Accueil Brève rencontre Brève rencontre: Triumph Acclaim

Brève rencontre: Triumph Acclaim

588
9
PARTAGER

Triumph_Acclaim.jpgLors de mon article sur l’Alfa Romeo Arna, j’avais évoqué le « succès » de la Triumph Acclaim. Plusieurs personnes avaient rebondi dessus et un article sur l’Acclaim s’imposait.
C’est la première fois qu’une Triumph est évoquée sur ce blog et j’ai un peu honte de commencer par cette voiture. Ce n’est pas le seule berline de la marque. Pour beaucoup de gens, Triumph se limite à des roadsters sportifs. C’est oublier un peu vite que la marque possédait une tradition de berlines.

Triumph_Dolomite_Sprint.jpgA la fin des années 70, la Dolomite (née en 1965) arrive clairement en fin de carrière. British Leyland (le groupe auquel elle appartient) n’a pas confiance en ses compétences internes et souhaite la remplacer par une voitures conçue par un autre constructeur. Ayant peur qu’une collaboration avec Renault tourne à un rachat, des relations sont nouées avec Chrysler Europe (Simca en France, Sunbeam en GB), mais la revente du groupe à PSA rend caduque toute discussion.
honda_ballade.jpgFinallement, la mariée s’appelle Honda, qui souhaite une base européenne pour contourner les quotas. Le véhicule sera une Honda Ballade (une Civic 4 portes)dont seul le moteur sera fabriqué au Japon. Toutes les autres pièces seront anglaises (à commencer par les sièges de Ford Taunus!) En contrepartie, la Ballade ne sera pas vendue en Europe.
Triumph_Acclaim_1982.jpgLes premiers dessins étaient très différents de la Ballade. Mais lorsqu’elle sort en 1981 (année du dernier milesisme des TR7/8), ce n’est qu’un clone. Avec son moteur de 70 chevaux et ses 150km/h en pointe, on est loin du caractère rageur de la Dolomite Sprint. Beaucoup la traitent de « cheval de Troie des Japonais » (d’autant que la collaboration avec Honda pour les futures Rover 200 et 800 est déjà enterinnée.) British Leyland répond que c’était cela ou fermer l’usine. Une seule carrosserie, un seul moteur, mais 4 versions: L, HL, HLS et CD.
Ladbroke Avon, un des noimbreux artisans britanniques, se penche sur elle et crée une version suréquipée. Il y aura même une Acclaim Avon Turbo qui développe 130 chevaux (de quoi être irresistiblement attiré par les bas-côtés dans les virages) munie de sticker façon Jacky.
En 1984, après 110 000 ex., l’Acclaim tire sa révérence. British Leyland est devenue Austin Rover et dans un soucis de rationaliser les gammes, les Honda seront rebadgées Rover. Triumph a vécu.
Triumph_Acclaim_turbo.jpg 

A lire également:
Brève rencontre: Alfa Romeo Arna
Atrocités automobile: la Rover 800

Poster un Commentaire

9 Commentaires sur "Brève rencontre: Triumph Acclaim"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
circonspect
Invité

Cette voiture n’était pas une mauvaise voiture . Une Civic avec coffre , mais plutôt bien finie et équipée . Je me souviens d’une pub pour cette voiture qui évoquait la nostalgie des triumph des années 50/60 , d’ailleurs guère plus puissantes : un cinquantenaire à casquette (évoquant Gérard Crombac) vantait le charme raisonnable de cette voiture .

macmahon
Invité

N’était pas une mauvaise voiture ?!
Oh là, ce fut la plus grande « merdeuse » de toute ma vie ! Je l’ai vendue à 22.000 Km. Ouf !!

Nemec
Invité

« British Leyland na pas confiance en ses compétences internes et souhaite la remplacer par une voitures conçue par un autre constructeur. »

C’est un raccourci un peu rapide et passablement éloigné de la réalité. C’était une question de temps et d’argent, aucunement de manque de compétences.

Vous avez manifestement pioché votre matière première sur http://www.austin-rover.co.uk et je vous en félicite, c’est une excellente source, j’aurais fait de même. Mais de grâce, ne laissez pas des nuances approximatives de traduction déformer la réalité.

Fantomas
Invité

J rebondis sur de dernier commentaire car en effet les compétences des ingénieurs de BL pour les véhicules de cette catégorie étaient bien réelles: elles seront démontrées par le lancement en 1983 de la Maestro, qui était loin d’être une mauvaise auto.

De fait l’Acclaim, véhicule de circonstance né pour combler le gap temporel entre des Allegro au bout du rouleau et des LM10/11 non encore finalisées, amorça la période la plus faste du alors futur Rover Group: celle de la collaboration avec Honda.

Fantomas
Invité

Je viens d’ailleurs de retrouver un article que j’avais consacré à l’Acclaim sur le forum rovermg, à cette adresse, avec quelques précisions supplémentaires

http://www.rovermg.fr/index.php/topic,249.new.html#new

wpDiscuz