Accueil Art automobile La photo du jour: Ferrari FF

La photo du jour: Ferrari FF

49
2
PARTAGER

Aujourd’hui, jeudi 02 juin 2011, suite de notre pèlerinage à la Maranello, avec une escale par le musée, riche en pièces de collections, roulantes ou non.
Ce bâtiment de 2500m² situé à 300 mètres de l’usine Ferrari expose tout ce que la marque a connue (ou connait) de plus iconique en termes de voitures de route ou de course. De plus, elle retrace son histoire en compétition à travers une foule d’objets divers et variés comme des coupes ou même des casques originaux de pilotes, d’Alberto Ascari à Michael Shumacher. Au milieu de toutes ces voitures allant de la 195 Inter Ghia à la 599XX en passant par la F40 ou la 599 Aperta, l’espace le plus fabuleux reste le hall des victoires où huit F1 championnes du monde sont exposées les unes à coté des autres, le tout agrémenté d’étagères comprenant 110 trophées. Au fil de la visite, il n’est pas rare de croiser des murs habillés de photographies d’époques en hommage à certains pilotes, certains moments, ou à Enzo Ferrari lui même. Depuis peu, le musée accueil aussi le Red Campus, un espace pédagogique équipé d’écrans tactiles visant à expliquer aux enfants l’histoire de la marque et l’ensemble des évolutions technologiques.
A l’entrée, Nicolas a croisé cette Ferrari FF en train d’échanger sa place dans le musée avec une Enzo. D’ailleurs, même si l’une est une supercar vieille de neuf ans et l’autre la dernière quatre places de la marque, elles ont un seul point commun: la puissance du V12 qui développe 660ch! Cette FF est le témoin de l’avancée technologique en matière d’automobile. Alors qu’en 2002 l’Enzo faisait tourner les têtes avec sa puissance de sport-proto, le simple break de quatre places développe aujourd’hui la même puissance. En revanche, la FF passe pour un vaisseau spatial par rapport à la supercar en termes d’électronique embarquée. Le V12 6,3l placé en position centrale avant et accouplé à une boite robotisée à double embrayage de sept rapports qui s’enchainent sans temps morts. Ensuite, les 660ch et 68mkg de couple sont transmis via un dispositif électronique qui donne à chacune des quatre roues la puissance nécessaire. Oui oui, aux quatres roues, puisque la FF adopte pour la première fois de l’histoire de Ferrari une transmission intégrale. On comprend mieux sa place dans le musée! Au niveau complexité, ce système tien la palme puisqu’il dispose d’une boite principale à l’arrière et d’une autre à l’avant, qui gère le transfert de puissance en cas de faible adhérence. Quoiqu’il en soit, la transmission se veut 50% plus légère qu’une autre, ce qui permet de contenir le poids de l’engin et permettre un 2,7kg/ch. Le 0-100km/h est alors donné pour 3,7 secondes et la vitesse maximale pour 335km/h.

020611-Ferrari-FF (1)
Pour les fondus de photographie, les exifs de ce cliché:
Boitier: Canon EOS 7D
Focale: 20mm
Exposition : 1/200sec
Ouverture : f/5.6
Sensibilité : 100ISO

Le site de Nicolas.

A demain.

Si vous souhaitez participer à cette rubrique, vous pouvez envoyer vos contributions à laphotodujour@hotmail.fr au format Jpg de 1280px de large. Si vous êtes l’auteur de la photo, vous renseignerez votre prénom, nom du modèle automobile, galerie photo et si possible une anecdote et les exifs concernant la photo.

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "La photo du jour: Ferrari FF"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Tibo35
Membre

J’ai plus de mal avec l’avant de ces dernières Ferrari qu’avec l’arrière.
Depuis la 355 j’ai du mal avec les avants de Féfé en fait.

PIERBRU
Invité

comme toute les ferrari elle est reussi

wpDiscuz