par La rédaction

Debrief F1 Singapour 2018: Il est où le spectacle, il est où?

Analysons ensemble ce weekend urbain sous le ciel étoilé de Singapour. Un titre d'inspiration musicale qui aurait pu s'appeler aussi "où t'es, spectacle où t'es ?". Votre humble rédacteur ayant cette maigre inspiration musicale pendant cette course. Pour ce debriefing F1 à Singapour, nous allons souligner le manque de spectacle et d'incertitude sur le résultat. Cela en éclipserait presque un vainqueur intouchable, tout en maîtrise lors du weekend. 

Zapping Le Blogauto Essai Cupra Formentor VZ5 sur neige

Une course sans saveur, où est passé le frisson  ?

C'est la première donnée de cette course, c'est le manque criant de spectacle. Très, mais très peu de dépassement, le top 6 du départ dans le même ordre à l'arrivée qu'au départ. L'impossibilité de dépasser, ou dans de bien trop rares occasions. Pourtant le safety car est sorti comme à son habitude mais il n'a pas apporté une once d'incertitude.

Hamilton fait la différence

Il n'y a qu'à voir son tour de qualifications du samedi, je vous le remets, les lecteurs avisés de ce site verront très bien la qualité de ce tour. C'est cadeau.

https://www.youtube.com/watch?v=AI3JzYCL3K0

Pour la course, que peut-on ajouter? Aucun doute sur sa capacité à gagner ce dimanche tellement il a maîtrisé le rythme en tête. Une légère incertitude, un des rares moments d'hésitation sur son canapé (celui du spectateur avisé ou d'Hamilton, au choix) lorsque ce dernier s'est retrouvé en plein milieu d'un pugilat de pilotes retardés. En conclusion Mireille Mathieu chantait "bravo tu as gagné". Je suis sur que Lewis en sera enchanté.

Un mot pour Bottas, il me semble complètement démobilisé. Son équipier l'a éclipsé. Puis ses complaintes sur les drapeaux bleus, on aurait dit une mauvaise imitation de Vettel. Incroyable aussi qu'il ne fut pas capable de rejoindre un Vettel en délicatesse avec ses pneus.

Le nouveau pari perdu par Ferrari.

Dans la même chanson, la même chanteuse annonçait "et moi j'ai tout perdu", c'est un sentiment assez similaire qu'ont dû ressentir les stratèges de la Scuderia. Même si tout n'est pas perdu, tout se complique. Un samedi très compliqué où Mercedes et Red Bull se sont placés plus haut sur la grille. Pour la course, pas mieux, en passant Verstappen lors du premier tour, Vettel nous offrait la promesse d'une chasse sans fin pour la victoire. Mais il n'en fut rien. Marc Lavoine parlait du temps perdu dans une de ses chansons. Est-ce celui de Vettel derrière Perez lors de son "undercut" ? Le spectre de la perte du championnat se fait de plus en plus menaçante.

Raïkkönen a vécu une course, bloqué derrière Bottas. Peu de choses à dire.

Red Bull sur le podium

Max Verstappen solide en qualifications, de même en course malgré la perte de la seconde place au premier tour. Il a tenu à un rythme suffisamment élevé pour effectuer l'overcut sur Vettel. Il fut le plus à même de rester à une distance respectable d'Hamilton, Max Steelappen.

Pour Ricciardo, il a vécu la même course que Kimi. A noter le rythme et la longueur de son premier relais. Mais l'impossibilité d'approcher des voitures devant l'a empêché de mener une folle remontée.

Perez en stock car en 2019?

La réponse sera certainement non. Musicalement, résumons ceci par un "oups I did it again", nouvel accrochage entre équipiers, la culpabilité de Perez dans cet accrochage est flagrant. Zéro pointé pour son équipe alors que c'était de loin la meilleure  des autres. Le problème stratégique auquel il s'est confronté l'a sensiblement énervé. Pourquoi ce coup de volant sur Sirotkin? Pourquoi ces plaintes? Rapproche toi de ton adversaire, enfin!

L'avantage stratégique des UltraSoft

Les pilotes du top 10 ayant l'obligation de partir en HyperSoft, beaucoup de pilotes hors top 10 ont choisi une alternative. De la sept à la dixième place. Seul la dernière place fut prise par un pilote démarrant en HyperSoft.

Alonso victorieux de la course des "autres".

Du Alonso solide, profitant de sa stratégie, d'un excellent rythme. Intouchable.

Vandoorne, l'annonce de son non-renouvellement, ne l'aide pas à redresser la pente, Mclaren va devoir compter uniquement sur Fernando pour les points.

Quatrième place des constructeurs: acte 15

Haas, s'est raté, Grosjean a subi son départ en Hypesoft et s'est retrouvé dans le bouchon Sirotkin. Remercions le de nous avoir offert le moment frisson en passant le russe et d'avoir bloqué Hamilton. Sa pénalité est méritée mais il va falloir faire attention, il n'a que trois points sur sa super licence.

Renault réalise la bonne affaire, les deux voitures dans les points, Hulkenberg étant le seul membre du top 10 en qualification à prendre un petit point. Sainz fut avantagé par sa position plus lointaine sur la grille, étonnant non? 5 points de plus la balance. Le suspens reste de mise.

Super Leclerc

Le nouveau rouge a montré malgré les difficultés de sa monoplace sa capacité à marquer des points. Bien aidé aussi par la stratégie adopté. Ericsson aura eu une course solide mais en se qualifiant à sept dixièmes de son équipier rookie, la comparaison est rude.

Les mauvais points

Deux équipes dans ce mauvais point. Toro Rosso, aucun pilote a pris le départ en UltraSoft alors qu'ils en avaient le choix. Ils se sont retrouvé dans les embouteillages de la mi course et dans l'impossibilité de faire quoi que ce soit.

Williams a retrouvé la dernière ligne, le circtuit jouait sur toutes les faiblesses de la monoplace. Stroll a choisi de partir en Soft, en espérant un évenement qui n'est jamais arrivé.

Le pilote du dimanche: Sirotkin

Il mérite son point pour lui tout seul. Capable de museler Perez, puis Grosjean, il nous a apporté un peu de densité dans cette morne course. Plus la course avançait, plus sa défense était de moins en moins précise et balbutiait, il suffit de voir sa défense face au pauvre Hartley. Sirotkin, merci pour les quelques moments de spectacle plus ou moins maîtrisés.

Ce sera tout pour ce weekend, prochaine course dans d'anciennes terres rouges, je ne parle pas de Mars, ou de terres Ferrari, mais bien du grand prix de Sotchi en Russie.

Source photo, vidéo : Formula 1

Pour résumer

Analysons ensemble ce weekend urbain sous le ciel étoilé de Singapour. Un titre d'inspiration musicale qui aurait pu s'appeler aussi "où t'es, spectacle où t'es ?". Votre humble rédacteur ayant cette maigre inspiration musicale pendant cette course. Pour ce debriefing F1 à Singapour, nous allons souligner le manque de spectacle et d'incertitude sur le résultat. Cela en éclipserait presque un vainqueur intouchable, tout en maîtrise lors du weekend. 

La rédaction
Rédacteur
La rédaction

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.