Essai Mercedes EQE 300 de 245 chLancer le diaporama
Essai EQE 300
+20
LANCER LE DIAPORAMA
par Pierrick Rakotoniaina

Essai Mercedes EQE 300 de 245 ch

Mercedes continue de dérouler son plan électrique. La marque de Stuttgart complète notamment la gamme de l’EQE, avec une version 300 propulsion, à l’autonomie record. Nous l’avons essayée entre l’Ile-de-France et la Bourgogne le temps d’un weekend.

Zapping Le Blogauto Essai DS3 E-Tense 2023

Une EQS un peu plus courte

Essai Mercedes EQE 300 de 245 ch - Une EQS un peu plus courteLancer le diaporama
Essai EQE 300
+20

La Mercedes EQE apparait encore dans les rues comme un OVNI. Les badauds reconnaissent l’appartenance de cette berline à la marque à l’Etoile, mais ne savent pas vraiment identifier le modèle. Nous-mêmes la confondons parfois avec sa grande soeur EQS qui la dépasse de seulement quelques centimètres. Son allure en goutte d’eau ne plait pas à tout le monde, mais ces lignes ultra-fluides servent l’aéro et l’autonomie. 

 

Cette électrique n’ayant pas les mêmes besoins de refroidissement qu’une thermique, a droit à une calandre fermée. Du coup, des dizaines de petites étoiles entourent la grande en plein milieu. Son profil très fluide intègre des poignées de portières amovibles. L’arrière hyper court dynamise l’ensemble, souligné par un pack AMG Line boostant son allure avec un peu de sportivité visuelle. On regrettera peut-être les jantes, dessinées pour favoriser encore une fois l’aéro. 

Un habitacle très futuriste

Essai Mercedes EQE 300 de 245 ch - Un habitacle très futuristeLancer le diaporama
Essai EQE 300
+20

A bord, on entre dans le futur de Mercedes, malgré l’absence de l’hyperscreen. On se « contente » en fait d’un écran géant, proche de celui inauguré par la Classe S. Une « petite » tablette derrière le volant sert d’instrumentation pour le conducteur. Ces eux écrans impressionnent d’ailleurs par leur haute définition et leur réactivité. Si la dalle centrale est tactile, les deux se commandent aussi via les branches du volant. 

 

On déplore tout de même le pavillon un peu bas pour l’accès à l’arrière, et l’absence de poignées de maintien suspendues. Mais une fois assis, on dispose de suffisamment de place et d’un accoudoir pouvant recevoir deux gobelets et des téléphones/tablettes. La climatisation quadri-zone automatique assure un bien-être pour chacun. On vous passe les technologies et autres options renforçant le confort de premier ordre. 

Des aides à la conduite sophistiquées

Essai Mercedes EQE 300 de 245 ch - Des aides à la conduite sophistiquéesLancer le diaporama
Essai EQE 300
+20

Sur la route, on loue la justesse des aides à la conduite. Le régulateur offre une conduite semi-automatique de niveau 2, rendant la vie facile sur autoroute et même en dehors. Stop, feux, piétons téméraires… elle nous renseigne en ville des dangers potentiels devant nous et attire notre attention sur ce qu’il faut. La nuit, les feux pointent avec un spot les panneaux de direction, ou projettent sur la route un pictogramme nous informant de notre distance trop courte avec le véhicule qui précède. Effet show-off garanti!

 

Les allergiques aux ADAS et aux artifices technologiques peuvent en désactiver la plupart. Mais très franchement, on a presque le sentiment d’avoir un copilote électronique à bord. Cela nous permet de mieux apprécier encore son confort de haut-vol et son comportement bien plus agile qu’on ne peut l’imaginer grâce à ses 4 roues directrices. Sans exagérer, malgré ses 4,95 m, elle tourne comme une compacte en ville. Ce qui surprend le plus dans la vie à bord? Son incroyable insonorisation, au point parfois de trouver la ventilation bruyante. 

Une autonomie rassurante

Essai Mercedes EQE 300 de 245 ch - Une autonomie rassuranteLancer le diaporama
Essai EQE 300
+20

Sous le capot, on trouve un moteur puissant de 180 kW, soit 245 chevaux. Son couple maxi de 550 Nm suffit dans la plupart des situations de conduite. On aimerait un peu plus de réserve lors des dépassements, même si ses performances attestent de bonnes accélérations et reprises. Peut-être parce que notre inconscient associe ses dimensions de grosse voiture à des chiffres de sportives, ce qui n’est pas exactement le cas ici. On adore pouvoir jouer avec les palettes, assurant une régénération normale, renforcée ou désactivé. 

 

Dans les manoeuvres, la voiture ne bondit pas comme le font parfois certaines électriques. Cela nous permet de s’approcher en douceur d’un pare-choc sans risquer de le toucher. La réalité des consommations impressionnent. La batterie de 89 kWh assure selon le protocole WLTP une autonomie de 623 kilomètres. A allure autoroutière, on peut dépasser allègrement les 400 bornes, en roulant à 130 km/h, voire un peu plus. La consommation varie alors entre 20 et 22 kWh aux 100 km. Sur route, elle descend autour de 16, sans forcer et ce malgré les températures élevées de ce début d’été, climatisation bien activée. La voiture nous indique alors 540 km d’autonomie ajustée.

Vous cherchez un véhicule d'occasion ?

Retrouvez des milliers d’annonces sélectionnées pour vous aider à trouver le bon véhicule d’occasion.
Podcast Men's Up Life
 

Pour résumer

Du côté des recharges, on trouvait à la base le pic à 170 kW sur une borne rapide un peu juste, compte tenu de la capacité de la batterie. Pourtant dans notre réalité, sur une 150, nous sommes passés de 35% à 90% en 31 minutes. En optimisant quelques réglages en mode ECO, et en faisant un peu plus attention à son allure, on peut encore facilement gagner pas mal d’autonomie supplémentaire. Notre exemplaire de cette EQE 300 AMG Line s’échange contre 93 960 € (80 600 € hors options). Pour ce tarif certes un peu élevé, vous vous offrez une berline premium électrique très confortable, à l’autonomie vraiment importante.

À notre ami JB

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.

Albums Photos