Accueil Endurance WEC 2018-2019 : ce qui change

WEC 2018-2019 : ce qui change

1229
10
PARTAGER

Le dernier Conseil mondial de la FIA a également pris ou entériné des décisions touchant le WEC. Voici ce qu’il convient d’en retenir.

Les amateurs d’endurance proto et GT seront toujours à n’en pas douter présents pour suivre le WEC l’an prochain, malgré la défection de Porsche et l’absence (momentanée ?), hormis Toyota, de grands constructeurs en LMP1. Les organisateurs, pour renforcer l’attrait sportif de la compétition, ont pris quelques mesures.

LMP1, arrêts aux stands, attribution des points : place au spectacle

En LMP1 (hybride et non-hybride) le titre de Champion du Monde sera dorénavant attribué à une équipe et non plus à un constructeur. Qui plus est, c’est la voiture du team la mieux classée qui marquera les points comptant pour le classement. Ainsi les privés auront plus de chances face à Toyota. Si les constructeurs ne peuvent alignés des prototypes non-hybrides, ils peuvent toutefois fournir des moteurs aux privés. Notons enfin, pour le LMP1, que son règlement LMP1 sera applicable au minimum trois saisons (dont une saison avec les voitures conformes au nouveau règlement actuellement à l’étude).

Dans les stands, toutes les écuries (et donc toutes les voitures) pourront à compter de 2018 changer de pilotes et effectuer un ravitaillement en même temps. Spectacle garanti.

La dernière grande évolution concerne l’attribution des points en dehors des courses de 6 heures. Ainsi aux 24 Heures du Mans, 50% de points supplémentaires seront attribués par rapport au barème des épreuves de 6 heures. Pour Sebring, 25% de points supplémentaires seront attribués par rapport au barème de ces mêmes épreuves de 6 heures.

Source et photo : WEC

Poster un Commentaire

10 Commentaires sur "WEC 2018-2019 : ce qui change"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
AXSPORT
Invité

L’écologie « m’a tuer »………

😉

fistulinside
Invité

Si c’est par rapport à l’hybride, pour le coup ça n’a (de mon point de vue) pas grand chose à voir avec l’écologie. L’hybride (dans le cas de gain de performance, en LMP1 1000 cv cumulés) fonctionne plus comme un facteur technologique qu’écologique. L’écologie en compétition, c’est plus l’Eco shell marathon ou truc du style… plus accès sur l’économie d’énergie. De mon point de vue en tout cas…

Invité

Sauf que l’hybride coute 100 millions là où une lmp1 privé doit pas dépasser les 15

akouel
Invité

15 millions on ne doit pas être loin du budget de développement d’une GTE (moteur inclus)
Une lmp1 ne pourra jamais faire ce budget selon moi.
Par contre le GTE, c’est là où il y a 5 constructeurs à suivre ! 😀

Verth.
Invité
« Dans les stands, toutes les écuries (et donc toutes les voitures) pourront à compter de 2018 changer de pilotes et effectuer un ravitaillement en même temps. Spectacle garanti. » En quoi le spectacle est-il garanti ? Qu’est-ce que ça change de fondamental ? Une fois de plus, la FIA se paye de mots et ses évolutions ressemblent plutôt à une tentative de sauvetage des meubles. L’attribution du titre de Champion du Monde à une équipe et non à un constructeur dans la catégorie principale est une erreur. C’est la porte ouverte vers une formule monotype ! Espérons que le GTE où… Lire la suite >>
Thibaut Emme
Admin
En fait, c’est un retour en arrière ! Mais le « spectacle garanti » peut se concevoir. L’ACO avait interdit les ravitaillements en même temps que les pneus (et le changement de pilote) pour allonger le temps des passages au stand et favoriser l’endurance et la faible consommation par rapport à la vitesse. Certains étaient donc en train de faire du « lift and coast », c’est à dire lever le pied en bout de ligne droite au lieu de taper les freins au dernier moment. La consommation est désormais capée par le « quantum d’énergie » alloué à chaque tour. Donc les ravitaillement coûteront moins… Lire la suite >>
Verth.
Invité

Oui. Concernant les évolutions souhaitables, je partage en partie votre point de vue. L’acceptation des GT3 en remplacement de l’actuelle catégorie GTE AM me paraitrait une bonne chose. A la condition de ne pas retrouver les mêmes constructeurs en GTE et en GT3.

Thibaut Emme
Admin

Je pensais plus à un GT4+ histoire d’avoir vraiment comme à la grande époque du Mans, des voitures « de tous les jours » coursifiées pour pas être ridicules.
En plus, cela fait une sacrée pub.

Ce qui en gros donnerait protos et GTE Pro se battant pour la victoire avec des arguments différents, GTE AM et GT4+ Pro ensemble à peu près, GT4+ AM.
Le Mans (et le wec) a un peu, à mon sens, perdu ce côté populaire des voitures qui y courent.

akouel
Invité
des GT4 + ce n’est pas une bonne idée je pense, elles seraient bien trop lente par rapport aux perfs des lmp ! c’était possible dans le temps où les P1 tournaient en 3’30 en qualifs, mais on parle de temps de P2 ajd. Il faudrait des GTE, bien gonflées questions moteur (pas trop liaisons au sol/châssis, pour ne pas exploser les coûts, car les GT1 mi 2000 n’ont pas fait long feu) et des GT3 pour les Am. Ces GTE doivent se battre pour l’overall, marre de voir la première GT en 18e position ! en 2006, les corvette… Lire la suite >>
Raymond Boncoin
Invité
@Thibaut Emme ‘ Pour le reste, à mon sens, le LMP1 devrait mourir pour le bien de l’endurance et des 24h. LMP1 en moins, le LMP2 devient la formule proto, avec des budgets plus faibles/abordables.’ C’est là une piste qui a certainement été ébauchée par l’ACO car elle s’est peu à peu imposée au fil des défections des poids lourds de la discipline. Cela rendrait le championnat moins dépendant du bon vouloir des constructeurs, et ferait revenir les coûts à un niveau acceptable pour les compétiteurs privés. L’engouement autour de la Formule-E et du TCR invite à réfléchir sur ce… Lire la suite >>
wpDiscuz