Accueil Berlines Brève rencontre: Morris Marina

Brève rencontre: Morris Marina

580
3
PARTAGER

morris_marina.jpgLa Morris Marina est un produit de BLMC dans toute sa splendeur: conception à la va-vite, ligne banale, finition déplorable, moteurs paresseux (sauf le 1,8l) et carrière trop longue. Jeremy Clarkson l’a élu « pire voiture de tous les temps » et ça n’a pas l’air volé.

1970_morris_minor_traveller_1.jpg

A la fin des années 60, BMC réalise qu’à part l’Austin Maxi, ils n’ont rien dans les tuyaux et que la Morris Minor (née en 1949) est plus que périmée. Là, quelqu’un s’est levé et il a dit: « Pour trois fois rien, avec une plateforme de Minor, je fais une concurrente des Ford Cortina et Escort. » Et ils l’ont cru.

Morris_Marina.jpg

Pour éviter qu’Austin et Morris ne se marchent dessus, il est décidé que les Austin seront innovantes (traction, hayon, etc.) et les Morris plus classiques (3 volumes, propulsion, etc.) La Marina sort en 1971, en 2 ou 4 portes. Sous le capot, un 1,3l 57ch ou le 1,8l de la MG B 72ch (95ch avec 2 carbus SU pour la « Marina GT »), accouplé à une boite de Triumph (stratégie de groupe oblige.)

Morris_Marina_Estate.jpgMalgré ses défauts (notamment une mauvaise tenue de route, qui empêche la GT d’être une vraie sportive), la Marina est 2e en Grande-Bretagne, derrière la Cortina. En Europe, en revanche, c’est un bide. D’autant plus qu’en France, seule la 1,3l est importée. En 1973, un break apparait.

Morris_Ital.jpg

Mais BLMC va mal. Du coup, la Marina est oubliée. Les ventes chutent. En 1975, elle reçoit un petit lifting. Puis en 1980, elle devient Ital. Giugiaro n’y est pour rien. La maladroite Ital restera au poste jusqu’en 1984 et la Montego.

Huandu.jpgL’outillage de la Morris Ital est transferée en Chine. La ChengduAuto Works, modeste filiale de FAW produit une version break et un utilitaire, en 1998. Dés mai 1999, la chaine s’arrête. Même les Chinois n’en voulaient pas.

Morris_Marina_02.jpg

A lire également:
Brève rencontre: Austin Maxi
Brève rencontre: Austin Maestro/Montego
Brève rencontre: Triumph Acclaim
Yema SQJ6450: la Maestro est toujours là!

Poster un Commentaire

3 Commentaires sur "Brève rencontre: Morris Marina"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
frederic.E
Invité
Bréve rencontre ,surement mais aussi rare rencontre tant cette voiture a disparu de nos routes européennes (même les anglais ont du la bannir des iles tant on en voit peu sauf, peut être, au fin fond de l’Ecosse ou du Pays de Galles). Cette Morris doit être l’affaire de « collectionneurs » ou d’amateurs éclairés par l’aura de BLMC. A y faire attention et en regardant deux images, je trouve un « je ne sais quoi » de ressemblance entre la Morris Ital et la soviétique GAZ 3102 de la même période. Pourtant il me semble que durant ces années de guerre froide ,britanniques… Lire la suite >>
Scharley
Invité
Les anglais ont toujours soufflé le chaud et le froid sur l’automobile. Capable de produire le pire (voit top 100 des derniers jours et cette auto) comme « la crème de la crème » que sont les bijoux du type bentley, RR, Aston, jaguar,MG, Austin Healey,TVR,…. Hélas, les fleurons British n’ont pas survécus dans les mains de leur créateurs : toutes les marques sus-citées sont uniquement restées en vie grace à des « mecénes » étrangers (Ford, BMW, VW) qui ont su insuffler rigueur et fiabilité dans ces autos classes, mais hors d’age 🙂 Et même ces « mécénes » ont parfois dû jetter l’éponge (un… Lire la suite >>
Biersse
Invité

Bonjour à tous .Je cherche des renseignements sur le moteur  » 1800 cc Morris marina » . Merci .

wpDiscuz