Lancer le diaporama
Essai Renault Grand Scenic DCi 160 ch: Le retour du roi 1
+15
LANCER LE DIAPORAMA
par Pierrick Rakotoniaina

Essai Renault Grand Scenic DCi 160 ch: Le retour du roi

Dans un marché où les SUV familiaux règnent, le Scenic résiste et fait largement évoluer sa philosophie. Cette quatrième génération de ce modèle phare au Losange se devait de changer de manière significative, pour ne pas lasser ses habitués.  Et pourquoi pas faire changer d’avis les adeptes des véhicules surélevés. Défi réussi ?  Réponse sur les routes de Gironde.

Zapping Le Blogauto Essai Volkswagen Taigo

Style extérieur

Depuis l’arrivée de Laurens Van Den Acker, le style Renault s’est harmonisé avec une identité esthétique désormais reconnaissable sur presque tous les modèles. Le Scenic ne fait évidemment pas exception et on retrouve donc des lignes et formes déjà vues dans le catalogue actuel. A commencer par la large calandre qui encadre le logo surdimensionné. Les feux semblent avoir été empruntés à un Captur, intégrant la technologie de ceux des Kadjar ou Mégane. Les ailes gonflées lui donnent un élan de dynamisme surprenant, souligné par la découpe des vitres et des énormes roues de 20 pouces (même sur les versions d’entrée de gamme).

Ainsi, il sera moins facile de différencier les finitions modestes des plus huppées. Le sept places exhibe un profil et un arrière qui le rapprochent plutôt de l’Espace, c’est ce qui le distingue du plus court qui affiche aussi un hayon plus pentu, sans compter ses centimètres en moins. Il fait largement oublier son prédécesseur, avec lequel il ne partage plus que le nom.

Style intérieur et équipement

D’entrée, on se sent plus à l’aise dans notre Grand Scenic (dispo en cinq et sept places), par rapport au cinq places classique. L’espace aux jambes notamment sur les sièges du second rang offre plus de marge, ce qui n’apparaît pas superflu, nous étant sentis un peu à l’étroit dans le plus court des deux. Quant aux sièges dans le coffre, comme pour beaucoup de véhicules du genre, on ne se voit pas faire autre chose que quelques minutes de trajet, à moins d’être un enfant. Question modularité, toutes les assises s’escamotent dans le plancher d’un simple geste en appuyant sur des boutons dans le coffre.

Plancher plat évidemment, et un volume de chargement allant de 190 à 740 litres environ. En revanche, il faudra user d’huile de coude pour les relever, l’opération se faisant manuellement. Il faut noter qu’en termes d’habitabilité, il ne fait pas mieux que celui qu’il remplace et ne se place pas en tête de sa catégorie. On adore le profond accoudoir qui coulisse entre les sièges, la boite à gants tiroir et les multiples rangements… qui sont autant d’endroits où oublier des tas d’objets, avis aux distraits.

Motorisation

A bord, on se retrouve aussi dans un environnement connu, quand on a essayé une nouvelle Mégane. L’instrumentation demeure la même, et tout s’articule autour du grand écran vertical. Les équipements s’avèrent donc identiques, avec leurs avantages et leurs défauts. La finition laisse à bonne distance l’ancien modèle, et la position de conduite s’éloigne de celle de la camionnette pour se rapprocher de celle d’une berline conventionnelle.

Pour nous accompagner, sous le capot le DCi 160 ch couplé exclusivement à la boite automatique EDC à 6 rapports. Nous voici donc au volant de la déclinaison la plus puissante du catalogue Scenic (en Diesel) ! A allure de sénateur, il fait largement le job, plutôt en douceur en gardant tout le monde à bord dans une quiétude confortable. Cela devient plus discutable quand il s’agira d’augmenter l’allure, ou chargé de plusieurs occupants et bagages. Il risque de s’essouffler et faire preuve d’un peu plus de peine dans les situations qui requièrent de la puissance. Il se montre plutôt silencieux à vitesse stabilisée, ce qui met en avant des bruits parasites à cadence autoroutière.

Sur la route

Et pourtant, son châssis lui permet d’avaler les courbes en contenant assez bien ses mouvements de caisse. On peut donc même le jeter un peu dans les virages, sa stabilité ne s’en retrouvera pas trop gênée.  Avec ses énormes roues de 20 pouces, on pouvait s’interroger en passant les bosses, mais étrangement cela ne semble pas avoir vraiment d’incidence. On ne va pas se raconter de bêtises et laisser penser qu’on peut jouer les sportifs en Scenic, mais il n’a rien de désagréable quand il s’agit de l’inscrire en courbe. Pour un véhicule du genre, comparé à certains concurrents à la conduite plus utilitaire. C’est finalement en arrivant en ville que la vie se complique, de par ses dimensions. En outre, là aussi on réalise que les grandes et jolies jantes ne se montrent pas très compatibles avec certains trottoirs au moment de stationner.

Tarif et conclusion

Dans ses versions Diesel, le Grand Scenic s’échangera contre un chèque allant de 26 800 € à 35 800 € hors options pour notre version d’essai. Et même en comparant les équipements disponibles de série, il se place moins cher qu’un Citroën Picasso long, son rival français le plus moderne. Le Renault rend une belle et plutôt bonne copie, remplit bien sa tâche tout en affichant un meilleur style. Face à ce choix alternatif à la horde de SUV et autres crossovers, Renault affiche aujourd'hui le meilleur monospace possible. Reste à voir dans quelle proportion le public suivra.

Crédit photos : le blog auto

+Style abouti
Modularité
Agrément de conduite
-Pas mieux que 160 chevaux (pour l'instant)
Quid du prix des pneus de 20 pouces ?

Renault Grand Scenic 7 places Dci 160
Moteur
Type et implantation4 cylindres Diesel Turbo
Cylindrée (cm3)1600
Puissance (kW/ch)117/160 à 4000
Couple (Nm)380 à 1750
Transmission
Roues motricesAvant
Boîte de vitessesDouble embrayage à 6 rapports
Châssis
Suspension avantMacPherson
Suspension arrièreEssieu de torsion
FreinsDisques ventilés AV/ Disques arrière
Jantes et pneus195/55R20
Performances
Vitesse maximale (km/h)200
0 à 100 km/h (s)10,7
Consommation
Cycle urbain (l/100 km)5,3
Cycle extra-urbain (l/100 km)4,4
Cycle mixte (l/100 km)4,7
CO2 (g/km)122
Dimensions
Longueur (mm)4634
Largeur (mm)1866
Hauteur (mm)1655
Empattement (mm)2804
Volume de coffre (l)190 → 740
Réservoir (l)53
Masse à vide (kg)1660

Pour résumer

Dans un marché où les SUV familiaux règnent, le Scenic résiste et fait largement évoluer sa philosophie. Cette quatrième génération de ce modèle phare au Losange se devait de changer de manière significative, pour ne pas lasser ses habitués.  Et pourquoi pas faire changer d’avis les adeptes des véhicules surélevés. Défi réussi ?  Réponse sur les routes de Gironde.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.

Albums Photos