par Nicolas Anderbegani

Une 550 Maranello dans les pas de la 250 GT "Breadvan"

La 250 GT classique de Ferrari est célébrée par une version plus moderne, qui conserve les fondamenaux d'une grande cavalerie V12 et d'une carrosserie entièrement remodelée.

Zapping Le Blogauto Essai Dacia Jogger

Fille rebelle

En 1962, une étrange Ferrari produite en un seul exemplaire avait surgi : la 250 GT SWB “Breadvan”. Le compte Volpi, patron de l’écurie Scuderia Serenissima, avait commandé à Enzo Ferrari deux 250 GTO pour les engager au Mans, tout en s’attachant les services des ingénieurs Giotto Bizzarrini et Carlo Chiti pour les préparer. Or, les deux ingénieurs italiens venaient d’être congédiés manu militari par Ferrari suite à une crise de gouvernance interne, et le Commendatore, mis au courant de leur recrutement par Volpi, avait finalement mis son veto à la commande des deux GTO. Par conséquent, Volpi avait du se rabattre sur une 250 GT à empattement court d’occasion, à laquelle Bizzarrini avait eu l’idée de greffer une carrosserie aérodynamique profilée très particulière, qui lui avait donné le surnom de “four à pain” et inventait le Shooting Brake à la sauce Ferrari.

de la 250 à la 550

Le néerlandais Niels van Roij, dont le studio de design est basé à Londres, a décidé de commémorer cette création unique par la réalisation d’une autre pièce unique, baptisée Breadvan Hommage”. Le créateur s’était déjà fendu précédemment d’une Tesla Model S Shooting Brake. Vous l’aurez vite reconnue, c'est une Ferrari 550 Maranello (apparue en 1996) qui a servi de cobaye. Elle reste dans l'esprit grâce à son gros V12 atmosphérique de 5,5 litres monté à l'avant, développant 480 chevaux et 568 nM de couple, le tout associé à une transmission manuelle. Après beaucoup de rendus et de croquis, l'équipe a installé un cadre en argile sur la voiture de base et a commencé à travailler sur les subtilités d'une carrosserie modifiée carrée sur la partie arrière.

«Tout comme l'esquisse, le processus de modelage de l'argile est itératif et le Breadvan Hommage a été remodelé plusieurs fois, pour qu'il soit parfait», a expliqué van Roij. Le visage incomparable de la 550 a été corrigé pour être plus agressif, perdant forcément sa grâce originelle avec des prises d'air de type "naseaux" (ça fait un peu penser au design Pontiac des années 90, mais en mieux intégré) sur le capot avant et un bouclier aérodynamique plus musclé. L'aspect «van» est également une reconstitution fidèle du classique de Ferrari. Une fois le modelage d'argile terminé, le corps a été mis en forme à la main par le collègue de Niels, le carrossier Bas van Roomen. On retrouve la bulle en verre sur le capot, signature caractéristique du Breadvan originel, mais aussi de l'inédit avec 4 sorties d’échappement.

Une attention particulière a également été accordée à la suspension. On nous dit que la Ferrari Breadvan originale utilisait des amortisseurs réglables KONI, et par conséquent, Van Roij a fait appel à KONI pour développer un ensemble d'amortisseurs unique sur le Breadvan Hommage. La 550 Breadvan chausse aussi des pneus spéciaux développés par Vredestein avec l'aide d'ItalDesign Guigaro. Il y a beaucoup de travail spécial à l'intérieur: des sièges à dossier en fibre de carbone enveloppés d'Alcantara, des appareillages en aluminium usiné, du cuir noir matelassé et de petites touches comme un contour brodé de la voiture sur les sièges ainsi qu'un petit drapeau italien.

Le petit détail qui intrigue les curieux est ce gros sticker Fanatec apposé à l'arrière. Pour ceux qui l'ignorent, Fanatec est l'un des fabricants de référence dans l'univers du simracing, connu pour la qualité de ses volants et pédaliers. C'est même le partenaire et fournisseur officiel des F1 esports series. Serait-ce le commanditaire du Breadvan ?

«Nous considérons que c'est un grand privilège de pouvoir célébrer le Breadvan de 1962 à travers cette commission Hommage», a déclaré van Roij. «Nous avions l'intention de nous inspirer de l'original, mais nous nous sommes assurés de ne pas être limités par lui dans notre créativité."

Une vidéo publiée sur youtube donne aussi un bon aperçu du travail réalisé :

Pour résumer

La 250 GT classique de Ferrari est célébrée par une version plus moderne, qui conserve les fondamenaux d'une grande cavalerie V12 et d'une carrosserie entièrement remodelée.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.