La route solaire, un gouffre bientôt démantelé
Credit Photo - Colas
par Thibaut Emme
Adieu la route Royal

La route solaire, un gouffre bientôt démantelé

La route solaire, alias la route Royal car voulue par la Ministre Ségolène Royal, va bientôt être démontée. Un gouffre de plusieurs millions qui n'a démontré qu'une seule chose : on ne peut pas aller contre la science et la réalité.

Zapping Le Blogauto Essai du Renault Espace - 200 chevaux

Il y a un peu plus de sept ans, la Ministre de l'Environnement, Ségolène Royal, lançait les travaux de la "route solaire" initiée par Colas, pourtant aguerri des travaux routiers. Le principe de cette départementale dans l'Orne (61) à Tourouvre-en-Perche était d'utiliser une surface déjà artificialisée (la route) pour produire de l'électricité. Suffisamment en théorie pour alimenter l'éclairage public d'une ville de 5 000 habitants environ.

Colas et Wattway étaient confiants, et ont convaincu l'Etat et sa Ministre de débourser 5 millions d'euros pour ce petit projet de panneaux photovoltaïques intégrés à la route. Hélas cette route n'a jamais vraiment produit le moindre kWh. La route unique au monde est un fiasco mais a démontré quelque chose : les véhicules sont très destructeurs pour la route. Pourtant Colas devrait le savoir.

Très rapidement il y a eu des soucis sur le kilomètre de route équipé. Le tronçon est déséquipé des dalles trop fragiles et on relance le projet sur 400 m à peine avec de nouvelles dalles photovoltaïques. Selon le média "Le Perche", la production n'aurait même pas permis d'alimenter trois logements sur la durée de l'expérience.

Pire, le tronçon a souvent été en travaux à cause de cette expérimentation, provoquant l'exaspération des locaux. Cette route permet l'accès à la nationale 12 et cela devenait très compliqué d'y accéder. Pour la commune de Tourouvre, l'expérimentation n'aurait pas coûté directement d'argent, l'Etat et Colas ayant tout pris en charge. Mais pour l'image et l'opinion des habitants, cela reste de l'argent jeté par les fenêtres.

Concrètement, les plaques se décollaient régulièrement, endommageant les panneaux et coupant des pans entiers de production. Une piste pourrait être d'équiper les trottoirs ou les pistes cyclables, qui n'accueillent pas de véhicules lourds, destructeurs.

 

Notre avis, par leblogauto.com

Une expérimentation, ce n'est jamais vraiment inutile. Ici, cela a permis de valider ce que beaucoup disaient dès le début du projet : une route n'est pas faite pour installer des choses fragiles. Les panneaux le sont, même renforcés et les véhicules "défoncent" littéralement les routes, on peut tous le constater tous les jours.

Reste que 5 millions d'euros auraient permis l'installation de panneaux plus classiques, quitte à les mettre sur des ombrières. C'est d'ailleurs la méthode favorite actuellement pour ne pas prendre plus de fonciers puisque l'on met les panneaux en hauteur, sur des parkings ou même des champs. Quant à la route Royal, elle sera démontée complètement sous peu et envoyée aux oubliettes des fausses bonnes idées.

Vous cherchez un véhicule d'occasion ?

Retrouvez des milliers d’annonces sélectionnées pour vous aider à trouver le bon véhicule d’occasion.
Podcast Men's Up Life
 

Pour résumer

Colas et Wattway avaient réussi à convaincre l'Etat et la Ministre de l'Environnement de l'époque, Ségolène Royal, d'investir dans l'expérimentation de la "route solaire". Las, plus de 7 ans après le lancement il faut se rendre à l'évidence : c'était une mauvaise mauvaise idée. Elle sera bientôt totalement démantelé.

Thibaut Emme
Rédacteur
Thibaut Emme

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.