Accueil Breaks Essai Renault Mégane Estate GT 205 : Pour commercial pressé

Essai Renault Mégane Estate GT 205 : Pour commercial pressé

629
47
PARTAGER

La Peugeot 308 SW, l’un des breaks compacts les plus vendus dans l’Hexagone, a trouvé à qui parler avec l’inédite Renault Mégane Estate. Une fois n’est pas coutume, c’est dans les environs de notre base en région parisienne, sur les routes sinueuses de la vallée de Chevreuse que nous l’avons essayée, dans sa version la plus véloce. C’est parti au volant de la GT 205 chevaux.

Style extérieur

Question design, on va la faire plutôt courte, car jusqu’au montant B, rien ne change. Elle garde donc son regard technologique souligné par des bandes de leds, une véritable signature lumineuse qui marque l’identité de la nouvelle Mégane sortie l’an passée. Avec ses habits de GT, elle gagne une calandre à la grille façon « nid d’abeille » et une base de bouclier ajourée, encadrée de deux moustaches grises enveloppant les clignotants. L’Estate s’allonge de quelques 27 cm qui font beaucoup de différence. L’empattement également en gagne 4, et ce n’est pas pour rien on le verra. Les montants arrière noirs donnent une impression de toit flottant, alors que des barres en aluminium font leur apparition. Le coffre de malle pentu dynamise un peu l’ensemble, alors que les feux reprennent le même design que ceux de la berline. En revanche, elle n’hérite pas de ses deux canules d’échappement, et on se demande bien pourquoi. Il paraît toujours difficile de parler de beaux breaks, mais celui-ci n’est pas à classer dans les plus disgracieux.

Essai_Renault_Megane_Estate_lba-8

Style intérieur et équipement

A l’intérieur, il n’y a donc, comme on l’attendait, pas véritablement de surprise. Il s’agit bien évidemment strictement du même que la Mégane, donc avec ses qualités et ses griefs. Même tablette tactile, mêmes équipements, même finition en hausse par rapport à sa devancière. La position de conduite est au poil, on se sent donc bien à bord à l’avant. Toutefois, les choses évoluent aux places arrières, avec un dossier de banquette moins vertical, qui ajouté au gain de place aux jambes rend le confort des passagers bien plus agréable. On insiste, on a vraiment de l’espace à l’arrière. Du coup, on se voit aligner les kilomètres sans peine assis derrière. Du côté de la soute, c’est le jour et la nuit comparativement à sa devancière. De 580 à presque 1700 litres une fois les assises rabattues. Plancher plat évidemment. Autant dire qu’on peut en charger des choses, et normalement on peut faciliter le transport d’un objet long en couchant le dossier du passager avant… mais pas sur la GT avec ses appui-têtes intégrés. Parfait pour le commercial qui vend des montres, moins pour celui qui s’occupe des horloges franc-comtoises.

Essai_Renault_Megane_Estate_lba-15

Sur la route

Sur la route, on s’éclate comme c’était le cas avec la berline. Cela apparaît moins évident sur les grandes Talisman et Espace, mais le 4 Control c’est l’arme de séduction de cette Mégane GT. En sélectionnant le mode le plus rigoureux de l’amortissement piloté, c’est le régal assuré. Elle enroule les petits tournants de notre parcours sans coup férir, et nous fait rire dans les rond-points. La stabilité qui nous laisserait presque pantois tant elle est exemplaire dans les longues courbes, étrangement nous frustre… Pourquoi ? Parce que là on se dit que 205 chevaux, c’est peu. On en veut plus, pour passer encore plus vite qu’on a pu le faire. Mais, en vérité, la cavalerie suffit largement. Elle entraîne à des vitesses répréhensibles sans problème, et permet des reprises comme on l’attend d’une voiture de cette puissance. La boite automatique EDC lisse les rapports et se laisse docilement mener en mode tout automatique sans se tromper. On regrette simplement quelques hésitations quand on décide de prendre la main sur sa gestion. Tout ça, elle fait sans rogner sur le confort, et offre donc ainsi l’un des meilleurs compromis du marché. Bon on aimerait peut-être un bruit un peu plus flatteur à l’échappement cela étant, plutôt qu’un bruit artificiel dans les haut-parleurs qui nous amuse bien cinq minutes, mais c’est tout. Enfin sur notre parcours vallonné, pour faire court la question des freins ne s’est tout simplement pas posée, il n’y a donc rien à dire là-dessus.

Essai_Renault_Megane_Estate_lba-3

Tarif et conclusion

Comme pour la Mégane GT berline, malgré ses qualités… on pense seulement à deux autres lettres synonyme de sportivité exacerbée chez Renault. On compte les longs mois qui nous séparent de la future RS ! Quant au professionnel, il l’adorera, mais il la réclamera en Diesel. L’affaire est entendue, car ce sera le cas à la rentrée. Pour l’instant, c’est 32 800 € pour celle-ci, en rappelant que la gamme démarre à 19 900 €.

Crédit photos : le blog auto

+Châssis 4 Control
Places arrières accueillantes
Coffre dans la moyenne supérieure
Boîte EDC seulement
Badge Renault Sport mais sonorité quelconque (ou artificielle)

 

Renault Mégane Estate GT 205 EDC
Moteur
Type et implantation4 cylindres en ligne
Cylindrée (cm3)1616
Puissance (kW/ch)151/205 à 6000
Couple (Nm)280 à 2400
Transmission
Roues motricesAvant
Boîte de vitessesAutomatique EDC à double embrayage
et 7 rapports
Châssis
Suspension avantNC
Suspension arrièreNC
FreinsDisques ventilés AV/ Disques arrière
Jantes et pneus225/40 R18
Performances
Vitesse maximale (km/h)230
0 à 100 km/h (s)7,4
Consommation
Cycle urbain (l/100 km)7,8
Cycle extra-urbain (l/100 km)4,9
Cycle mixte (l/100 km)6
CO2 (g/km)134
Dimensions
Longueur (mm)4626
Largeur (mm)1814
Hauteur (mm)1457
Empattement (mm)2712
Volume de coffre (l)521 → 1504
Réservoir (l)60
Masse à vide (kg)1430

Poster un Commentaire

47 Commentaires sur "Essai Renault Mégane Estate GT 205 : Pour commercial pressé"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
FlonFlon
Invité

Le cul me rappel celui de la Nevada. Bizarre. Je la trouve jolie quand même pour un « petit » break.

Pat
Invité

Pourquoi bizarre ?

SAM
Invité

Les compacts cartonnent en France surtout en version break! Elles ont pris progressivement la place des routières pour alimenter les flottes. Au mois de juin en Europe Renault avec 134 494 ventes est venu tutoyer les 165 079 ventes de VW. La 308 a plafonné à 21 034 ventes et la Mégane à 19 525 sans la version break. Son arrivée va confirmer ce succès! (surtout au Pays-Bas où Golf break, Clio break ou 308 break sont légions)

crash71100
Invité

Je n’avais pas vu le chiffre de vente du dernier mois. C’est très fort ce que fait Renault en terme de vente ! Ils peuvent même les doubler dans quelques mois vu la tendance actuel

zeboss
Invité

Combien d’immatriculation par le réseau ?

Béret vert
Invité

La ligne générale du break Megane est outrageusement pompé sur celle de la Honda Civic Tourer… en plus laborieux: la comparaison de chaque détail de carrosserie est à l’avantage de la japonaise.
Je la laisse aux commerciaux de chez Phildar.

stgermain41
Invité

Honda Civic Tourer !!!!!!! Faut changer de lunettes mon gars !

melk
Invité

Je suis surpris en lisant cet article. Vous parlez du choix de l’amortissement piloté et de votre ressenti derrière…êtes vous certain d’avoir perçu qqchose sur l’amortissement? Je pense qu’il n’est pas plus piloté que sur une sandero

Ben
Invité

Tout à fait d’accord! Sur l’Espace oui mais pas sur Megane GT!

panama
Invité

Sympathique petite auto pour père de famille en mal de sport – et de plaisir de conduite.

wpDiscuz