Accueil BMW Historique: la BMW 2002 Esquife

Historique: la BMW 2002 Esquife

404
3
PARTAGER

Le sport automobile Brésilien est méconnu en Europe. Pourtant, il ne manque pas de voitures intéressantes. Voici par exemple un spyder BMW 2002 TIi, surnommé « Esquife ».

Au Brésil, l’Esquife est une voiture quasiment légendaire. Son style particulier et le fait qu’elle ait peu roulé ont marqué les esprits. Elle était engagée par CEBEM, l’importateur officiel.

Quelle est son origine?

D’après la légende, la BMW 2002 a d’abord eu un toit. Mais suite à un tonneau en course, le toit était irréparable et la voiture fut transformé en spyder.

Effectivement, lors d’une course de 1969, Paulão Gomes (alias « Paulo »)  a fait un freinage à « trotar » (pour suivre une Alfa GTA) et sa 2002 Alpina CEBEM a terminé sur le toit.

Mais l’histoire est plus compliquée…

En 1966, Chico Landi et Eugênio Martins rachetaient la CBE (Companhia Brasileira de Empreendimentos), importateur BMW au Brésil. Ils l’ont renommée CEBEM (Companhia Brasileira de Empreendimentos Mercantis.)

D’emblée Landi et Martins ont songé à engager des voitures en compétition pour se faire connaitre.

Ils achetèrent trois 2002 préparées chez Alpina. Elles débutèrent en 1969, entre les mains de Ciro Cayres, Jan Balder et « Paulo ».

Problème: les Alfa GTA, plus légères, étaient imbattables.

En 1970, la CEBEM s’offrirent cette fois des 2002 TIi préparées par Schnitzer.

Mais les Alfa restèrent devant.

Comment alléger une 2002? Ciro Cayres fit « eurêka » en voyant une photo de la Lancia Fulvia HF de Sandro Munari et Rauno Aaltonen.
Pour la Targa Florio 1969, le constructeur Italien avait tronçonné le toit de la Fulvia pour en faire un spyder.

Pourquoi ne pas faire pareil avec les 2002 TIi?

Aguinaldo de Goes Filho, responsable du concessionnaire de Sao Paulo, est convaincu par l’idée de Cayres. Mais les carrossiers refusèrent.

Dans un geste « clarksonien », Filho a lui même enlevé le toit de la voiture, à la scie à métaux. Puis il l’amena chez un artisan, Sérgio « Cabeleira », en lui disant de « finir le boulot ». Toni Bianco fut chargé de rigidifier la voiture, via un arceau et un couvre-tonneau en aluminium.

En 1970, Bianco avait conçu la Furia, un prototype équipé d’un moteur de BMW (d’où les double-haricots.) La CEBEM soutenait de loin la Furia (qui eu plus tard des mécaniques Alfa et Lamborghini.) Il fut ainsi décidé que la 2002 TIi spyder serait peinte dans le même bleu qu’elle.

La voiture débuta aux 500km d’Interlagos 1971, avec Cayres et Balder. Aux essais, Cayres réalise un temps de 1’06″40, puis il rentra aux stands. Filho est persuadé que la voiture peut aller plus vite. Mais Cayres lui répondit que les pneus sont mort. Ni une, ni deux, Filho se mit au volant et claqua un temps de 1’05″40, alors qu’il n’avait jamais piloté la voiture!

Cayres et Balder terminèrent troisième.

La voiture revint aux 200km de Belo Horizonte 1972. Aux essais, les pilotes se plaignirent d’une certaine instabilité en ligne droite. Schnitzer leur conseilla de garder le coffre ouvert, afin d’avoir un spoiler artisanal!
Luiz Pereira Bueno essaya cette idée et il termina sur le toit.
Ce fut la fin de la carrière de l’Esquife.

En 1973, la CEBEM changa de main. Un certain Paulo Goulart da Dacon s’offrit la voiture. Il la démonta, en vue de la ferrailler. Mais elle passa de longue années, démontée, dans une rue de Sao Paulo, avant de disparaitre.

Apparemment, démonter et laisser rouiller des BMW était une habitude chez Paulo Goulart da Dacon. L’une des 12 Glas 1600 GT importées au Brésil a subi le même sort. Néanmoins, elle a pu être sauvée par Rubem Duailibi (qui pose avec.)

Source:
Historic Rally & Classic Race Cars

A lire également:
John Bolster et la Bloody Mary Special
La Carrera Cadillin: uno carro loco
John Andretti et la Lincoln de NASCAR

Poster un Commentaire

3 Commentaires sur "Historique: la BMW 2002 Esquife"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
merp
Membre

Je n’avais jamais vu cette proto BMW intéressant , pour le reste la 2002 n’aurait jamais pu battre une Alfa d’ailleurs quand AUTODELTA était présent il gagnait chaque fois voire les premiers championnats DTM.

blacky
Invité

excellente histoire! merci de nous l’avoir fait découvrir

ZISSOU
Invité

merci pour cet article.

wpDiscuz