Hydrogène : incendie sur le site de Symbio à Vénissieux
Credit Photo - Symbio (site SymphonHY)
par Thibaut Emme

Hydrogène : incendie sur le site de Symbio à Vénissieux

Un incendie dans l'usine pilote de Symbio (pile à combustible à hydrogène) a blessé deux personnes et provoqué l'arrêt de la production à Vénissieux dans le Rhône.

Zapping Le Blogauto Essai de La Mazda MX30 R-EV

Sur les deux blessés, une personne est légèrement touchée tandis qu'un opérateur du site a été grièvement blessé dans l'incendie. A priori, deux produits auraient été mis en contact en laboratoire et cela a provoqué le feu. Selon les informations données par Symbio, ce serait des poudres de carbone et un solvant. Les flammes ont été rapidement maîtrisées mais le site a été mis à l'arrêt par précaution.

Il faut dire qu'il y a un circuit d'hydrogène plutôt critique. Tout le monde sait que l'hydrogène et le feu ne font pas très bon ménage. « L'accident a eu lieu lors d'une phase de production déjà réalisée des centaines de fois auparavant. Des analyses sont en cours pour comprendre ce qui s'est passé. Ce qui nous permettra d'améliorer nos procédures », explique Maria Alcon Hidalgo, Vice-Présidente de Symbio. La Direction du site qui emploie une centaine de personne ne prévoit pas de redémarrage avant plusieurs jours.

Si ce site pilote est à l'arrêt, la "bonne nouvelle" pour Symbio, filiale de Michelin et dont Stellantis est actionnaire à hauteur de 33 %, est que l'usine SymphonHy de Saint-Fons à quelques kilomètres de là a été réceptionnée début septembre. Cette "gigafactory" (qui produira des GWh de pile à combustible annuellement) emploie environ 600 personnes.

Quels risques pour ces usines ?

Concrètement, y a-t-il des risques à avoir ces usines de production de pile-à-combustible ? Comme toute usine manipulant des produits chimiques, il y a forcément un risque. La preuve ce jour avec l'incendie. Mais, c'est surtout l'hydrogène qui peut poser problème. Les usines de piles à combustible à hydrogène utilisent du H2 pour les tests des productions. Mais le risque est limité.

L'hydrogène fait toujours peur. On a tous en tête les images du LZ 129 Hindenburg prenant feu à son arrivée le 6 mai 1937 dans le New Jersey. Evidemment, c'est une suite de conditions très défavorables et de risques pris (utilisation de duralium, de H2, arc électrique à l'arrivée sous un orage, etc.) mais cela a marqué les esprits de telle façon que pour tout le monde, hydrogène = explosion.

La PàC H2 n'est pas la seule qui existe. Il y a par exemple la PàC au méthanol, mais surtout la PàC à oxyde solide. Pour certains, c'est une piste pour générer de l'électricité pour mouvoir un véhicule, tout en permettant un plein en quelques minutes. Mais, c'est loin d'être si vertueux que cela.

L'incendie du site pilote de Vénissieux pourrait précipiter le déménagement vers le site de Saint-Pons. Les usines comme celle de Symbio ne sont ni classées SEVESO, ni Installation classée protection de l'environnement (ICPE).

 

Vous cherchez un véhicule d'occasion ?

Retrouvez des milliers d’annonces sélectionnées pour vous aider à trouver le bon véhicule d’occasion.
Podcast Men's Up Life
 

Pour résumer

L'incendie sur le site de Vénissieux a blessé deux personnes, l'une légèrement et un opérateur grièvement. Il aurait été déclenché par le contact de poudres de carbone et de solvant en laboratoire. Bien que les flammes aient été maîtrisées, le site est à l'arrêt par précaution en raison du circuit d'hydrogène sensible.

Symbio analyse l'accident pour améliorer les procédures. Le site de Saint-Fons, récemment réceptionné, offre un soulagement pour Symbio. Les usines de piles à combustible à hydrogène ont un risque inhérent, mais l'incident montre que le risque est gérable. Ce déménagement vers Saint-Pons pourrait être accéléré.

Thibaut Emme
Rédacteur
Thibaut Emme

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.