Accueil Electriques Supraconducteur de taxi

Supraconducteur de taxi

268
9
PARTAGER

sumitomo_electric_1.jpg

Nos amis de Tesla devraient jeter un coup d’oeil là-dessus toutes affaires cessantes, sous peine de risquer l’hasbeen-isme accéléré: une bonne vieille Toyota Crown Comfort, que les habitués des villes japonaises auront reconnu comme l’omniprésent outil de travail du taximan indigène. Oui mais celle-ci recèle, sous sa carrosserie banalissime, à vrai dire un choix cocasse vu ce qu’elle cache, de quoi renvoyer aussi sec la nouvelle coqueluche à piles au rayon des antiquités : un moteur supraconducteur refroidi à l’azote liquide.

C’est Sumitomo Electric qui vient de présenter ce prototype qui sera exposé, avec le reste de la crème des véhicules à technique de propulsion avancée de l’industrie nipponne, au G8 d’Hokkaido le mois prochain. Ce moteur, qui utilise des brins supraconducteurs à haute température (ce qui est tout de même vite dit, puisqu’en l’occurence on parle de celle de l’azote liquide), permet, en réduisant presque totalement la résistance électrique des matériaux employés, d’augmenter le rendement de 13% et d’obtenir un meilleur couple par rapport à un moteur électrique traditionnel employant des fils de cuivre.

Et l’avantage induit par le côté Doc Brown de la chose ne peut être sous-estimé: imaginez vous arrivant dans une voiture ainsi équipée d’un moteur supraconducteur, baignant dans la vapeur glacée émanant des réservoirs d’azote liquide. Difficile de faire plus cool. (-196 degrés Celsius, pour être exact.)

Bon, douchons de ce pas les espoirs naissants, et rassurons Tesla, on n’est pas prêt de voir des rayonnages d’azote liquide dans sa station service habituelle : Sumitomo Electric estime que les premières applications pratiques ne seront pas là avant une dizaine d’années et ce seront les trains et les bateaux qui en profiteront en premier. Et les taxis ?
Source : Sumitomo Electric via Nikkei

sumitomo_electric_2.jpg

Poster un Commentaire

9 Commentaires sur "Supraconducteur de taxi"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Vincent P.
Invité

Salut Pierre Laurent, peut-être préciser que pour les « brins supraconducteurs à haute température (HTS) », cette « haute température » est de … -196°C 😀
.
par contre, ce gain de 13% de rendement est-il vraiment valable vis à vis du coût que représenterait l’installation d’un tel système (sur une voiture du moins) ?

Avo
Invité

Hum… Et ça fonctionne comment ? C’est quoi un super conducteur ?

Q.Lo
Invité

Comment est-ce qu’on maintient de l’azote liquide à -196°C ?
Cela n’entraine-t-il pas une surconsommation d’électricité…? Au final, le jeu en vaut-il la chandelle ?

Vincent P.
Invité

@ Avo 13/06/2008 @ 12:10
un supraconducteurs est un « câble électrique » dont la résistance est (presque) nulle: il conduit l’électricité sans perte.
En pratique, un supraconducteur ne perd pas d’énergie par effet joule (chaleur): toute l’électricité est alors transformée en énergie mécanique par le moteur.
.
Ce système est donc « simplement » un moteur électrique refroidi à très basse température.
.
@ Q.Lo 13/06/2008 @ 12:36
Comme l’a dit PLR, en commentaire #2, c’est bien là le problème: une application d’un tel système ne serait pas possible avant 10 ans … et encore seulement pour les gros moteurs (bateaux, trains, …).

wpDiscuz