Accueil BMW Essai occasion : BMW 335i

Essai occasion : BMW 335i

458
13
PARTAGER

Pour ce 3ème opus de nos essais d’occasions récentes, nous vous avions laissés choisir le modèle. Rapidement les deux puissants moteurs essence semblaient se démarquer, à savoir le coupé 335i et l’Audi S5. Toutefois, c’est bien la Renault Laguna coupé Diesel de 235 ch qui fut longtemps l’outsider en passe de prendre la tête des suffrages. Finalement, la passion (ou/et la raison) l’a emporté, peut-être le signe que le pays compte encore des adeptes des coupés essence dynamiques dans nos contrées, dans un contexte où l’on se réjouit de faire du sport  à 4000 tr/min. Pour le prix de cette BMW de seconde main forte de 306 ch, beaucoup pourraient se tourner vers un modèle neuf au badge moins prestigieux, avec des performances moins flatteuses. Mais quand le plaisir se mêle à un portefeuille certes rempli, mais qui ne déborde pas, cette 335i d’occasion apparait comme une alternative intéressante.
Essai vidéo :

Notre modèle mis à disposition possède une particularité, avec au compteur 71 000 km parcourus en moins de deux ans. Il existe donc des sociétés qui prennent  en leasing (origine du véhicule) des voitures qui ne sont pas des Diesel de moins de 200 chevaux au coût d’utilisation raisonnable. Heureux ex-propriétaire ! Qui plus est, ce dernier semble avoir pris soin de son bébé, dans un état impeccable malgré son temps passé sur les routes comme en témoigne son kilométrage. Même pas une rayure sur une jante, et un habitacle qui semble dater d’à peine quelques mois. Reste que deux ans, c’est peu, et bien que la voiture ait beaucoup rouler, il n’y a pas de raison que les matériaux et l’aspect des différents éléments semblent vieillis. Il faudrait certes revenir dans quelques années pour émettre un véritable avis pertinent sur ce point, mais la qualité perçue parait véritablement de haut vol.

Cela semble une évidence, mais plus que pour tout autre type de voitures, sur une sportive (car c’en est une, on y reviendra) de ce genre il faut impérativement s’assurer d’un historique irréprochable. Entretien, réparations, usures et organes de transmission, un regard rigoureux assisté si possible d’un expert, s’avère indispensable. Sous peine d’avoir des mauvaises surprises qui peuvent rapidement se traduire en factures à 4 chiffres sans virgule. D’ailleurs, pour les modèles des premiers millésimes, il faut vérifier s’il n’apparait pas sur le carnet de suivi des interventions sur les turbos, BMW ayant pris en charge sous garantie des soucis à ce niveau là. Le réseau a aussi noté des problèmes avec comme conséquence une consommation d’huile anormale, une réparation qui sous certaines conditions fut gérée par le constructeur de Munich. Au-delà de ça, un essai permet de se rendre compte de l’état des organes de transmission, ici la boite automatique Drivelogic à 7 rapports notamment, qui on l’imagine fut sollicitée.

Avant même de démarrer, on reste tout de même surpris par le classicisme des traits de ce coupé, qui ne trahissent aucunement le caractère pourtant trempé avec ce 6 cylindres biturbo. A vrai dire, il faut un œil très exercé pour différencier à l’œil une 320d d’une 335i. Toutefois, au moment de tourner la clé, évidemment les doutes disparaissent, et le simple bruit du démarreur laisse deviner que l’on s’apprête à cravacher un fougueux destrier. A l’oreille, c’est du BMW pur jus ! Ca tourne clair, et dès lors on se prépare au décollage. Après quelques  rondes pour s’échauffer, très vite on passe au mode sport. A Munich, le sport on connait, on le détecte d’entrée. A peine 5 secondes pour abattre l’exercice du 0 à 100 km/h, de l’intérieur ça reste un moment bien agréable…

Au-delà de ça, avec un amortissement aux accents d’M3 on profite pleinement de ce moteur 6 cylindres en ligne suralimenté par non pas un mais deux turbos. Du coup, on retrouve un caractère explosif à tous les étages, avec un bloc plein comme œuf tout le temps. Néanmoins, le confort semble avoir été en partie sacrifié sur l’autel du dynamisme, ce qui rebutera ou ravira certains. Sur temps sec, quel régal… et quel facilité de conduite. Cette 335i donne des sensations, ravit les oreilles comme l’égo… au point d’en perdre un peu la raison. Pour être honnête, n’étant pas moi-même « béhémiste », je compris à cette occasion le plaisir de conduite et la sportivité dont parlent souvent les fans de la marque. Quant à la boite de vitesses, voilà la parfaite compagne qu’il faut à ce moteur. 7 rapports étagés pour le sport et rien d’autre, aux temps de passage relevant du clin d’œil où la formule « sans rupture de couple » veut vraiment dire quelque chose. Au passage, le fonctionnement des palettes grâce auxquelles on commande la montée les tirant, et la descente avec les pouces se révèle logique et plus dynamique. Pour parler des choses qui fâchent, une auto pareille consomme beaucoup de carburant… vraiment beaucoup de carburant, 10 litres minimum même en étant raisonnable, et au-delà des 20 à l’aise en jouant les pilotes.

Et c’est là le nœud du problème. Quand on goute au plaisir que distille une voiture pareille, on peut être tenté de se laisser guider par le portefeuille pour s’offrir un peu trop rapidement une occasion qui semble raisonnable. Et puis pour profiter de sa monture, il faut la ménager sans transiger, ce qui comprend un coût d’entretien des plus élevés, à n’effectuer bien entendu que dans le réseau pour préserver ses performances de haut niveau. 34 890 € en l’occurrence pour ce modèle franchement irréprochable.

Poster un Commentaire

13 Commentaires sur "Essai occasion : BMW 335i"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Miguel
Invité

En effet la 335i doit procurer beaucoup de plaisir même si pour moi 75000 en deux ans me semble beaucoup . Mais vu la qualité de finition allemande sans cesse en hausse depuis deux ans on peux se poser la question . Est ce encore utile d’ acheter du neuf ? Car une voiture qui est en moyenne 45% moins cher après seulement 2 ans , je me dis il y a de quoi réfléchir . J’achete des voitures neuve notamment Audi bas je crois que les prochaines seront des VD ou des VO .

r.burns
Invité

VD en sportives c’est pas pareil que des VD non-sportives… zéro rodage etc etc

Mister_D
Invité

Le type de bi-turbo décrit dans la vidéo est celui du 35d, pas du 35i. Là, il s’agit de 2 turbos qui sont en ligne, et fonctionnent tjs en même temps. On ne s’improvise pas connaisseur…

poulet
Invité

La S5 , la S5 , allez allez ,la S5 , la S5 …

MiguelAnge
Invité

Faux! Ils ne fonctionnent pas toujours en même temps. Ils sont combinés sur la 35d mais par exemple à haut régime, seul le gros Turbo tourne car le plus petit a déjà dépassé son point de fonctionnement. Cela dit, ce n’est pas gênant car à hauts regimes, les gaz d’echappements ont suffisament d’energie pour entraîner le plus gros….

Par contre je te rejoins sur la meconnaissance de certains. Passe encore pour l’observateur lambda, mais un auteur d’un article sur ces sites specialisés doit avoir un minimum de bagages soit doit de se renseigner…

wpDiscuz