par Pierrick Rakotoniaina

Essai Peugeot 508 SW PSE de 360 ch

La très attendue Peugeot 508 PSE pour "Peugeot Sport Engineered" s'apprête à débarquer sur le marché. Nous en avons pris le volant dans les environs du circuit des 24 heures du Mans.

Zapping Le Blogauto Essai de la Megane e tech

Une 508 optimisée pour le sport

Cette fois, nous la découvrons en break SW, et dans sa version définitive. Cette 508 Peugeot Sport Engineered ne manque pas de look. Sa peinture gris selenium (proche du gris nardo Audi) lui donne du caractère. En devenant sportive, la Française gagne une jolie calandre dédiée, et un bouclier avec des entrées d'air aux couleurs du nouveau label maison.

Les jolies jantes de 20 pouces la distinguent nettement du modèle classique. Elles sont bien mises en valeur, à cause des voies légèrement élargies. Les petits appendices purement décoratifs n'ont aucun effet sur l'aérodynamique. La griffe apparaissant sur les ailes arrière de la berline, migrent ici à l'avant. Il s'agit clairement de la plus belle 508 du catalogue.

Un intérieur aux accents de Kryptonite

À bord, elle se démarque surtout par ses touches de "Kryptonite". Le logo sur volant, et toutes les surpiqures se parent de cette couleur. Cela suffit finalement à faire son petit effet. Il le fallait, car en dehors de ça, il s'agit d'une 508 GT Line. Pas de baquets, mais des sièges confortables et enveloppants. Le volume du coffre garde la même contenance malgré la batterie: 530 litres.

Côté équipements, les deux écrans reprennent le coloris spécial. Toutes les (bonnes) assistances sont reconduites ici, ainsi que les fonctions de confort. Les graphismes de la dalle principale datent un peu. Comme dans toutes les 508, on regrette l'absence de commandes physiques pour la clim. La (trop) petite caméra de recul avec fausse vision 360 n'a pas le niveau "premium". Un détail agaçant...

Performante, surtout en reprises

La motorisation se compose d'un 4 cylindres de 200 chevaux, et de deux blocs électriques. Un à l'avant, et un autre à l'arrière. Avec sa puissance cumulée de 360 chevaux, cette 508 PSE ne joue pas les fainéantes. En mode Sport, elle décolle pour atteindre le 0 à 100 km/h en 5,2 s. Pour assurer la performance, elle garde toujours une réserve d'énergie électrique pour profiter de toute la cavalerie.

Surtout, elle surprend lors de ses relances canons, tout le temps. Ces bonnes sensations, dans le monde d'avant s'accompagnent souvent d'un échappement expressif, mais pas ici. Dommage! En hybride, elle gère automatiquement l'équilibre avec le thermique. Batterie vide, on a noté une consommation de 8,4l dans notre réalité. En full électrique, seules les roues arrière sont entrainées, on l'a constaté sur une route enneigée. On peut atteindre tranquillement une allure autoroutière. 30 km d'autonomie pour nous ce jour-là, contre 42 annoncés.

Un comportement rassurant

La 508 PSE réussit la prouesse d'offrir un confort proche de celui d'une 508 haut de gamme classique. Le mode Sport influe sur l'amortissement qui se raidit, et la direction qui gagne en consistance. Avec des mouvements de caisse très bien maitrisés, on s'amuse aisément sur des routes sèches. En outre, l'électronique réglée aux petits oignons, compense en partie l'absence d'autobloquant. Son comportement rassure et donne un bon sentiment de maitrise.

Sur le circuit Bugatti, on peut facilement titiller ses limites. L'ESP (pas totalement déconnectable) autorise même de légères dérives de l'arrière, un petit bonus que l'on n'attendait pas. Mais voilà, cette 508 avec tout son système hybride pèse assez lourd sur la balance. On ressent toutefois beaucoup moins cet embonpoint, par rapport à une V60 Polestar, sa concurrente désignée. À cette allure, les freins souffrent, avec des disques virant au rouge (littéralement) à l'entame du second tour.

68 400 €, mais pas de malus

Il n'y a finalement pas d'intérêt à l'emmener sur circuit. Elle préfère clairement la route, là où elle s'exprime le mieux. Son mode 4X4 lui permet même de se sortir de situations compliquées, notamment sur des axes blanchis par la neige comme nous l'avons vécu. Son prix, 68 400 €. C'est cher! Mais elle a une botte secrète, l'absence de malus qui disqualifie quasiment toutes ses concurrentes.

+ON AIME

  •  Look
  • Agrément moteur
  • Programmes de conduite

-ON AIME MOINS

  •  Qualité caméra de recul
  • Embonpoint
  • Un peu chère

Peugeot 508 SW PSE
Prix (à partir de)68 400 €
Prix du modèle essayé68 400 €
Bonus / Malus0 €
Moteur
Type et implantation4 cylindres en ligne - Injection directe turbo essence + 2 mot. élec.
Cylindrée (cm3)1 598
Puissance (ch/kW)360 / 265
Couple (Nm) 520
Transmission
Roues motricesintégrale
Boîte de vitesses auto. 8 rapports
Châssis
Freinsà disques
Jantes et pneus 245/35 ZR20
Performances
Vitesse maximale (km/h)250
0 à 100 km/h (s)5,2
Consommation
Cycle mixte (l/100 km) 2,03
CO2 (g/km) 46
Dimensions
Longueur (mm) 4,79
Largeur (mm) 1,86
Hauteur (mm) 1,42
Empattement (mm) 2,8
Volume de coffre (l) 530
Poids (kg) 1 875

Pour résumer

La très attendue Peugeot 508 PSE pour "Peugeot Sport Engineered" s'apprête à débarquer sur le marché. Nous en avons pris le volant dans les environs du circuit des 24 heures du Mans.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.