Accueil 4x4 Galop d’essai : Hyundai ix35 2013

Galop d’essai : Hyundai ix35 2013

258
22
PARTAGER

C’est en 2010 que l’ix35 a posé pour la première fois ses pneus sur nos routes. Le véhicule avait pour objectif de faire monter Hyundai en gamme et de s’adapter aux attentes du marché européen. Qualité en hausse et design travaillé sur le vieux continent étaient alors de rigueur. Aujourd’hui, l’ix35 bénéficie de la première mise à niveau de sa jeune vie.

Un laps de temps si court pourrait signifier un aveu d’échec. Disons-le, ce n’est pas le cas ici. Les ventes de l’ix35 dépassent les attentes de Hyundai, avec 250.000 exemplaires parcourant déjà les routes d’Europe, alors que la marque escomptait sur 50.000 exemplaires par an. Hyundai pourrait le laisser continuer 2 ou 3 ans sans modifications, mais la marque a de fortes ambitions, et veut apprendre et répondre au plus vite à nos attentes, d’où cette mise à jour anticipée.

On peut difficilement parler de « facelift » ici tant les changements stylistiques sont mineurs. En regardant bien, peut-être distinguerez-vous sur la face avant les nouveaux feux à LED, ou les Bi-Xénons. Les feux arrière trahissent plus facilement le nouveau modèle avec un emplacement des feux légèrement modifié grâce de nouveau à la technologie des LED. A l’arrêt, on notera également l’arrivée de nouvelles jantes. Il n’y aura pas de quoi rendre jaloux les propriétaires de la génération précédente.

L’intérieur suit la même direction, avec des évolutions discrètes. La qualité de certains matériaux est améliorée notamment sur les sièges. Ceux-ci se sont avérés confortables tout au long de notre trajet, et même si on remarque au premier coup d’œil qu’ils n’ambitionnent pas de concurrencer le cuir de modèles luxueux, les matériaux font suffisamment illusion pour rehausser le standing du véhicule. Les artifices habituels sont également présents, avec de nouvelles touches de chrome qui savent rester discrètes. L’évolution la plus notable reste l’écran central de 7″ qui améliore la visibilité des informations, dont celle du GPS.

Lors de notre précédent essai, nous avions noté des suspensions un peu dures. Il faut croire que ce type d’information est remontée en quantité suffisante chez Hyundai, puisque le nouveau ix35 dispose de suspensions moins fermes. Le moteur volontaire s’associe donc à une conduite coulée, qui correspond bien à ces véhicules haut sur pattes. La direction a également été revue pour être moins floue.

On trouve facilement sa position de conduite, quel que soit le gabarit du conducteur. On prend facilement en main l’ix35, qui ne dispose pas d’angle mort spécifique ou de montant trop large. De fait, on trace la roue aisément, avec une boîte de vitesses répondant à toutes nos sollicitations. L’accélérateur dispose d’un cran d’arrêt dans sa course, qui pourra vous inciter à la conduite économique, ou à un surplus d’énergie si vous faites fi de sa présence. Le moteur 2.0 CRDi de 136ch de notre essai permet de s’extirper rapidement de la circulation à bas régime, et demeure volontaire en vitesse de croisière. On lui reprochera juste un volume sonore encore un peu présent dans l’habitacle. A noter que les moteurs ont été travaillés sur le volet écologique. Notre motorisation, dans sa version 2 roues motrices, est désormais données pour 141g de CO2 au kilomètre.

Même si cela ne représente pas le gros des ventes, l’ix35 est également disponible en version 4×4. Nous l’avons essayé sur les chemins escarpés de l’arrière pays varois: 1,7 tonne qui vadrouille sur les pierres, avec une protection moteur en dessous. On avance doucement, le véhicule n’ayant pas une vocation de 4×4 au quotidien. L’engin s’en sort tout à faire correctement, bien que nous n’ayons pas eu à affronter une belle gadoue le mettant à rude épreuve. On passe, on tangue un peu, et on a tout de même hâte de retrouver le doux goudron où l’on sera plus à l’aise. Comme souvent, on utilisera un tel 4×4 pour aller jusqu’à un point de pique-nique loin de collègues touristes, c’est ce qu’il préfère.

Le nouveau Hyundai ix35 ne rendra pas vert de jalousie les acheteurs de la génération précédente. Les améliorations se font par petites touches, pour optimiser l’expérience de conduite qui semble chère à la marque. On retiendra surtout que le coréen s’adapte à grandes enjambées aux attentes des européens. Tant pis si la recherche et développement rogne sur les marges: la stratégie semble payante les parts du constructeur augmentant régulièrement. La concurrence doit avoir un œil attentif sur cela, un détour par la concession Hyundai la plus proche étant désormais une alternative crédible lors d’un achat.

Crédits photos : AD pour leblogauto.com / Hyundai

[zenphotopress album=15484 sort=random number=20]

+Rigidité du châssis / Motricité (hérités de la version précédente)
Nouvelle direction assistée
ESC
Plus d’options
Légère prise de roulis du fait du limage des têtes de suspension
Prix
Niveau d’émissions
Faible visibilité liée à la forme de la lunette arrière

 

Caractéristiques (2.0 CRDI 136)
Moteur
Type et implantation4 cylindres
Injection directe
Common rail
Transversal avant
Cylindrée1995 cm3
Puissance136 ch – 100 Kw à 4 000 tr/mn
Couple320 Nm de 1800 à 2500 tr/mn
Transmission
Roues motricesAvant
Boîte de vitessesManuelle à 6 rapports
Châssis
Suspension avantRoues indépendantes type MacPherson
Suspension arrièreMultibras
DirectionAssistée électrique à crémaillère
FreinsDisques ventilés (AV) pleins (AR)
Jantes et pneusAlliage – 225/60 R17
Performances
Vitesse maximale182 km/h
0 à 100 km/h10,8 s.
Consommation
Cycle urbain6,8 l/100 km
Cycle extra-urbain4,6 l/100 km
Cycle mixte5,4 l/100 km
CO2141 g/km
Dimensions
Longueur4 410 mm
Largeur1 820 mm
Hauteur1 655 mm
Empattement2 640 mm
Volume de coffre465-1436 l.
Réservoir58 l.
Masse à vide1 610 kg
Franchissement
Angle d’attaque et de sortie24,2° et 26,9°
Angle de dévers maximum45°
Garde au sol170 mm
Pente gravie44,19°

Poster un Commentaire

22 Commentaires sur "Galop d’essai : Hyundai ix35 2013"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Panama
Invité

Pour fans d’exotisme. Parce que franchement, vu le prix et les tarifs salés de son entretien (assurance, pièces détachées), ce n’est pas une affaire.

A chacun son choix : pour moi franchement, mieux vaut se tourner vers les leaders de la catégorie (VW et Honda)

Niva pas trop vieux
Invité

Tout à fait, ainsi que le prix d’achat élevé (au regard des prestations et de la mauvaise qualité de finition). Retenons aussi une fiabilité-qualité inférieure aux marques européennes et japonaise d’après les études fiabilité 2013.

GREG
Invité

Pourtant je connais des véhicules de pré-production (donc moins solides et moins bien montés) qui dépassent allègrement les 100000kms sans aucun soucis 🙂

sonic
Invité

Noublions pas une garantie 5ans et un look esterieur tres reussi ( cest une affaire subjective mais vu les ventes ca semble partagé par pas mal de monde!)
Apres la caricature des voitures asiatiques cest dépassé: la finition est bonne comme le confort et le moteur n’appelle que peu de repproches.
Pour lentretien vous allez chez Midas et votre auto tournera tres bien sans vous ruiner et enfin pour la cote de revente regardez les occas elles se maintiennent plus que bien.
Hé oui il nya pas que les allemandes et encore moins les francaises

Panama
Invité

La garantie de 5 ans c’est seulement si l’entretien est fait chez Hyundai.

Quant à Midas… à fuir selon mon avis

Panama
Invité

… et je ne parle pas de la valeur de revente de ces véhicules « exotiques » et dont la marque ne bénéficie pas d’une réputation établie.

Quand même
Invité
Je vous trouve un peu dur. J’ai dépassé les 100 000 kms et je n’ai pas de problème particulier. J’ai des collègues et copains qui roulent dans les leaders de la catégorie (plus précisément : Tiguan, 3008, Qashqai), et ne paient pas moins cher leur entretien, ni les pièces associées… La qualité de finition n’est pas exceptionnelle, mais il y aurait aussi pas mal à redire sur certains de ses concurrents dès qu’ils ont un peu servi. Je n’ai que le X1 d’un copain qui malgré les kms restent presque neuf. Reste le prix d’achat qui en effet me semble… Lire la suite >>
nithael70
Invité

Ne t’offusque pas, mais panama et niva font du korean bashing. Ils sont vexés des progrès et des parts de marché engrangées par les cousin hyundai/kia. Cela blesse leurs égos de savoir que vw et honda ne sont pas les seuls sur le marché. Concernant la fiabilité, roulant en soul, RAS, pas de surcout en entretien par rapport à du honda ou du vw équivalent (bien qu’il n’y ait pas d’équivalent chez ces 2 marques) et l’assurance est moins chère.

Panama
Invité

@nithael70 : après test en ligne sur mon assureur, le surcoût de la iX35 par rapport à une Tiguan est de 9,8%

Lex'
Invité

L’assurance des coréennes est généralement un peu plus élevée car les pièces sont plus chères. 😉

matta
Membre
Nous en avons acheté une il y a de cela 5 mois maintenant et mon bilan est… A FUIR! C’est vraiment de la m**** ! On a de la rouille dessus (oui oui ça existe encore!), problème de fixation du siège conducteur (embêtant quand même), toit ouvrant qui déconne (reste un espace lorsqu’il est fermé), bruit de roulement intolérable…que des emmerdes! Le garage a tout pris en charge jusqu’à maintenant mais pour une voiture neuve de plus de 30.000€ : NON ! Et je vous parle pas des charettes de remplacement qu’on a eu en attendant. Pour l’agrément de conduite,… Lire la suite >>
Lex'
Invité

idem.

J’ai une KIA Cee’d, après une ancienne Kia Cee’d. Dans les deux cas, que des pannes, forte décote, entretien plutôt cher. Je pensais que les nouvelles seraient plus fiables, mais c’est toujours de la merde.

Bref, des voitures qui ont du design mais qui offrent des prestations en nette retrait. Mais pour le savoir, faudrait-il savoir qu’il existe autre chose que des voitures coréennes ou des dacia.

wpDiscuz