Lancer le diaporama
Le conducteur du jour : I shot the Maserati Karif 1
+2
LANCER LE DIAPORAMA
par Thibaut Emme

Le conducteur du jour : I shot the Maserati Karif

Cela faisait longtemps que l'on n'avait pas mis à l'honneur un "conducteur du jour". Aujourd'hui, c'est une très rare Maserati Karif qui a été croisée.

Zapping Le Blogauto Essai Dacia Jogger

La Maserati Karif a été dévoilée au Salon de l'automobile de Genève 1988. Esthétiquement, elle est dérivée de la Maserati Biturbo. Elle arbore la même face avant. La Biturbo est un coach (2 portes, 4 places, glaces arrière) tandis que cette Maserati Karif est un 2+2. L'arrière est raccourci, tout comme le châssis de la Biturbo. En fait, la Karif est basée sur le même châssis que la Biturbo Spyder. La ligne de toit retombe comme un "hard top" sur ce qui peut s'apparenter à une "Biturbo Spyder Coupé".

L'empattement est plus court de 114 mm par rapport à la Biturbo et la rigidité est augmentée avec des renforts latéraux. Les sièges arrière n'existent vraiment pas ici, ils sont remplacés par un espace pour les bagages (ou un petit animal de compagnie) à l'intérieur de l'habitacle. Mais, ce sont aussi deux places de dépannage. Cette Karif était plutôt faite pour le "Grand Tourisme" en couple ou en célibataire.

La voiture est signée comme la Biturbo par Pierangelo Andreani. Andreani a un style reconnu et reconnaissable. Il a travaillé pour la FIAT sur la Ritmo, puis Pininfarina pour lequel il signe la Ferrari Mondial. Quand de Tomaso, le propriétaire de Maserati l'appelle, c'est pour travailler sur plusieurs modèles pour la marque de motocyclettes Moto Guzzi et pour Maserati. Il dessinera la Biturbo berlines et coupé/coach, la Maserati 228 et donc cette Maserati Karif.

Témoin de son époque

Le moteur est toujours le V6 2,8 l à 90° de la Biturbo : trois soupapes par cylindre (deux d’admission, une d’échappement), simple arbre à cames en tête et donc biturbo. Pour la Karif, la puissance est poussée à 225 chevaux sur la Karif Cat. et 255 sur la Karif. On est sur une GT et le poids (pour l'époque) est conséquent : 1281 kg à sec.

L'intérieur lui est luxueux avec du cuir partout, du bois en insert sur la console centrale, les contre-portes, et même le volant. La voiture du jour a un intérieur en cuir noir avec de l'Alcantara gris, et des inserts de bois orange clair. Pas forcément l'alliance la plus heureuse esthétiquement. A l'extérieur, la carrosserie est jaune avec le toit noir. Tout l'accastillage chromé est absent et peint en jaune. La peinture a été refaite au début des années 2010.

Cet exemplaire, mis en circulation en décembre 1990 a plusieurs fois changé de main. On la retrouve par exemple aux enchères chez Aguttes en 2015, puis en vente en 2017. La voici qui se fait livrer par un camion-porteur, sans doute un nouveau changement de propriétaire. En 2015, elle s'était vendue 22 800 € chez Aguttes.

En fait, ce qui rend la Karif intéressante, outre son style typé, c'est sa rareté. La Karif n'a été produite qu'à 221 exemplaires entre 1988 et 1991. Si sa cote reste "raisonnable" encore, elle pourrait grimper dans les prochaines années. Après tout, elle n'a que 31 ans cette voiture. En revanche, entièrement peinte, sans chrome, elle perd un peu de son charme, non ?

Si vous voulez en voir plus de cette Maserati Karif, la galerie de la vente aux enchères est là (notez qu'un détail de Ferrari s'est glissé dedans...).

Pour résumer

Cela faisait longtemps que l'on n'avait pas mis à l'honneur un "conducteur du jour". Aujourd'hui, c'est une très rare Maserati Karif qui a été croisée.

Thibaut Emme
Rédacteur
Thibaut Emme

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.

Albums Photos