Accueil Formula Nippon Super Formula 2013 : présentation

Super Formula 2013 : présentation

44
0
PARTAGER

La Formula Nippon n’est plus, vive la Super Formula. Avec ce changement de nom, la série nationale monoplace japonaise veut prendre de l’envergure. Passée par un creux dangereux en 2010, lorsque seulement 14 monoplaces se présentaient à la première course de la saison, elle a depuis repris peu à peu du poil de la bête et on retrouve ce week-end 19 voitures pour la première manche inaugurale de la nouvelle série à Suzuka.

Pour l’instant, seul le nom change. La métamorphose ne sera complète qu’en 2014, lorsque les châssis Swift FN09 laisseront place à la nouvelle SF14 conçue par Dallara et proche dans l’esprit des monoplaces de F1 et de GP2. Pour cette année, les FN09 livrent leur dernier combat, tout comme les V8 3,4l Honda et Toyota qui les équipent.

Calendrier

La saison comportera sept meetings comme à l’habitude, avec une différence de taille cependant. Au lieu d’aller à Twin Ring Motegi une seconde fois, la série sortira pour la première fois des frontières japonaises depuis 2004 pour aller concourir sur le tout nouveau circuit d’Inje en Corée, imitant le Super GT qui se rendra en Corée également cette année.

  • Epreuve 1 : Suzuka 13-14 avril
  • Epreuve 2 : Autopolis 1-2 juin
  • Epreuve 3 : Fuji Speedway 13-14 juillet
  • Epreuve 4 : Twin Ring Motegi 3-4 août
  • Epreuve 5 : Inje International Circuit 24-25 août
  • Epreuve 6 : Sportland Sugo 28-29 septembre
  • Epreuve 7 : Suzuka 9-10 novembre
  • Hors Championnat : Fuji Sprint Cup 15-17 novembre

Equipes

Comme toujours, les équipes se répartissent en deux camps, selon la provenance de la motorisation : Toyota  ou Honda, chaque team étant lié plus ou moins étroitement à l’un ou l’autre constructeur. Nissan n’ayant pas de moteur en Super Formula, les teams liés à Nismo sont équipés en Toyota. Il y a 19 inscrits cette année, avec un effectif pilotes globalement stable même si quelques mouvements internes redistribuent quelque peu les cartes. Revue d’effectifs :

Petronas Team TOM’S (Toyota)

  • 1. Kazuki Nakajima
  • 2. André Lotterer / James Rossiter

C’est le team dominant de ces dernières saisons, avec le champion en titre Kazuki Nakajima qui entame sa troisième saison, ayant désormais fait complètement la transition depuis la F1. La (bonne) surprise concerne la présence d’André Lotterer, que l’on voyait (et qui se voyait) parti en fin d’année dernière pour se consacrer entièrement à sa carrière en WEC. Il a finalement réussi à trouver un accord avec TOM’S pour disputer 5 des 7 épreuves du championnat, ratant la première et la dernière à Suzuka pour cause de WEC. Son remplaçant à ces deux occasions sera James Rossiter. Le pilote de réserve Force India fait la saison pour TOM’S en Super GT et il ne contentera pas de figuration pour ses piges en Super Formula.

Kondo Racing (Toyota)

  • 3. Hironobu Yasuda

Le Kondo Racing est une écurie proche de Nismo, et Yasuda un pilote Nissan en Super GT. Il entame sa troisième saison dans la série mais n’y a pas fait d’étincelles jusqu’à présent, et il n’y a pas vraiment de raison que cela change cette année, d’autant que le team de Masahiko Kondo n’a pas l’envergure des cadors du championnat.

KYGNUS SUNOCO Team Le Mans (Toyota)

  • 7. Ryo Hirakawa
  • 8. Loïc Duval / Andrea Caldarelli

Le team Le Mans a montré du potentiel à de nombreuses reprises les années précédentes mais jamais avec la régularité nécessaire pour viser des victoires multiples ou le titre. Cela pourrait changer. Loïc Duval qui revient, comme Lotterer, lorsque son volant Audi en WEC lui en laissera le loisir, a tiré le team vers le haut l’année dernière et est grimpé sur le podium à plusieurs occasions. Pour sa seconde saison dans l’équipe il devrait être en mesure de viser des victoires. Son jeune équipier est l’homme à suivre cette saison : champion de F3 japonaise de façon éblouissante la saison dernière, Hirakawa a tout du prodige. S’il continue sur le même rythme en Super Formula, il est destiné à de grandes choses. Loïc sera remplacé pour les deux manches à Suzuka par Andrea Caldarelli, le jeune italien qui est de plus en plus à l’aise sur les circuits japonais.

HP Real Racing (Honda)

  • 10. Koudai Tsukakoshi
  • 11. Yuhki Nakayama

Le team Real Racing n’a pas le même niveau en Super Formula qu’en Super GT. Jusqu’à présent, on pouvait imputer ce manque de performance à des pilotes pas au top mais cette année plus d’excuses avec l’arrivée de celui qui est sans doute le pilote Honda le plus rapide du moment, Koudai Tsukakoshi. Ce sera un test pour lui aussi de montrer qu’il est capable de fédérer un team autour de lui. Son équipier Yuhki Nakayama est un semi-débutant, n’ayant pas encore une saison complète au compteur dans la discipline.

Team Mugen (Honda)

  • 15. Takuma Sato / Takashi Kobayashi
  • 16. Naoki Yamamoto

Le team Mugen passe à deux voitures pour la durée du championnat alors que ces dernières saisons Yamamoto était le seul pilote de la formation. Cette année il sera secondé par le duo Takuma Sato / Takashi Kobayashi, le second prenant la place du premier quand celui-ci sera occupé par son programme Indycar. Les quelques participations de Taku l’année dernière ont montré que sa popularité auprès du public japonais est intacte. Il aura à coeur cette année de démontrer qu’il n’est pas qu’une guest star mais qu’il peut se mêler à la lutte en tête. Kobayashi aussi, qui tarde à confirmer les promesses entrevues en F3.

KCMG (Toyota)

  • 17. Richard Bradley

Après Alexandre Imperatori, l’écurie de Hong Kong va faire rouler un autre européen expatrié en la personne de Richard Bradley, le jeune Anglais basé à Singapour. Après un titre en Formula BMW Pacific et deux saisons en F3 japonaise chez TOM’S, Bradley grimpe logiquement d’un cran. KCMG n’ayant pas de gros moyens, il cherchera avant tout à se faire remarquer par des coups d’éclat durant la saison.

Lenovo Team IMPUL (Toyota)

  • 19. Joao Paolo de Oliveira
  • 20. Tsugio Matsuda

L’équipe IMPUL n’est jamais loin de la tête, et cette année se présente particulièrement bien avec l’arrivée d’un gros sponsor, Lenovo. JP Oliveira et Tsugio Matsuda, tous deux champions de la discipline, n’ont rien à apprendre et ont tous deux leur chance au championnat.

Nakajima Racing (Honda)

  • 31. Daisuke Nakajima
  • 32. Takashi Kogure

Autrefois écurie de pointe Honda, la structure de Satoru Nakajima s’est retrouvée à la dérive après le départ de Loïc Duval et a touché le fond en 2012 avec une saison complètement ratée. 2013 devra être l’année de la rédemption avec un Takashi Kogure retrouvé qui a passé les tests hivernaux en haut des feuilles de temps et qui vient de remporter la première course de Super GT de l’année. Son équipier est le cadet de la famille Nakajima qui a montré à quelques reprises un certain potentiel l’année dernière, mais qui doit changer de braquet s’il veut devenir un acteur de poids de la discipline.

Projet Mu/Cerumo Inging (Toyota)

  • 38. Kohei Hirate
  • 39. Yuji Kunimoto

L’écurie Cerumo continue avec ses deux pilotes Kohei Hirate et Yuji Kunimoto. Le jeune Kunimoto est sur la pente ascendante et devrait être capable à l’occasion de sortir un résultat, comme Hirate, mais Cerumo Inging est clairement une écurie de milieu de tableau.

Docomo Team Dandelion Racing (Honda)

  • 40. Takuya Izawa
  • 41. Hideki Mutoh

Le team Dandelion a repris le flambeau du Nakajima Racing comme la meilleure écurie Honda, et l’année dernière Izawa et Tsukakoshi ont été en lutte pour le titre, bien qu’ils se soient un peu trop partagé les points. Cette année, avec Tsukakoshi parti chez Real Racing, Izawa se retrouve avec un statut de no1 incontestable, son nouvel équipier Hideki Mutoh, revenant en monoplace, n’a pas la carrure pour lui faire concurrence. C’est sans doute une bonne chose pour lui et l’équipe, qui pourra se concentrer sur un pilote. Izawa appartient au club des titrables.

Tochigi Le Beausset Motorsports (Toyota)

  • 62. Koki Saga

Saga continue sa participation mais ne devrait pas quitter la queue du peloton dans laquelle il se trouve depuis son arrivée il y a deux ans. Son seul objectif pour la saison sera de finir devant Bradley, le représentant de l’autre petite écurie du plateau.

C’est Takuya Izawa qui a obtenu la pole position pour la course de ce dimanche, devant Kogure et les deux pilotes Impul Oliveira et Matsuda.

Crédit images : FRP, Mobility Land

 

 

 

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz