Accueil BMW Francfort 2011 : BMW i3 et i8 concept

Francfort 2011 : BMW i3 et i8 concept

216
22
PARTAGER

Nouvelle étape cruciale dans la démarche de BMW dans le véhicule électrique : les premiers modèles. Après avoir largement communiqué sur son Projet i, après avoir montré force dessins et même un faux concept camouflé au nom bizarre de Dontblogaboutthis, voici les fruits de toute cette recherche, sous la forme de deux concept cars cousins qui seront les étendards de la marque au Salon de Francfort : les i3 et i8 concept.

Si l’i8 est là pour le faire le show et pour incarner l’aura de cette nouvelle gamme électrique, le coeur du projet est l’i3, ex-Megacity. Outre son mode de propulsion électrique, elle est remarquable par sa conception, que BMW désigne sous le terme LifeDrive, qui allie une coque en carbone pour l’habitacle (« Life »), posée sur une structure en aluminium (peut-on oser « chassis » ?) comprenant suspensions, moteur, transmission et batteries (« Drive »). L’i3, comme toute BMW qui se respecte, est une propulsion, dont le moteur est posé sur l’axe des roues arrières. Avec 125 kW (170 ch) et 250 N.m de couple, l’i3 effectue le 0 à 100 km/h en moins de 8 secondes, ce qui reste honnête pour une petite urbaine 4 places avec un coffre de 200 litres.

L’i3, au fait, mesure 3,845 mètres de longueur avec un empattement de 2,57m pour un poids de 1250 kg. Les batteries Lithium-ion sont situées sous le plancher, au centre de la voiture, et offrent une autonomie de 130 à 160 km (dans ce que BMW appelle « l’autonomie de tous les jours », par opposition à un standard abstrait). Elles se rechargent en 6 heures pour une charge complète sur prise secteur, ou 1 heure pour 80% de charge sur prise spécifique. C’est un progrès sur les électriques existantes, mais ces chiffres sont évidemment à mettre à l’épreuve de la réalité.

La voiture de production verra le jour en 2013 et ne devrait pas être foncièrement différente de ce concept, et une version avec un moteur thermique additionnel (de type range extender) pourrait sortir plus tard.

L’i8 est moins une nouveauté dans le sens où on connait déjà le concept Vision EfficientDynamics vu à Francfort en 2009 dont l’i8 est largement inspirée. Coupé 2+(2) (les parenthèses ne laissent pas augurer de beaucoup de place à l’arrière) de 4,632m de longueur et 1480 kg, l’i8 est une hybride parallèle combinant un moteur essence (et non plus diesel comme la VED) 1,5l turbo 3 cylindres de 220 chevaux et un moteur électrique de 96 kW (131 ch) qui permettent à la voiture de revendiquer 250 km en pointe et le 0 à 100 km/h en 4,6 secondes. Les deux moteurs sont situés à l’avant, le moteur thermique propulsant le train arrière et le moteur électrique les roues avant, divers programmes permettant de modifier les répartitions selon l’usage.

La consommation est de 2,7l/100 km (66 g CO2) et la batterie, qui permet à la voiture de parcourir 35 km en mode électrique seul, se recharge sur le secteur en 1h45, ou grâce au moteur essence et au système de récupération d’énergie. L’i8 est attendue en 2014.

Le dernier paramètre important, que l’on ne connaît pas encore, est le prix, un casse-tête pour le constructeur qui devra tenter de ne pas perdre trop d’argent sur ses autos particulièrement sophistiquées tout en restant à portée de la clientèle. On attend avec impatience les commentaires que feront les officiels de la marque sur ce point lors du salon.

Source : BMW

Lire également:
BMW i, tout simplement

[zenphotopress album=11782 sort=random number=25]

Poster un Commentaire

22 Commentaires sur "Francfort 2011 : BMW i3 et i8 concept"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Flooo!
Invité

Avec tout le raffut qu’ils ont fait je m’attendais à ce qu’il y ait une vraiment valeur ajoutée à ce modèle électrique BMW notamment du point de vue technique et estetique. Que nenni. J’attendrai par conséquent la Mini qui en découlera.

Hans Gruber
Invité

pas de valeur ajoutée?? lol
au contraire, ces véhicules sont innovants sur tous les plans (propulsion, structure, matériaux, design, poids contenu…etc). On est très loin d’un véhicule classique auquel on a ajouté une batterie et un moteur électrique. Tout a été revu.

greg
Invité

J’ajoute que BMW « ose » communiquer deux chiffres : l’autonomie maximum calculée selon le cycle européen, de 225km(et que Pierre-Laurent Ribault oublie de citer dans son article, prêtant ainsi à confusion), et une autonomie « réelle » entre 130 et 160km.Ce qui est un gros progrès comparé aux électriques actuelles, si l’on compare à la puissance du moteur, n’optimisant pas la consommation

Flooo!
Invité

C’est un résultat que le client recherche, pas des moyens. Ce que je constate c’est que l’autonomie ne se démarque pas vraiment des annonces récentes. Et puis l’estethique est laid. BMW n’est pas sur son terrain de prédilection sur le segment des monisme es compacts.

greg
Invité

L’autonomie étant doublée par rapports aux modèles actuels, tu as raison, elle ne se démarque pas du tout…
Quand à savoir ce que le client veut sur ce type de véhicules, je crains que tu n’y connaisse pas grand chose…

cycledelic
Membre

Ce coupé i8 (merci pour la dénomination plus courte que la précédente) est toujours agréable à regarder.
Content de voir que cette i3 reste fidèle à la propulsion!

MiguelAnge
Invité

Cela fait plaisir de voir enfin une hybride essence dans un concept récent. Marre du mazout! A consommation égale, une essence rejette 20% de CO2 en moins et et de plus moins couteuse à dépolluer, entretenir, etc… Pourquoi PSA ne suit pas cette voie avec leur Hybrid4. Leur 1.6T ferrait tout à fait l’affaire pourtant…

wizz
Membre
faut pas demander à PSA (ou à Volvo, ou VW…) faut demander aux CLIENTS: que vont ils acheter??? -essence? -diesel? -hybride essence? -hybride diesel? dis moi ce que tu comptes acheter, et si j’ai l’intention de vendre, de réaliser des chiffres d’affaires, alors il est dans mon intérêt de produire ce que tu comptes acheter, et non à produire le meilleur, ou le plus beau, ou le plus innovant, ou le plus exotique… N’aurais tu pas remarqué que les voitures sont tristes, toujours avec les éternels noir, gris, métalisé? Mais alors, pourquoi les constructeurs ne fabriquent ils pas des voitures… Lire la suite >>
ZISSOU
Invité
Sauf que pour savoir ce que les clients ont envie d’acheter, les études vendues aux constructeurs se basent sur ce que les clients ont effectivement acheté l’année précédente. On se mord la queue… Quand aux couleurs des voitures: jaune moutarde, bleue canard, bordeaux lie de vin, je les trouve aussi polluantes visuellement que la fumée noire qui sort de leurs échappements. Les automobiles sont des objets techniques en métal, les non-couleurs (blanc, gris, noir) sont celles qui leurs vont le mieux. Sachant de plus que sur l’ordinateur et les ateliers des designers, les voitures sont initialement conçues en gris métal.… Lire la suite >>
r.burns
Membre

Le problème c’est que les prototypes BMW , ça reste généralement des prototypes

greg
Invité

Pas ici..Cet engin fait partie de la pilitique de réduction des émissions de co2

wizz
Membre
A quoi ça sert de donner le choix aux clients s’ils n’achètent que majoritairement un modèle Supposons: -qu’un modèle de voiture XXX est vendu à 50.000 exemplaires par an -que la conception d’un moteur et l’usine pour le fabriquer coute 1 milliard d’euro, essence ou diesel, peu importe -que le cout d’homologation coute 5 millions d’euro/pays -et que les gens achètent à 98% en diesel, soit 1000 voitures en version essence par an On résume: 1: avec 1Mds € environ, tu vas réaliser une vente de 49.000 exemplaires par an 2: et si tu doubles tes investissements, tu ne doubleras… Lire la suite >>
Jeremy
Invité

Magnifique ! Mais bon c’est pas pour demain…

wpDiscuz