Accueil Alpine Traversée de Paris estivale 2013 « live »

Traversée de Paris estivale 2013 « live »

177
10
PARTAGER

Les anciennes à l’assaut de Paris! Dimanche dernier, pour la 6ème année, les vieilles voitures traversent la capitale. L’évènement devient si populaire, qu’il y a désormais une Traversée hivernale et une Traversée estivale. Le Blog Auto était présent à la Traversée hivernale et il est donc là, pour la Traversée estivale.Vincennes (94), 8h. Cela commence toujours de la même façon. Parmi les rares voitures battant le pavé, une ancienne apparait (en l’occurrence, une Renault Caravelle.) Quelques centaines de mètres plus loin, d’autres voitures la rejoignent (une 203 et une 404.) Plus vous vous rapprochez du château, plus il y en a! Bientôt, chaque feu rouge est envahi d’anciennes! Il y en a pour tout les goûts: Françaises ou étrangères, youngtimers ou ancêtres, etc. Certains viennent seuls. D’autres arrivent en convois (notamment les clubs de marques.)
Toutes vont dans une seule direction: le château. La masse grossit, puis c’est un véritable embouteillage!

Château de Vincennes. Sur l’esplanade, c’est déjà la cohue! Certains s’arrêtent pour dire bonjour aux amis, exposer leur voiture ou laisser refroidir le moteur. D’autres choisissent de partir tout de suite. Chaque participant se voit remettre un badge (qui donnera accès à l’observatoire) et une plaque de rallye.

Les journalistes peuvent choisir de voyager dans l’un des vieux bus ou avec un propriétaire. La deuxième solution est la meilleure. Ainsi, cette Traversée estivale se fera à bord de cette magnifique Triumph TR3A de 1961.

Saint-Mandé, 8h30. La colonne s’ébroue lentement, dans le Bois de Vincennes. Cette Triumph inaugure la liste des voitures en panne.

Avenue Daumesnil, 8h45. C’est l’arrivée dans un Paris endormi. Les rares badauds sont à la fois surpris et enthousiastes. Balayeurs, policiers, pompiers, SDF, fêtards alcoolisés, piliers de bar, prostitués… Tous saluent les voitures et dégainent leurs portables ou leurs iPad (sauf les SDF, bien sur) pour immortaliser la scène. Même ces marchands Wenzhounais s’offrent une pause le temps de prendre des clichés!

Bastille, 9h. Le parcours traverse les monuments de Paris. Il y a une raison touristique (faire découvrir la capitale aux nombreux non-Parisiens) et politique (rendre bien visible la présence des anciennes.)

Montmartre, 9h. Après République et les Grands Boulevards, le cortège grimpe à l’assaut de Montmartre. Avec ses cafés et ses nombreux « spots » pour les photos, la butte est une halte incontournable… Mais les places sont rares. Du coup, cela tourne vite au parking sauvage!

C’est là que l’on croise l’UNIQUE autophobe. Ce jogger bleu effectuera 3 tours de la butte, en gueulant: « Mais [censuré], virez vos [censuré]! »

Opéra, 9h15. Pas facile de sortir du dédale de Montmartre! D’autant plus que le parcours fait une boucle: ceux qui cherchent à descendre croisent ceux qui montent. Ensuite, c’est le passage devant l’Opéra.

Place Vendôme, 9h20. La place est le 2ème gros « point photo » du parcours. La ville se réveille petit à petit. Des Parisiens sont déjà là, appareils photos autour du cou. Les élégantes prennent la pause devant les photographes amateurs.
Là encore, les lieux sont vite saturés de voitures. Voilà qui rappelle l’arrivée du Pékin-Paris (même si les concurrents arrivaient de l’autre côté de la place.) Il faut donc repartir.

Place de la Concorde, 9h30. A quelques centaines de mètres de la place Vendôme, le public change radicalement. Cette fois-ci, il s’agit de touristes Chinois et Japonais. La doyenne de la Traversée, une De Dion-Bouton, a un gros succès: on se bat quasiment pour être pris en photo avec!
Un Renault 1000kg est transformé en camion-sono. Il diffuse des vieux airs de l’immédiat après-guerre. De quoi ravir encore plus les touristes, qui veulent voir un Paris « Amélie Poulain ».
Plus loin, un propriétaire de 11cv se gare un triple-file, sort une table de pique-nique et ouvre une bouteille de gros rouge!

Place des Invalides, 10h15. Après être passé devant le Grand Palais, le parcours bifurque sur la rive gauche de la Seine. La TR3A chauffe beaucoup et il faut mettre le chauffage pour évacuer les calories! Pas idéal en plein mois de juillet…
D’où une nouvelle halte, place des Invalides. Le rond-point est déjà colonisé par les participants! Le seul gardien de la paix essaye tant bien que mal d’assurer la circulation… Entre deux photos et deux papotages avec des propriétaires.

Champ de Mars, 10h30. Entre les différentes haltes et ceux qui prennent des raccourcis, la colonne d’anciennes n’est qu’un souvenir. Il n’y a plus que des voitures qui roulent par grappes, en suivant plus ou moins l’itinéraire. Après les Invalides, il faut contourner la Tour Eiffel, puis l’on retraverse la Seine, longeons la Palais de Chaillot, pour déboucher sur le Trocadéro. Là-bas, outre les touristes, des bana-bana et des soldats de Vigipirate jouent les curieux.

Bois de Boulogne, 11h15. Après le Trocadéro, plus de monuments! On esquive les Champs Elysées pour prendre la Porte Dauphine, puis c’est la traversée du Bois de Boulogne. Puis nous voilà sur une voie rapide, direction Meudon…

Sauf qu’après cela, le « livre de route » (sic.) est très flou et Meudon a visiblement des économies sur la signalisation. « C’est par où? – Euh… Y’a des anciennes par là, on n’a qu’à les suivre… » Evidemment, le leader malgré lui de la troupe n’a pas la science infuse et le voilà qui fait demi-tour. Il faut alors s’accrocher à un autre groupe.

Observatoire de Meudon, 12h. Après bien des demi-tours, c’est l’arrivée dans les jardins de l’observatoire. Les voitures se faufilent dans les hautes herbes pour se garer à l’ombre, capot ouvert. Ca arrive au compte-goute. Peu après cette photo, l’espace est entièrement garni de voitures!
C’est l’heure du pique-nique. Certains se sont déguisés. D’autres ont apporté un tourne-disque. Les partenaires de la Traversée ouvrent des stands. L’ambiance est bonne, d’autant plus que le temps est parfait: il fait beau, mais pas trop chaud.

A 15h, c’est l’heure de repartir… Mais les voitures continuent d’affluer! L’organisateur avance un chiffre de 300 participants, sans doute bien en-deçà de la réalité. D’autant plus qu’il y a de nombreuses voitures aux abords de l’observatoire (des gens qui n’ont pas voulu payer la participation.) Au jugé, on doit être plus proche des 500 voitures.

Conclusion. Encore une belle journée d’automobiles. De la De Dion-Bouton à la Caterham flambant neuve, du Vélocar à la Ferrari, sans oublier les 2-roues, il y en a pour tout les goûts! Mis à part le jogger de Montmartre, le public est unanimement enthousiaste.
Vivement donc la prochaine Traversée de Paris…

traversée de paris juil 2013 (1)traversée de paris juil 2013 (2)traversée de paris juil 2013 (3)traversée de paris juil 2013 (4)traversée de paris juil 2013 (5)traversée de paris juil 2013 (6)traversée de paris juil 2013 (7)traversée de paris juil 2013 (8)traversée de paris juil 2013 (9)traversée de paris juil 2013 (10)traversée de paris juil 2013 (11)traversée de paris juil 2013 (12)

Crédits photos: Joest Jonathan Ouaknine/Le Blog Auto

Merci à Guy, le propriétaire de la Triumph TR3A

A lire également:
Traversée de Paris 2013 « live »
Arrivée du Pékin-Paris « live » place Vendôme

Poster un Commentaire

10 Commentaires sur "Traversée de Paris estivale 2013 « live »"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
4aplat
Invité

Beau recit, on s y serais cru .
Nb: pour le jogueur bobo parisien ecolo, je t emm… avec mon ancienne

Morrissette
Invité

Beau résumé, j’ai aussi croisé le fameux joggeur bleu. Ce monsieur semblait peu ouvert et utilisait le même vocabulaire face aux touristes étrangers trop nombreux à son gout.
Voici ma modeste contributions, quelques photos prisent le long du parcours : http://morrissetteracing.wordpress.com/2013/07/28/traversee-de-paris-estivale-2013-les-photos/

Chelmi
Invité

Ne pourriez vous pas annoncer ce genre d’événement avant de les couvrir, histoire que les provinciaux, pas forcement dans le milieux puissent aussi en profiter…
Ça couterai pas grand chose.

Chelmi
Invité

Je dirai même plus : moins de chinoiseries, plus d’agenda des sorties.

Alex
Invité

Ca ne choque que moi cette phrase : « Tous saluent les voitures et dégainent leurs portables ou leurs iPad (sauf les SDF, bien sur) pour immortaliser la scène »

Humour vraiment ras des pâquerettes… les années passent mais JJO reste le même… Pathétique

wpDiscuz