Lancer le diaporama
essai Q4 SB
+16
LANCER LE DIAPORAMA
par Pierrick Rakotoniaina

Essai Audi Q4 e-tron Sportback 50 quattro

L’Audi Q4 e-tron a droit à une version coupé, baptisée Sportback. Au-delà d’une plastique plus dynamique, la nouvelle venue se permet même de se montrer un peu plus endurante. Nous l’avons essayée en Norvège, où elle passe quasiment inaperçue.

Zapping Le Blogauto Essai Suzuki Vitara
Podcast Men's Up Life
 

Un style plus dynamique

Lancer le diaporama
essai Q4 SB
+16

La face avant de cette Audi Q4 e-tron Sportback n’évolue pas. Comme toutes les déclinaisons de ces SUV, le profil plonge vers l’arrière. Un large aileron prend place à la base du coffre, dynamisant très nettement l’ensemble.

 

Même si la parenté est évidente, en Sportback la voiture se montre un peu moins haute. Cette carrosserie améliore l’aérodynamique, avec un cx de 0,26 contre 0,28 pour le Q4 e-tron classique. Avec 4,60 m de long et presque 1,90 m de large, elle se montre tout de même assez imposante. 

Une meilleure capacité de coffre

Lancer le diaporama
essai Q4 SB
+16

A l’intérieur, on fait face à du pur Audi. Petite particularité, le volant est à double méplats. La présentation soignée et moderne flatte l’oeil. Il fait le plein de technologies, tout comme la version SUV bien entendu. De quoi faire aimer la vie à bord, notamment pour le conducteur. 

 

Mais les passagers ne sont pas en reste, surtout au niveau de l’espace disponible. On se sent à l’aise à deux sur la banquette, même si les plus grands devront se méfier de la garde au toit. On ne l’attendait pas, mais le coffre offre une contenance supérieure, avec 535 litres, soit 30 de mieux. 

Une mécanique identique au SUV

Lancer le diaporama
essai Q4 SB
+16

Autant le dire tout de suite, la mécanique ne change pas d’un iota. Pour  notre part, nous avons notre dévolu sur une 50 quattro de 299 chevaux et 460 Nm de couple. Associée à la grosse batterie de 77 kWh, la belle peut théoriquement parcourir près de 500 kilomètres dans les conditions les plus favorables. 

 

La Q4 e-tron Sportback ne manque pas de peps, malgré son poids conséquent, comme souvent en électrique. Sa réactivité, propre aux modèles à batteries, booste son dynamisme. Elle ne s’avachit pas sur ses appuis, et son amortissement relativement ferme, aide à limiter les mouvements de caisse parasites. 

Autonomie limitée sur les voies rapides

Lancer le diaporama
essai Q4 SB
+16

Néanmoins cela ne nuit pas au confort, qui reste de très bon niveau. Cela étant avec son autonomie tout de même limitée pour les longues liaisons autoroutières, soit moins de 300 kilomètres, on n'a guère le temps de commencer à s’ennuyer. Toutefois, en faisant le choix des petites routes, on peut imaginer dépasser allègrement les 400. 

 

Cependant la puissance de recharge plafonnée à 135 kW, ne rend pas les pauses plus courtes que d’autres. On se laisse finalement porter, en douceur au volant de cette Q4 e-tron Sportback. Il s’en dégage une certaine sérénité, même sous forte pluie, avec une motricité sans faille. 

On aime
  • Capacité coffre
  • Technologies
  • Conduite sereine
On aime moins
  • Consommation un peu élevée sur autoroute
  • Puissance de recharge limitée
  • Un peu chère

Pour résumer

Notre Audi Q4 e-tron Sportback de plus de 70 000 euros, évoluait dans un environnement où elle se sent à l’aise, la Norvège étant structurée pour utiliser les électriques. Là-bas, la thermique représente l’exception. Dès lors, malgré sa fraicheur, notre petite Allemande ne s’est pas vraiment démarquée dans le parc automobile de ce pays. Ce fut finalement une vision à grande échelle de ce que pourrait être le monde de demain.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.

Albums Photos