Accueil Actualités Entreprise Honda : le cours du yen pourrait conduire à la délocalisation

Honda : le cours du yen pourrait conduire à la délocalisation

29
2
PARTAGER

HondapowernightmareLe yen fort, nouveau prétexte pour délocaliser ? Qui sait …. parfois la crise financière a bon dos, de là à ce qu’elle soit une aubaine pour certains, il n’y a pas loin.

Usant de la menace sur l’emploi Takeo Fukui, le directeur général de Honda vient ainsi d’affirmer que le constructeur japonais se verrait contraint à délocaliser si le dollar reste en dessous des 100 yens.

Selon lui, une telle situation l’oblige à revoir les fondements de sa gestion.

Petit chantage envers le gouvernement nippon ? Cela y ressemble … alors que les pays annoncent les uns après les autres la mise en oeuvre de plans censés redresser la barre de leur industrie automobile nationale, Fukui se veut menaçant. « Si le gouvernement dit qu’il n’en a rien à faire des exportateurs, nous en prendront acte et agirons en conséquence », a-t-il ainsi affirmé à quelques journalistes.

Il faut dire que les temps sont durs pour Honda. Le deuxième constructeur automobile japonais vient de réduire cette semaine de deux tiers sa projection de bénéfice d’exploitation à 180 milliards de yens (1,44 milliard d’euros) sur l’exercice 2008-2009 clos le 31 mars prochain.

Raisons invoquées : une perte de changes jugée deux fois plus importantes.

Se voulant plus pressant, le patron de Honda a même ajouté que si la barre des 100 yens était franchie, il se verrait contraint de “transférer plus de production à l’étranger, réduire l’intérim et même licencier ».



« Au-delà, on pourrait importer plus d’automobiles au Japon, déplacer des sites de recherche-développement à l’étranger et, dans le cas le plus extrême, déplacer notre siège social hors du pays. Cela créerait rien moins qu’un trou dans l’industrie japonaise ». Cela ne s’appelle pas du chantage … mais de la négociation.


Certes, la situation devient désormais critique : le dollar est descendu mercredi à près de 87 yens après la baisse de taux annoncée par la Réserve fédérale américaine (FED), laquelle ne fait qu’augmenter la pression sur la Banque du Japon, alors que l’archipel est d’ores et déjà en état de récession.


Le constructeur avait annoncé auparavant que l’ouverture de l’infrastructure de test initialement prévue en 2010 serait reportée en 2011. L’usine de Saitama ne devrait pas démarrer à la date convenue, tandis que l’augmentation de la production en Turquie et en Inde est différée.


Le PDG du groupe prône ainsi une stratégie de « concentration des investissements vers les projets et technologies de rupture porteurs d’avenir », parmi lesquels figurent en bonne place les véhicules hybrides.


Sources : AFP, Reuters, JDD


Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz