Essai Renault Kadjar TCe 130 chLancer le diaporama
Essai Renault Kadjar TCe 130 ch 1
+31
LANCER LE DIAPORAMA
par Pierrick Rakotoniaina

Essai Renault Kadjar TCe 130 ch

Sur le marché des SUV compacts, Renault n’avait que le cher et inadapté Koleos pour se battre face aux stars du marché que sont les Peugeot 3008 ou Nissan Qashqai entre autres. L’erreur semble réparée avec l’arrivée du très attendu Kadjar, appelé à devenir rapidement un acteur incontournable du segment. Quels arguments fait-il valoir pour ça ?

Zapping Le Blogauto Essai de la Cupra Born en Laponie

Style extérieur

Le nouveau Renault Kadjar tente d’abord de convaincre par son style, largement inspiré des dernières créations signées Laurens Van Den Aker. On retrouve donc des accents de Clio sur un corps de Captur plus athlétique au premier regard. Dans les détails, la calandre en relief, une tendance en vogue, sert toujours de support pour le losange surdimensionné. Les feux avant à LEDs qui l’entourent apportent la touche de modernité et de fraîcheur bienvenue qui donne en passant un petit coup de vieux à la concurrence. Le profil plus musclé arbore des courbes généreuses qui marquent notamment les passages de roues. A l’arrière, on remarquera surtout l’énorme inscription qui rappelle quel modèle vous suivez, au cas où vous ne l’auriez pas reconnu.

Style intérieur et équipement

L’intérieur tranche en revanche avec le Captur, par une qualité de finition et une présentation de bien meilleure facture. On se situe peu ou prou au niveau de la Mégane, en restant assez éloigné encore de la nouvelle référence chez Renault en la matière, l’Espace. En termes d’équipements, le Kadjar apparaît mieux doté qu’un Peugeot 3008, mais n’apporte rien de spécial en plus par rapport au Qashqai. Voire moins d’ailleurs, à l’image de l’aide au stationnement perfectionnée à 4 caméras du japonais, contre une juste pour le recul sur le français. Toutefois, on apprécie l’écran à la place des compteurs qui facilite largement la lecture. Quant au système R-Link 2 sur la console centrale depuis lequel on commande tout à l’exception de la climatisation, il faudra quelque temps d’adaptation à son utilisation, à qui voudra bien faire l’effort.

A bord, aucun problème pour tous les occupants à l’avant comme à l’arrière, qui seront bien installés. Notamment à l’arrière où la garde au toit généreuse ne gênera personne. Néanmoins le confort reste moindre pour le troisième passager central, comme finalement dans la plupart des voitures, même celles à vocation familiale. Les cotes largement supérieures à la moyenne, à l’image des 4,45 m de long, bénéficient à la capacité de coffre de 472 litres. En outre, on peut placer des objets longs de près de 3 mètres, en rabaissant complètement le dossier de droite, ce qu’on ne retrouve pas chez tout le monde. Evidemment, ce qu’on apprécie avec les SUV, c’est l’accès à bord facilité, et le Kadjar ne fait pas exception.

Motorisation

Une fois installé et le moteur démarré, on distingue à peine à l’oreille le moteur essence TCe de 130 ch. On apprécie en premier lieu son silence de fonctionnement. En plus de cela la fonction Start/Stop prolonge les moments de calme à chaque arrêt, plongeant tout le monde dans une quiétude agréable et profitable lors des longues liaisons. Seulement ce bloc paraît juste suffisant et grève sensiblement l’agrément au volant, la faute à son manque de couple à bas régime et un manque d’entrain jusqu’au rapport suivant. Cela pourrait être sans doute d’ailleurs dû en partie à un étagement de boite exagérément long, pour une consommation contenue et sauver quelques grammes de CO2. Dans notre vraie vie, cette dernière variait entre 7 litres sans forcer et au-delà de 10 en faisant n’importe quoi. On s’inquiète dès lors de son comportement avec famille et bagages à bord. En attendant l’arrivée d’une déclinaison plus puissante, l’offre Diesel paraît plus pertinente aujourd’hui.

Châssis, confort et comportement

Les occasions de mener ce type de véhicule hors des routes seront a priori rares, mais nous nous sommes permis de le faire à travers le désert des Bardenas aux chemins stabilisés et particulièrement roulants. Du moment qu’il ne pleut pas la transmission intégrale baptisée Xmod chez Renault et uniquement disponible aujourd’hui avec le Diesel, apparaît superflue. La motricité largement suffisante couplée à la hauteur de caisse surélevée et un amortissement bien géré, permet d’évoluer à haute vitesse sans rien abîmer… en dehors de lever de la poussière qui s’infiltre à l’intérieur. On se plait même carrément à mener le Kadjar sur ce terrain où l’électronique ne vient pas trop gâcher la fête, autorisant ainsi quelques jolies dérives. En fait, on s’ennuie autant sur la route qu’on s’amuse sur les chemins à son volant. Mais en le resituant dans son contexte de concurrence, même s’il apparaît moins agile et plaisant à conduire que le Peugeot 3008 qui fait figure de référence sur la question dans le segment, le Kadjar s’avère de bon niveau face aux autres acteurs asiatiques du marché.

Conclusion

En attendant le renouvellement de son adversaire sochalien, son principal rival selon les porte-paroles de la marque au Losange, le Kadjar apporte sa fraîcheur visuelle et des équipements plus modernes. En outre, il apparaît assez bien placé en tarif, puisque disponible dès 22 990 euros avec le moteur essence de 130 ch, et 26 000 euros en Diesel 110 ch avec en équipement de série une clim, un autoradio bluetooth notamment. Notre modèle d’essai en finition haute réclame « seulement » 28 100 euros. Même s’il arrive bien après les stars installées sur le marché, la force de frappe de Renault avec son large réseau et une campagne de promotion aidant devrait sauf surprise faire rapidement une belle place au Kadjar, et faire oublier le Koleos. Il sera maintenant intéressant de surveiller dans quelle mesure il impactera, ou pas, la courbe des ventes de ses concurrents et notamment celle du cousin Nissan Qashqai.

Crédit photos : Pierrick Rakotoniaina / le blog auto

+Look
Rapport prix/équipement
Grand coffre
-Manque de vigueur TCE 130

Renault Kadjar Tce130
Moteur
Type et implantation4 cylindres en ligne 16 soupapes

Turbocompressé essence

Cylindrée (cm3)1197
Puissance (kW/ch) à tr/mn96/130 à 5500
Couple (Nm) à tr/mn205 à 2000
Transmission
Roues motricesAvant
Boîte de vitessesMécanique à 6 rapports
Châssis
Suspension avantNC
Suspension arrièreNC
FreinsDisques ventilés AV disques AR
Jantes et pneus215/60R17
Vitesse maximale (km/h)192
0 à 100 km/h (s)10,1
Consommation
Cycle urbain (l/100 km)6,8
Cycle extra-urbain (l/100 km)4,9
Cycle mixte (l/100 km)5,6
CO2 (g/km)126
Dimensions
Longueur (mm)4449
Largeur (mm)1836
Hauteur (mm)1607
Empattement (mm)2646
Volume de coffre (l)472 → 1478
Réservoir (l)64
Masse à vide (kg)1306

Vous cherchez un véhicule d'occasion ?

Retrouvez des milliers d’annonces sélectionnées pour vous aider à trouver le bon véhicule d’occasion.
Podcast Men's Up Life
 

Pour résumer

Sur le marché des SUV compacts, Renault n’avait que le cher et inadapté Koleos pour se battre face aux stars du marché que sont les Peugeot 3008 ou Nissan Qashqai entre autres. L’erreur semble réparée avec l’arrivée du très attendu Kadjar, appelé à devenir rapidement un acteur incontournable du segment. Quels arguments fait-il valoir pour ça ?

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.

Albums Photos