TotalEnergies se désengage des stations-service en Europe
par Thibaut Emme

TotalEnergies se désengage des stations-service en Europe

L'ex-pétrolier, désormais "énergéticien" TotalEnergies a décidé de se désengager de pas moins de 2 175 stations carburant en Europe. C'est le Canadien Couche-Tard qui les rachète. L'argent doit financer une partie de la transition électrique chez TotalEnergies.

Zapping Le Blogauto Essai de l'Abarth 500E

La transaction, annoncée publiquement en mars 2023 a donc mis 9 mois pour arriver à terme. TotalEnergies a finalisé mercredi 3 janvier 2024, la cession d'une partie de ses stations-service en Europe au groupe canadien de distribution, d'alimentation et de carburants Couche-Tard. Ce groupe n'est pas un inconnu puisqu'il s'était porté acquéreur du groupe Carrefour en 2021. Couche-Tard veut de longue date se renforcer en Europe et voit là une bonne manière de le faire.

Concrètement, la transaction porte sur 2 175 sites de vente au détail en Europe, dont une grosse majorité en Allemagne (1 191 sites). La Belgique avec 562 stations, mais aussi les Pays-Bas (378 sites) sont les principaux pays concernés. C'est une opération à 3,4 milliards d'euros pour TotalEnergies.

Ces sites, cela représente 100% des actifs "commerce de détail" de TotalEnergies en Allemagne et au Pays-Bas. Pour la Belgique ou le Luxembourg, Total conserve 40% du capital, mais en cède 60% à Couche-Tard. TotalEnergies continuera d'approvisionner les sites vendus pendant au moins 5 ans.

Quel intérêt pour TotalEnergies ?

Depuis le vote au Parlement Européen en février 2023, confirmant l'interdiction de vente de véhicules neufs thermiques au sein de l'Europe à partir de 2035, toute l'industrie automobile se met en ordre de bataille. Aussi, pour prévenir des pertes de revenus liés aux carburants, TotalEnergies anticipe et se désengage des stations "classiques". On aurait pu s'attendre à voir TotalEnergies transformer peu à peu ses stations carburants en stations hybrides avec l'ajout de bornes électriques.

Sauf que les VE se rechargent principalement à domicile et que la charge en station sera, à priori, bien moindre que les pleins de carburants actuels. Le groupe a donc décidé ses coupes rases dans certains pays. Désormais, TotalEnergies va se concentrer sur « le développement des nouvelles mobilités ». Electrique et hydrogène devraient donc être au programme avec la transformation des réseaux de distribution.

Notre avis, par leblogauto.com

11 ans avant la fin théorique de la vente de véhicules thermiques neufs en Europe, TotalEnergies anticipe en vendant une partie de son réseau de distribution de carburant. Cela paraît étrange surtout quand on sait qu'en 2035, il restera encore des véhicules thermiques en circulation pour de nombreuses années, sauf bond technologique dans l'électrique d'ici-là.

Pour autant, prévoir les changements c'est vital pour un groupe comme TotalEnergies. La bascule vers la production et la distribution d'électricité a été initiée par feu Christophe de Margerie et poursuivie par Patrick Pouyané, l'actuel PDG. Pour autant, le pétrole reste un incontournable de nos vies quotidiennes, même hors carburant, et TotalEnergies n'est pas près de se désengager du pétrole.

Vous cherchez un véhicule d'occasion ?

Retrouvez des milliers d’annonces sélectionnées pour vous aider à trouver le bon véhicule d’occasion.
Podcast Men's Up Life
 

Pour résumer

TotalEnergies a décidé de vendre au Canadien Couche-Tard une grosse partie de son réseau de distribution de détail de carburant en Europe. Le désengagement est total en Allemagne, et partiel en Belgique ou Luxembourg.

C'est l'interdiction de vente de véhicules thermiques neufs à partir de 2035 en Europe qui pousse TotalEnergies à se désengager de son réseau de distribution des carburants classiques, anticipant la perte de rentabilité.

Thibaut Emme
Rédacteur
Thibaut Emme

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.