Accueil 20 ans déjà BMW et l’électro-mobilité : 40 ans déjà

BMW et l’électro-mobilité : 40 ans déjà

191
7
PARTAGER

Dans un an à peu près, fin 2013 pour être précis, la future BMW i3 devrait débuter sa mise en production sur les lignes d’assemblage de Leipzig et déboulera dans la foulée sur nos routes. Loin d’être une conversion récente du constructeur, ceci marquera alors le cumul de 40 années d’études et de recherches sur les véhicules électriques que BMW s’est fait cette semaine un devoir de rappeler.

Tout a commencé à l’occasion des Jeux Olympiques de Munich en 1972 où BMW a fourni deux BMW 1602 converties en véhicules électriques aux organisateurs. Ceux-ci servaient notamment au transport des membres du comité d’organisation des JO et au support caméra de certaines courses. Avec 350kg de batteries et une autonomie de seulement 60kms, il s’agissait purement de prototypes marquant le début d’un plan de recherche de longue haleine sur le domaine de la propulsion électrique.

A la fin de l’année 1975, un véhicule expérimental fut construit sur la base d’une BMW LS et équipée de nouvelles batteries et d’un nouveau moteur. Puis, dans les années 80, un projet de recherches a été lancé, intitulé « voiture électrique avec batterie à haute énergie », qui a permis de fournir de véritables informations sur l’utilisation de batteries au sodium-sulfure. BMW a construit à cette occasion un banc d’essai spécifique pour les systèmes d’entrainement électriques. Pour formaliser ce procédé, huit BMW 325iX ont été converties dans le but de démontrer les avancées technologiques de la marque, la plupart utilisées pour le service postal munichois.

A la suite des premiers résultats de ces expérimentations, BMW décida de passer à l’étape suivante et se mit à travailler sur la conception complète d’un pur véhicule électrique au lieu de se contenter transformer de simples véhicules thermiques. Ceci se concrétisa lors du salon de Francfort en 1991 avec la présentation de la BMW E1. Directement conçu autour d’un système électrique, l’E1 était destinée en premier lieu ax villes et agglomérations. Avec son faible poids, elle embarquait un moteur de 32kW et un couple de 150Nm permettant une autonomie d’environ 160kms, un chiffre qui est encore d’actualité 2o ans après. L’E1 ne dépassa pas le stade du concept…

A côté de 5 prototypes de l’E1, le projet a également généré l’assemblage de 25 véhicules de production converties en électrique sur la base de BMW Série 3. Entre 1992 et 1995, huit de ces véhicules (des BMW 325 d’origine) ont été mis à disposition sur l’île de Rügen, sur les côtes de la mer Baltique, pour tester différentes versions de moteurs, transmission ou encore batteries en usage quotidien, permettant de récolter de précieuses données de retour d’expérience pour arriver en 1997 à la BMW Electric.

Les projet électriques de la marque bavaroise resteront ensuite derrière les portes des centres de R&D pour réapparaître une décennie plus tard, en 2008.

Une flotte de 600 Mini E (marque rachetée par BMW en 1994), véhicules de série convertis en véhicules électriques sont alors déployées sur les routes pour une expérience en usage quotidien par des particuliers. Ce projet pilote avait pour but de valider les données (notamment sur la nouvelle batterie lithium-ion) en vue cette fois d’une voiture de production tout électrique.

Le projet fut complété un an plus tard avec un autre véhicule électrique sur la base de la BMW Série 1 Coupé, la BMW Concept ActivE dont 1000 exemplaires ont été placés, cette fois-ci, auprès d’entreprises et collectivités.

Ces deux programmes de développement, menés à l’échelle mondiale, ont permis d’amasser les  informations relatives comportement des usagers au quotidien, la chaîne de traction ou encore l’autonomie qui ont amené à la création d’un Megacity Vehicle (MCV), dernière étape avant la production et base de la future i3.

Source : BMW

A lire également :
Los Angeles 2012 : BMW i3 Coupé Concept

Une BMW ActiveE à l’essai chez Bosch : la i3 en filigrane

Electromobilité : BMW investit dans Coulomb Technologies

A voir également : Galerie 40 ans d’électro-mobilité chez BMW
[zenphotopress album=14155 sort=random number=10]

Poster un Commentaire

7 Commentaires sur "BMW et l’électro-mobilité : 40 ans déjà"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
axsport92
Invité

C’est pas ce qu’on attend d’une BM !!! Sinon on achète une PRIUS !!! ;-(

seb92
Invité

+1

Membre

40 ans pour en arriver la!! On est loin de Tesla…

seb92
Invité

J’ai pensé exactement la même chose en lisant l’article.

wizz
Membre

ce n’est pas le constructeur automobile qui est le paramètre principal dans le progrès de la voiture électrique
C’est le fabricant de batterie, et son niveau technologique
Alors, il suffit que le dernier constructeur venu (Tesla) utilise la dernière technologie disponible (Lithium) pour que ce constructeur rattrappe ses 40 ans de retard

Demain, il y aura un autre constructreur, nouveau venu, et qui va utiliser directement la batterie Zinc-Air, et qui d’un seul coup, va rattrapper Renault, GM, BMW et même Tesla

Thibaut Emme
Admin

Oui enfin dans le même temps, une Tesla Model S a une autonomie à 55 mph de 325 miles (env. 525 km) pour 85 kWh soit une consommation de 16,2 kWh / 100 km (20% de mieux qu’un Tesla Roadster) ce qui est toujours au-dessus de ce que consomme un Kangoo ZE (boite à chaussure s’il en est).
Oui Tesla met de grosses batteries de dernière technologie mais a encore de la marge sur le rendement.

patd'pau
Invité

Big Up a la PRIUS 😉
3,5l/100 avec la Yaris + fiabilité d’un moteur essence sans turbo…
La Yaris 2025 aura surement un mix batterie/moteur plus important.. (plus de batterie moins de moteur)

Bye bye le diesel, bye bye le 100% electrique 😉

wpDiscuz