des années 60, conçue par Charles Deutsch en collaboration avec la marque de l’avenue d’Ivry.

La Panhard CD, lancée alors que le constructeur vivait ses derniers moments, n’a connu qu’une diffusion confidentielle mais reste une auto remarquable. Ultra-légère avec 580 kg, motorisée par un bicylindre à plat de moins de 900 cm3, la Panhard CD offrait des performances étonnantes en regard de sa cylindrée (180 km/h en pointe) grâce à une aérodynamique extrêmement soignée pour l’époque, résultat des expérimentations de Charles Deutsch en compétition et en particulier aux 24 heures du Mans où les DB en CD Panhard se sont forgées une belle réputation dans les catégories de petite cylindrée, y compris à l’étranger où la marque Panhard conserve une excellente notoriété parmi les connaisseurs.

CD_Panhard_brochure

La nouvelle “Alpine-killer” pourrait donc s’appuyer sur cet héritage, en proposant un concept alliant performance et économie. L’un des arguments majeurs de cette nouvelle auto est qu’elle pourrait porter le lancement de la nouvelle technologie hybride-air, incarnant une application “plaisir” de cette technologie tout en ne dénaturant pas ses fondamentaux : simplicité, frugalité, agrément d’un petit moteur essence. De plus, pour pour reprendre un argument constamment cité par Carlos Tavares à l’époque du lancement du projet Alpine, le développement d’une auto de ce type, greffé sur le projet hybride-air, pourrait se faire à coût maîtrisé. Dans le même ordre d’idée, l’équipe mise en place par le nouveau patron de PSA envisagerait de postuler en 2016 ou 2017 au Garage 56 des 24 heures du Mans avec une Panhard CD moderne propulsée par un moteur hybride-air et un objectif de consommation très réduit. Comme l’a montré Nissan (l’ancien port d’attache de Tavares, tiens tiens), une opération de ce type a un ratio coût/impact médiatique imbattable, et pourrait mettre d’un coup la nouvelle Panhard CD dans le paysage avec un investissement limité.

cd_panhard_lm_64

Reste le probleme de l’industrialisation. Un partenariat est indispensable, mais compliqué à mettre en oeuvre, on l’a vu avec l’échec de celui de Renault et de Caterham. C’est pourtant encore une fois outre-Manche que compte se tourner PSA qui aurait pris des contacts préliminaires avec Gordon Murrayne, le célèbre ingénieur qui est lui-même à la recherche de partenaires industriels pour mettre en oeuvre ses techniques de fabrication révolutionnaires. Une alliance win-win, d’autant que le concepteur de la McLaren F1 apprécie particulièrement les concepts novateurs.

Tout ceci n’est encore qu’a l’état embryonnaire et Carlos Tavares devra convaincre le triumvirat des actionnaires de l’intérêt du projet, mais, entre Alpine et Panhard, le passé n’a jamais eu autant d’avenir.

Source : Autocar

Crédit images : Documents archive Panhard

Mise à jour : le 1er avril, nous aimons bien explorer un peu les environs de la réalité pour voir ce qui pourrait s’y passer… Mais Carlos Tavares a sans doute autre chose à faire que de ranimer Panhard en ce début 2014. Tant pis !

Poster un Commentaire

19 Commentaires sur "Une Alpine-killer pour PSA"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Nithael1970
Invité

Panhard existe encore puisqu’ils fabriquent les véhicules blindés leger de l’armée et sont basés à Bretigny/orge. 🙂

Invité

Un truc que je pige pas, que ça soit pour l’alpine ou ce fake, pourquoi psa ou renault aurait besoin d’aller a l’étranger pour avoir de l’aide, leurs résultats en compétition ou la onyx montre bien qu’ils savent faire de grosse de voiture (même si ils ne savent pas qu’elle vont se vendre…)

SGL
Membre

Oui c’est vrai @ blablapif
J’imagine que la motivation est le manque légendaire de confiance en soi des constructeurs français et l’espoir de partager les coûts et donc les risques avec un partenaire étranger plus marqué sur l’aura sportive, plus l’ambiance anti-vitesse qui règne en France.

Jiurk
Invité

L’intention de la RCZ-R, c’était de détrôner la TT-S. Le but est atteint sur plusieurs aspects, en partie. C’est convaincant:
http://www.zeperfs.com/duel1864-4616.htm

wpDiscuz