Les voitures à bas prix attirent les Européens
par La rédaction

Les voitures à bas prix attirent les Européens

Selon Dacia ne cesse de surfer en haut de la vague, cette nouvelle enquête met en lumière que les marques et véhicules à bas prix devraient encore avoir de beaux jours devant elles.

Zapping Le Blogauto Essai Jeep Avenger de 156 chevaux

Selon l'enquête européenne de l’Observatoire Cetelem de l’Automobile, plus de la moitié des personnes interrogées seraient disposées à investir dans l'achat d'unn véhicule à bas prix ce qu'importe sa provenance. Dans le même temps, cette étude révèle que les Français sont les moins disposés à faire une folie pour acquérir une automobile avec seulement 12 % d'entre eux contre une moyenne de 20 % en Europe ou même 27 % en Angleterre et en Allemagne. Alors que la marque Dacia ne cesse de surfer en haut de la vague, cette nouvelle enquête met en lumière que les marques et véhicules à bas prix devraient encore avoir de beaux jours devant elles.

Alors que 5 % seulement des Français se disaient prêts à acquérir un véhicule low-cost en 2006, la dernière enquête européenne de l’Observatoire Cetelem de l’Automobile montre que désormais 18 % des Français sont prêts à investir dans un véhicule dans cette gamme de tarifs.

Un résultat toutefois en-deçà de la moyenne constatée à l'échelon européen à hauteur de 29 %. D'autres sondés montrent davantage d'envie comme au Portugal ou en Espagne avec des intentions se chiffrant à 40 % et 36 % ou même en Angleterre à raison de 39 %.

Cette même étude dévoile que 57% des européens sont prêts à acheter un véhicule de marque chinoise ou indienne. Les Allemands et les Français avec 49 % et 41 % étant toutefois les plus réfractaires. Enfin le facteur prix reste, surtout à cette époque, un élément déterminant dans l'achat d'un véhicule.

Ainsi parmi les européens qui envisagent d’acheter une voiture neuve dans les 12 mois, seuls 30 % souhaitent la payer moins de 8 000 euros (21 % des Français), 40 % entre 8 et 12 000 euros et 30 % plus de 12 000 euros (43 % des français, 48 % des allemands et seulement 19 % des italiens).

A signaler enfin que low-cost n'est plus du tout, enfin de moins en moins, synonyme de qualité au rabais. La vague du low-price est donc bien réelle. Et vous seriez-vous prêt à investir dans un petit véhicule chinois ou indien s'ils venaient à être commercialisés en France ? Tous les autres détails sur cette étude sont à découvrir en cliquant sur ce lien.

[poll id="8"]

Source : Observatoirecetelem.

Vous cherchez un véhicule d'occasion ?

Retrouvez des milliers d’annonces sélectionnées pour vous aider à trouver le bon véhicule d’occasion.
Podcast Men's Up Life
 

Pour résumer

Selon Dacia ne cesse de surfer en haut de la vague, cette nouvelle enquête met en lumière que les marques et véhicules à bas prix devraient encore avoir de beaux jours devant elles.

La rédaction
Rédacteur
La rédaction

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.