Credit Photo - Viapass
par Thibaut Emme

Taxe poids lourds en Alsace, cela avance

C'est un peu le retour de l'écotaxe, mais à un niveau régional et surtout concerté. L'appel d'offres vient d'être lancé par la Collectivité Européenne d'Alsace pour une mise en service sans doute d'ici 3 ans.

Zapping Le Blogauto Essai Dacia Jogger

La Collectivité européenne d’Alsace (CEA) a décidé de - enfin - réagir et de mettre en place une taxe poids-lourds. Cette taxe vise à rééquilibrer le trafic routier de part et d'autre du Rhin. En effet, en Allemagne, les poids-lourds doivent payer pour rouler depuis la mise en place il y a des années de la LKW-Maut (péage PL). Cela fait qu'une grande partie du trafic se reporte sur l'Alsace où une grande partie des trajets sont non payants. On parle de 2000 à 2500 véhicules par jour.

La CEA a donc lancé un appel d'offres pour mettre en place et opérer un système de collecte et de contrôle de la taxe kilométrique, alias la "taxe poids-lourd". Cette taxe a été autorisée "par l’ordonnance no 2021-659 du 26 mai 2021 telle que ratifiée par la loi no 2022-269 du 28 février 2022". Cela permet à une région de mettre en place la petite-fille de l'éco-taxe.

Cette mise en place est donc régionalisée, et peut être adaptée pour une catégorie de véhicules uniquement. Ici, cela devrait utiliser la géolocalisation satellite en utilisant les systèmes embarqués déjà existants dans les PL, c'est le "On-Boar Unit" ou "OBU". Cela devrait aussi permettre de taxer les trajets hors autoroute.

La remise des dossiers est limitée au 31 juillet prochain. Viendra ensuite la période de sélection, et la remise des offres finales est prévue pour mai 2023. Le marché en lui-même devrait être signé en octobre 2023 pour une mise en service du "R-Pass" sans doute pour 2024 ou 2025. Il sera sur le modèle du Viapass mis en oeuvre en Belgique depuis 2016, sur l'ensemble des trois régions, Flandre, Wallonie et Bruxelles.

Notre avis, par leblogauto.com

La taxe poids-lourd n'est pas du goût de tout le monde. En Alsace, le report de trafic fait qu'il y a pratiquement consensus. Mais, dans d'autres régions, les PL sont "les bienvenus". C'est le cas en Bretagne par exemple, région où la fronde anti-écotaxe avait été la plus forte. Cette fronde était menée par les patrons transporteurs, ainsi que "les agris". La Bretagne est un gros pourvoyeur de fruits et légumes de France et taxer pour sortir de sa propre région était très très mal vécu.

Pour le moment, l'Alsace est donc un peu seule. Toutefois, d'autres régions regardent la possibilité de mettre une telle taxe pour contrôler aussi les flux de camions. Ainsi, en Ile de France, une réflexion est menée pour savoir si cela pourrait être opportun de mettre en place un "octroi" pour forcer les camions à contourner la région par les grandes autoroutes, loin de Paris. Quant au ferroutage ? C'est le grand perdant de ces taxes...

Pour résumer

C'est un peu le retour de l'écotaxe, mais à un niveau régional et surtout concerté. L'appel d'offres vient d'être lancé par la Collectivité Européenne d'Alsace pour une mise en service sans doute d'ici 3 ans. L'objectif est de faire payer les poids-lourds pour l'usage des routes et rééquilibrer le flux de camions avec l'Allemagne.

Thibaut Emme
Rédacteur
Thibaut Emme

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.