par Thibaut Emme

La F1 veut bannir les patrouilles survolant les grands-prix

Selon un mail consulté par racingnews365, la Formule 1 a décidé d'interdire aux promoteurs des Grands-Prix de faire passer les patrouilles nationales.

Zapping Le Blogauto Essai Suzuki Vitara

C'est pourtant un passage toujours apprécié par les spectateurs et les téléspectateurs. Serait-ce parce que ce sont des avions militaires ? On pourrait penser que l'image d'avions de chasse ne sied plus à la F1. Mais, que nenni ! Officiellement, c'est le carburant desdits avions qui déplait à la F1 !

La Formule 1 veut passer au carburant "renouvelable" et considère qu'il n'est pas dans cette ligne de faire passer des avions qui dessinent dans le ciel les couleurs nationales du GP. Certains promoteurs font survoler la piste par des avions commerciaux. Cela se fait beaucoup dans les pays du Golfe. Mais, là, la F1 ne trouvera sans doute rien à redire puisque ces engins tournent souvent au "biofuel". Cela reste de la pollution...mais "sustainable".

La F1 continue dans le n'importe quoi

Selon le média, Red Bull pourra même continuer de faire voler d'anciens coucous lors du GP d'Autriche (les Flying Bulls). Certaines patrouilles qui utilisent des carburants "moins sales" seront-elles autorisées ? Selon Reuters, les Red Arrows (G-B) ne seraient visiblement pas concernés. L'agence indique que Stuart Pringle, directeur du circuit de Silverstone, a déclaré qu'ils continueront de survoler l'ancien aérodrome lors des GP car "non considérés comme militaires". Ah bon ? Ils sont militaires comme la Patrouille de France, et volent sur des jets militaires (des BAe Hawk) tout comme les Français (des Alphajets). Cela risque d'être la grande confusion entre qui peut voler et qui ne peut pas.

Si la Formule 1 voulait encore plus se ridiculiser qu'après la fin de la saison dernière, elle ne s'y serait pas prise autrement. Que ce soit l'aspect "environnemental" ou le fait que cela peut être une "publicité" pour les forces militaires d'un pays, la F1 oublie qu'elle génère des tonnes de CO2 et autres pollutions et surtout, qu'elle met en avant certains pays à la réputation dirons-nous douteuse. La saison 2022 débutera à Bahreïn avant d'aller en Arabie Saoudite.

Bientôt des voitures à pédales en Formule 1 ? Les accidents seront moins dangereux. En revanche, le carbone des voitures sera toujours aussi polluant à produire, de même que les pneus, les moteurs, les parties hybrides, etc. Ridicule ! On attend l'officialisation, à moins que la F1 ne fasse machine arrière.

Illustration : GP de France

Pour résumer

Selon un mail consulté par racingnews365, la Formule 1 a décidé d'interdire aux promoteurs des Grands-Prix de faire passer les patrouilles nationales.

Thibaut Emme
Rédacteur
Thibaut Emme

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.