Accueil Actualités Entreprise Steve Girsky nommé Président du conseil de surveillance d’Opel

Steve Girsky nommé Président du conseil de surveillance d’Opel

58
6
PARTAGER

Face aux difficultés qui se poursuivent pour Opel, la maison mère a décidé de prendre les choses en main. Signe qui ne trompe pas, c’est Steve Girsky qui remplacera Nick Reilly à la tête du conseil de surveillance d’Opel.

Si Karl Stracke a été nommé Président de GM Europe et Directeur Général d’Opel, l’important rôle de président du conseil de surveillance a été confié à Steve Girsky. Il aura pour tâche de poursuivre et surtout accentuer la restructuration. C’est qu’avec les effets de la crise en Europe, la marque allemande a été poussée à reporter son objectif d’équilibre financier. Ce ne sera pas pour la fin 2011 finalement…

Steve Girsky, ancien banquier, devra continuer à améliorer les marges de la marque et réduire les coûts. Pour cela, toutes les pistes sont envisagées : fermetures d’usines, partenariat avec un autre constructeur pour partager les coûts de production… Si les syndicats souhaitent voir GM produire des Chevrolet chez Opel, le groupe américain préfèrerait sans aucun doute le contraire… Quoi qu’il en soit, l’opération sera sans doute lourde, y compris sur le plan social…

On notera que Steve Girsky fait partie des membres du conseil d’administration de GM qui avaient voté contre la vente d’Opel, tandis que Dan Ackerson votait pour…

Deux nouvelles personnes entrent aussi au conseil de surveillance : Dan Ammann, Directeur financier de GM (CFO), et Tim Lee, Président de GM International Operations. Après avoir laissé la main aux Européens après l’échec du projet de vente, les américains ont clairement décidé de mettre la pression et de prendre les choses en main…

Source : General Motors

Poster un Commentaire

6 Commentaires sur "Steve Girsky nommé Président du conseil de surveillance d’Opel"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Carlos Ghost
Invité

Le premier à avoir coulé Opel s’appelle Jesus Lopez. C’est à ce « cost killer » qu’on doit, à partir des années 90, la perte de ce qui faisait la force d’Opel : sa fiabilité. Je me souviens d’

Carlos Ghost
Invité

Je me souviens d’avoir lu, en 1989 je crois, un Que Choisir sur la fiabilité de 100 modèles d’autos. La Corsa arrivait troisième, derrière une Toyota et un Mercedes. Cherchez maintenant les Opel dans ce genre de classement…

Au début des moteurs CDTI, Opel en était rendu à tolérer une consommation d’huile de 1 litre aux mille km ! Pire qu’une deuche de 1948 !

Résultat je n’ai jamais voulu d’autre Corsa que la A. Là, je vines de trouver un 14S très belle malgré son âge (1992)

r.burns
Membre

Fais-toi plaisir mais je te souhaite de pas avoir d’accident, à l’euro ncap elle aurait une étoile pour la présence de ceinture de sécurité

ingeniere
Membre

Tout a fait, on l’appelait l’étrangleur de Rüsselsheim ou Le Grand Inquisiteur.
Voici son histoire
http://www.lexpress.fr/informations/volkswagen-un-tueur-sous-le-capot_605208.html

Il a mal fini, condamnation, puis très grave accident de voiture (une pièce low cost qui s’est vengée…) et enfin projet fou d’usine et de marque automobile basque avec tentative de faire financer par les équipementiers les 500 millions de dollars d’investissement.
Les voitures devaient toutes s’appeler Virgen de …. en l’honneur des saintes vierges du Pays basque !!

cycledelic
Membre

Le style extérieur est apprécié, les châssis ont un bon comportement. Prochain gros chantier: l’ergonomie. Je suis monté récemment dans une Insignia et on s’y perd dans la multitude de boutons!
Citroën souffrait du même syndrome encore récemment et à y regarder sur la DS5, le constructeur aux chevrons a désormais très bien compris le problème et trouvé de bonnes solutions.

Carlos Ghost
Invité

r.burns dit :
25 novembre 2011 à 2:24

Fais-toi plaisir (…)

C’est surtout que je roule avec mes moyens financiers

wpDiscuz