par Joest Jonathan Ouaknine

Le conducteur du jour: Monsieur le Consul

Lorsque l'on pense "berlines anglaises", on songe surtout à BMC>MG-Rover, voir éventuellement, au groupe Rootes. Mais il ne faut pas oublier Vauxhall et Ford. Dans les années 50-60, ils produisaient des voitures anglaises jusqu'au bout des ongles. En voici un bel exemple avec cette Cortina Consul Deluxe.

Zapping Le Blogauto Essai de la Megane e tech

Lorsque l'on pense "berlines anglaises", on songe surtout à BMC>MG-Rover, voir éventuellement, au groupe Rootes. Mais il ne faut pas oublier Vauxhall et Ford. Dans les années 50-60, ils produisaient des voitures anglaises jusqu'au bout des ongles. En voici un bel exemple avec cette Cortina Consul Deluxe.

Il est possible de dater assez précisément cette Ford Cortina. Le badge "Consul" trahit une MK I (1961-1965.) La calandre est celle d'une MK Ia (1961-1963.)

De ce côté-ci de la Manche, "Cortina" est systématiquement associé à "Lotus". Mais toutes les Cortina ne sont pas des bêtes de course. Certes, elle inaugure la famille de moteur "Kent" qui fera les beaux jours de la Formule Ford. Néanmoins, ici, il ne cube que 1 200cm3.

Il est clair que la Cortina-Lotus et ses succès en rallye font beaucoup pour son image de marque. Mais ce qui plait à monsieur Jones, c'est le côté sans chichi: une voiture à un prix raisonnable, bien équipée en version Deluxe et fiable. Bref, tout le contraire des productions BMC.

Au début des années 60, Ford UK ose à peine chatouiller BMC avec la Cortina. Mais quelques années plus tard, le rapport de force s'est inversé: désormais, c'est BMC qui court après Ford. C'est un succès et le constructeur gardera ce nom pour les générations suivantes (qui s'appelleront Taunus en Europe continentale.)

Pour la petite histoire, la Cortina MK I fut produite hors de Grande-Bretagne. L'ovale bleu en expédiera même des kits à un assembleur Sud-coréen, venu du B-TP. Un certain Hyundai...

C'est tout de même amusant de comparer la "grosse" Cortina avec la "petite" Falcon du précédent Conducteur du jour: on voit bien que déjà, à l'époque, Européens et Américains n'ont pas la même échelle de valeur...

A lire également:

Le conducteur du jour: Pony pony run run

Le conducteur du jour: Escort arrière

Le conducteur du jour: team Boot Scop

Pour résumer

Lorsque l'on pense "berlines anglaises", on songe surtout à BMC>MG-Rover, voir éventuellement, au groupe Rootes. Mais il ne faut pas oublier Vauxhall et Ford. Dans les années 50-60, ils produisaient des voitures anglaises jusqu'au bout des ongles. En voici un bel exemple avec cette Cortina Consul Deluxe.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.