Essai Ligier Myli
par David Christian Koskas

Essai Ligier Myli

Ligier entend profiter d’une nouvelle tendance, les voitures sans permis électriques accessibles dès 14 ans. Avec la Myli, le président de Ligier Group a cette cible en tête, mais aussi les adultes qui pourraient se laisser convaincre par ce petit gabarit électrique. Nous l’avons essayé au coeur de Paris.

Zapping Le Blogauto Essai du Mercedes GLC 220D

Made in France

Essai Ligier Myli - Made in France

Cocorico, la Myli sort d’une chaine française, basée à Boufféré dans l’ouest du pays. Le développement de ce segment de marché est réel, et le constructeur tricolore suit la même courbe. Ligier renforce son outil industriel pour produire à terme 30 000 exemplaires chaque année. Ne riez pas en la regardant, vous pourriez bien être surpris d’en voir un peu partout. 

 

Les Citroën AMI pourraient ainsi devoir faire un peu de place sur les parkings des lycées. Cette Myli ressemble à une voiture sans permis finalement parfaitement classique, et pas vraiment au cube aux Chevrons. On vous laisse lui trouver le charme que vous voudrez. Moins de 3 mètres de longueur et pas plus d’1,50 m en largeur. Vous vous en doutez, avec de telles cotes, il faut s’attendre à se garer dans des trous de souris. 

Un coffre énorme

Essai Ligier Myli - Un coffre énorme

L’habitacle ne fait pas la part belle à l’espace, ça tombe sous le sens. Chez Ligier, on a choisi un intérieur se rapprochant plus de la voiture conventionnelle, que du gros jouet d’adolescent. Logiquement, on ne se retrouve pas dans un écrin au charme et à la qualité irréprochables. On s’assoit sur des sièges (chauffants) en plastique, un matériau que l’on retrouve partout dans la voiture. On adore la touche kitsch que constitue l’autoradio. 

 

On devrait souvent entendre les mamans et papas montant dedans dire: « j’avais le même poste dans ma voiture au début des années 2 000 ! ».  Un poste avec écran CarPlay est disponible en option. Et attention, ici nous disposons d’un coffre d’une capacité record de 459 litres! Il s’agit d’une biplace, mais des citadines que l’on croise ne font pas mieux. Elles ne font d’ailleurs pas meilleures non plus en termes de vitesse, sur ces axes parisiens où l’on ne dépasse pas les 30 km/h. 

Moins bruyante en électrique...

Essai Ligier Myli - Moins bruyante en électrique...

Pour atteindre les 45 km/h maxi, comme le veut la réglementation, un moteur d’origine Valeo. Il développe l’honorable puissance de 7,5 chevaux, avec un couple de 10 Nm. Le « charme » du bruit caractéristique des sans-permis thermiques ne nous manque absolument pas. Toutefois ne comptez pas non plus sur un silence de cathédrale. Des bruits de transmission et des différents panneaux intérieurs s’entrechoquant nous accompagnent. 

 

Elle décolle en douceur, pour atteindre finalement assez rapidement sa Vmax. Les batteries vont de 4 à 12 kWh, pour une autonomie atteignant environ 190 kilomètres dans les conditions les plus favorables. La plus petite assurant une soixantaine de bornes devrait suffire pour une sortie intramuros. Il ne faut pas plus de 6h15 pour la recharge maximale. Le temps d’une nuit en somme. 

Urbaine avant tout

Essai Ligier Myli - Urbaine avant tout

En tant qu’habitué des automobiles classiques, on n’apprécie guère le mauvais sentiment de sécurité limitée. On ne serait certes pas mieux sur un deux-roues, mais on piquerait bien un casque à un scootériste. On exagère, cette carrosserie étant sans doute une protection appréciée lors d’un choc urbain. Mais lors que l’on se frotte aux bus et camions, on ne se sent pas toujours très à l’aise. 

 

Il faut aussi se faire à une direction sans consistance, avec un volant qui ne se remet pas naturellement dans l’axe après avoir tourné à un coin de rue. Côté freinage, pas d’assistance, ni d’ABS. Pas d’inquiétude, elle freine plutôt bien. Question tenue de route, il ne faut pas trop en demander aux gommes. Mais avec un poids limité de 460 kilos, on n’a pas la sensation de conduire une voiture anormalement lourde, comme c'est parfois le cas des électriques. 

Vous cherchez un véhicule d'occasion ?

Retrouvez des milliers d’annonces sélectionnées pour vous aider à trouver le bon véhicule d’occasion.
Podcast Men's Up Life
 

Pour résumer

Disons-le tout de suite, malgré des prestations certes supérieures dans certains domaines à l’AMI, la Myli s’avère plutôt chère. 12 500 € voire 18 100 € suivant les versions. A mettre en face des 8 000 euros de la Citroën. L’ère tout électrique s’apprête ainsi à concerner pour de bon tous les moyens de transport, pour petits et grands.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.