Accueil Nostalgie Toyota Sports 800 : une Frogeye en kimono

Toyota Sports 800 : une Frogeye en kimono

377
6
PARTAGER

Sports_800_7_s.jpgAu Salon de Tokyo 1965, Toyota est d’humeur sportive. La 2000 GT trône et impressionne, mais elle est inaccessible à la plupart. Il est impératif pour le constructeur de prendre une part du marché grandissant des jeunes Japonais qui, comme leurs homologues de l’époque d’une autre île lointaine dont la pop culture déferle jusqu’à Tokyo, se tournent de plus en plus vers les plaisirs hédonistes et abordables des roadsters et autres coupés sportifs et populaires.

Honda et Datsun ont déjà plongé dans la brèche, il est temps pour le constructeur de Nagoya de les imiter, et à côté de la future star de cinéma est exposée la nouvelle Sports 800.
L’idée ne tombe pas du ciel: Toyota a présenté en 1962 un concept dénommé Publica Sports basé sur sa berline populaire la Publica. La Sports 800 en reprend le principe, et le modeste moteur bicylindre refroidi par air de 790 cm3 de moins de 50 ch.

La Publica, petite berline populaire qui sert de base à la Sports 800
Sports_800_14_s.jpg

La Sports 800 doit se faire toute petite pour que ce moteur de mobylette l’emmène à vitesse raisonnable: stricte deux places, elle ne fait que 3,58 mètres et fait appel à l’aluminium pour ses ouvrants. Et parmi les ouvrants, on compte le toit, amovible. C’est le concept targa, plusieurs années avant que Porsche ne le popularise. Ce minimalisme lui permet de ne peser que 580 kg, et elle se propulse à 155 km/h, une vitesse somme toute respectable pour une telle puce.

Sports_800_3_s.jpg

Elle sera d’ailleurs dans les années suivantes de toutes les courses japonaises, où elle écume sa classe, et gagne des galons qui lui vaudront le respect que n’inspirait pas sa mécanique.

Sports_800_4_s.jpg

La Sports 800 sera construite jusqu’en 1969, à usage exclusif de l’archipel japonais, une poignée d’exemplaires à conduite à gauche parmi les quelques 3131 produits étant destinés à l’exportation pas très lointaine sur l’île d’Okinawa, sous administration américaine.

Comme pour la 2000 GT, c’est au Toyota Motorsports Festival 2006 que j’ai pu faire quelques clichés des voitures assemblées, une vingtaine parmi les 400 survivantes estimées.

Sports_800_9_s.jpg

Référence: Toyota Club Europe Association et 2000GT.net

Lire également:
Ode à la Toyota 2000 GT
Toyota Motorsports Festival 2006

Sports_800_10_s.jpg

Sports_800_11_s.jpg

Sports_800_12_s.jpg

Poster un Commentaire

6 Commentaires sur "Toyota Sports 800 : une Frogeye en kimono"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Jean Dupont
Invité

Cette bouille à craquer ! Bon, avec son cockpit haut, c’est l’exact inverse de nos auto-mitrailleuses chéries.

Ben moi j’aime. Il y avait une décapotable à vendre chez Christie’s au dernier Rétromobile. Tiens, Christie’s. Si vous êtes sages, je vous dirai tout le mal que je pense du catalogue de cette honorable marchande de tôle chicos, plus truffé de fautes en tous genres (traduction, syntaxe, orthographe, dactylo et même typo qu’un apprenti imprimeur ferait ça, il se prendrait sur la tronche un rouleau de papier qu’on pourrait imprimer tout l’Asahi Shimbun avec).

joff
Invité

Sportive populaire…. un concept à méditer, pour demain

CB
Invité

« Sportive populaire. un concept à méditer, pour demain ».

Sauf que la petite Smart Roadster, vraie descendante de cette puce ou de la A110, a disparu. A cause de sa boite de m…, ou parce que c’est pas aussi top qu’un Q7 pour la jouer grosse quéquette ?

sullpowaaa
Invité

CB : surement un peu des deux…

lourdi
Invité

C’est pas beau mais rare!!!

wpDiscuz