par La rédaction

MG Rover : l'enquête pénale n'aura pas lieu

2005, le constructeur MG Rover sombre entraînant dans sa chute le licenciement de quelques 5 000 salariés. La faillite du constructeur laissant planer quelques interrogations aurait pu rebondir dans les prochaines semaines Serious Fraud Office, le bureau en charge de l'étude des fautes graves dans la disparition d'un groupe ou dans le cas de malversations financières, la chute de MG Rover n'entraînera finalement aucune suite judiciaire.

Zapping Le Blogauto Essai Cupra Formentor VZ5 sur neige

2005, le constructeur MG Rover sombre entraînant dans sa chute le licenciement de quelques 5 000 salariés. La faillite du constructeur laissant planer quelques interrogations aurait pu rebondir dans les prochaines semaines en cas de déclenchement d'une enquête pénale. Selon l'organisme anglais Serious Fraud Office, le bureau en charge de l'étude des fautes graves dans la disparition d'un groupe ou dans le cas de malversations financières, la chute de MG Rover n'entraînera finalement aucune suite judiciaire.

Le communiqué laconique publié sur le site officiel du Serious Fraud Office indique clairement qu'aucune enquête pénale ne sera finalement diligentée. Les autorités britanniques en charge de tout ce qui touche autour des délits financiers estiment que selon les éléments à sa disposition, une enquête ne s'impose pas.

Une enquête indépendante, mais non pénale, avait été au préalable menée durant quatre années coûtant plus de 15 millions d'euros pour éclaircir la chute de MG Rover et sa vente (jamais dévoilée officiellement du reste). En résumé si subsistent quelques zones d'ombres, rien ne permet finalement de déclencher des investigations pénales.

Dommage que le communiqué de presse de l'organisme en question ne communique pas davantage de détails précis sur les raisons ayant motivé cette ultime décision.

A lire également. MG Rover : la faillite du groupe soumise à l'examen de la justice.

Source : SFO.

Pour résumer

2005, le constructeur MG Rover sombre entraînant dans sa chute le licenciement de quelques 5 000 salariés. La faillite du constructeur laissant planer quelques interrogations aurait pu rebondir dans les prochaines semaines Serious Fraud Office, le bureau en charge de l'étude des fautes graves dans la disparition d'un groupe ou dans le cas de malversations financières, la chute de MG Rover n'entraînera finalement aucune suite judiciaire.

La rédaction
Rédacteur
La rédaction

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.