par Nicolas Anderbegani

Rétro : les pilotes féminines qui ont percé en Indycar

Brièvement vue en F1 chez Alfa Sauber en tant que pilote d'essai puis en Super Formula, la colombienne Tatiana Calderon disputera une partie de la saison 2022 d'Indycar avec l'écurie Foyt. C'est l'occasion de revenir sur les femmes qui ont réussi à percer en Indycar.

Zapping Le Blogauto Essai Cupra Formentor VZ5 sur neige

Mâle Formule 1

La question est revenue sur le devant de la scène, surtout depuis que la F1 promeut les valeurs de "diversité" et d'ouverture, tout en ayant supprimé les fameuses "grid girls" que certains (et surtout certaines !) considéraient comme un symbole patriarcal insupportable.

En Formule 1, il faut remonter en effet à 1992 - ça date - pour trouver trace de la dernière femme ayant été engagée officellement lors d'un grand prix. Il s'agissait de l'italienne Giovanna Amati qui n'avait pas réussi à se qualifier, il est vrai au volant d'une Brabham-Judd calamiteuse. Si l'on remonte plus loin encore, les femmes ont été très rares en F1, le meilleur résultat étant à mettre au cédit de l'italienne Lella Lombardi, qui a disputé 12 grand prix dans les années 70 et terminé 6e du grand prix d'Espagne 1975, ce qui lui a valu d'être la seule femme à avoir terminé dans les points (un demi-point pour être exact, puisque la course fut intérrompue prématurément suite à une hécatombe provoquée par la pluie).

Plus d'opportunités aux States

De l'autre côté de l'Atlantique, la participation de pilotes féminines a été plus fréquente et des concurrentes ont été vues assez récemment. Les opportunités ont toujours semblé plus importantes aux Etats-Unis, où les budgets sont aussi plus abordables que dans la très élitiste F1. Voici celles qui ont le plus marqué la disicpline.

Janeth Guthrie

C'est l'icône ! La native de l'Iowa est la première femme qui parvient à se qualifier et à disputer les 500 miles d'Indianapolis en 1977, déjà grâce à...AJ Foyt, qui lui prêta soa monoplace de rechange. Elle termine 9e en 1978 et dispute aussi une trentaine de courses de NASCAR, décrochant au passage plusieurs tops 10.

Ingénieure aerospatiale de formation, c'est une femme engagée qui signa en 2011 une pétition pour que les femmes saoudiennes obtiennent le droit de conduire en Arabie Saoudite.

Lyn St James

Victorieuse des 12 heures de Sebring 1990, Lyn St-James se qualifie en 1992 pour l'Indy 500, à 45 ans, et termine 11e, obtenant le titre de rookie of the year, meilleur débutant. 6 autres participations suivront jusqu'en l'an 2000.

Sarah Fisher

C'est la première à avoir eu une carrière régulière et à disputer des saisons complètes. Elle signe quelques coups d'éclats, comme une 2e place au grand prix de Miami en 2001 et une pole positon en 2002. Elle compte 9 participations à Indy mais a manqué de régularité, sa carrière s'achevant en 2010.

Danica Patrick

Avec son talent, son physique avantageux et son caractère bien trempé, elle avait tout pour réussir ! Danica Patrick a été l'une des grandes attractions du sport automobile dans les années 2005-2010, au faîte de sa carrière en Indycar. La rumeur l'envoya même en F1 à un certain moment. Avec 116 départs, 7 podiums et surtout une victoire au Japon en 2008 - une première historique pour une femme dans un championnat de monoplaces international - elle dispose du palmarès le plus solide, achevant le championnat 2009 à la 5e place. C'est la première femme aussi à avoir mené des tours à Indianapolis en 2005 et à y avoir terminé sur le podium, 3e en 2009. Son tempérament audacieux et sa façon de remettre à leur place es collègues trop "machos" ont aussi contribué à sa notoriété. En 2010, elle bascule en NASCAR et signe la pole position du Daytona 500 en 2013, mais elle aura moins de succès qu'en monoplace.

Simona de Silvestro

L'italo-suisse est la dernière à avoir signé un gros résultat, avec une 2e place au grand prix de Houston 2013. Auteure de plusieurs solides performances, elle n'a pu cependant poursuivre et s'est repliée vers l'Endurance et la Formule E, avec néanmoins un retour à Indianapolis cette année.

D'autres femmes ont été vues en Indycar et en Champcar, comme Milka Duno ou Katherine Legge. En F1, Tatiana Calderon et Susie Stoddart, devenue Mme...Wolff, ont été les dernières à piloter, ainsi que la regrettée Maria de Villota, qui est décédé des suites d'un grave accident au volant d'une F1 Marussia en 2013 lors d'un test sur un aérodrome.

L'avenir sera-t-il plus ouvert ? Les W series ont vocation à révéler des talents, même si le concept d'une formule monotype 100% féminine n'est pas la panacée pour certaines femmes pilotes qui estiment que c'est dans la confrontation directe avec des pilotes hommes qu'elles pourront percer et faire leurs preuves. La Ferrari Driver Academy compte dans ses rangs la jeune néerlandaise Maya Weug et Jamie Chadwick, victorieuse des W séries 2019, est montée en F3. Petit évènement, Michèle Gatting a été la première femme à remporter le Trofeo Pirelli lors des Finali Mondiali Ferrari qui se sont déroulées au Mugello en 2021. Voilà de quoi en motiver d'autres !

Pour résumer

Brièvement vue en F1 chez Alfa Sauber en tant que pilote d'essai puis en Super Formula, la colombienne Tatiana Calderon disputera une partie de la saison 2022 d'Indycar avec l'écurie Foyt. C'est l'occasion de revenir sur les femmes qui ont réussi à percer en Indycar.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.