par Pierrick Rakotoniaina

Essai BMW i4 M50 de 544 ch

BMW n’en est pas à son premier coup d’essai électrique. Voici la i4 M50 de 544 chevaux. Une vraie M? Difficile à dire… mais on a tenté de répondre à la question.

Zapping Le Blogauto Essai Volkswagen Taigo

Un look de 440i

Vous connaissez la BMW Série 4 Gran Coupe 440i? Oui, au premier coup d’œil, difficile de deviner qu’il s’agit en fait d’une i4. Le  oublier avant lui ressemble quasiment trait pour trait, idem pour le profil. Il faut la regarder depuis l’arrière pour se rendre compte des premières différences.

La base du bouclier intègre un diffuseur particulièrement travaillé, avec deux canaux à la place des échappements. En se baissant, on devine également un soubassement totalement carené, qui protège également les batteries placées au plus bas. La couleur bleue mate la distingue de tout ce qui roule dans la circulation.

Une dalle incurvée impressionnante

Elle ne passe pas non plus inaperçue à l’intérieur. Elle reprend logiquement le mobilier de la Série 4 Gran coupe, à un détail près. L’instrumentation se compose d’une dalle géante incurvée, intégrant deux énormes écrans. Ça en jette! Cela lui donne des airs de cockpit futuriste, tout en gardant le classicisme d’une BMW d’aujourd’hui.

Il reste tout de même quelques commandes physiques, notamment pour la climatisation. On découvre en roulant la présence d’un affichage tête haute, qui a finalement peu d’intérêt. Elle fait le plein d’équipements pour rendre le voyage très agréable, avec certains automatismes bienvenues, et une hyper connectivité qui ravira les plus geeks d’entre nous. On se sent à l’aise à 4, mais attention à la tête en rentrant a l’arrière.

Des performances impressionnantes

Disons le tout de suite, cette i4 M50 offre des performances impressionnantes. En mode Sport Boost, partez façon Launch Control, et les 100 km/h sont atteints en 3,9 secondes. Un exercice que l’on peut répéter a l’infini, au prix d’une autonomie qui baisse alors assez rapidement. Chaque départ d’un feu rouge laisse tout le monde derrière. La réactivité et le couple font d’elle une championne du décollage.

Au feu suivant, la discussion s’engage souvent avec les deux roues, surpris d’être laissés sur place par ce coupe 4 portes de bon père de famille. Les reprises sont du même acabit, peu importe la vitesse, jusqu’à environ 160 km/h. Sa seule limite, la Vmax qui plafonne a 225 km/h. Pour vous donner une idée, une Alfa Romeo GTAm n’a pas réussi à passé son capot devant le nôtre entre 80 et 200 km/h.

Un peu lourde…

Une surprise à laquelle ne s’attendait pas le conducteur de l’Italienne. Pour afficher un tel rythme, la BMW est équipée de deux moteurs puissants affichant un couple total camionesque de près de 800 Nm. Des performances qui font largement oublier les 2,2 tonnes qu’elle affiche sur la balance. Évidemment, en conduite sportive, la consommation s’envole et l’autonomie chute.

On regrette l’impossibilité de gérer la puissante de régénération avec des palettes derrière le volant, comme on peut le voir chez certaines concurrentes. Il faut aller dans les menus pour agir dessus. Dommage! Le châssis n’a pas la sportivité d’une M3, soyons très clairs. Néanmoins sa rigueur d’amortissement la rend sûre. On la sent parfois lourde au freinage.

De bonnes valeurs d’autonomie

La vitesse que l’on perd en courbe, on la rattrape dès la sortie grâce à ses accélérations folles. Mais elle sait aussi se tenir tranquille et devient alors l’une des berlines GT les plus agréables à mener. La douceur de l’électrique n’a clairement pas d’égale dans ces conditions. On se laisse tranquillement glisser sur la route, avec une réserve inépuisable de puissance que l’on sollicite si nécessaire.

BMW annonce plus de 500 km maxi. Dans notre réalité, on peut imaginer aisément 400 km hors autoroute. Sur ces dernières, selon nos projections, nous pouvons dépasser les 300 km sans problèmes. Une autonomie largement suffisante entre deux bornes rapides sur la plupart des autoroutes françaises. Aucun souci pour rallier Paris à Lyon en ce qui nous concerne, avec 3 arrêts, le dernier étant nécessaire pour ne pas être « court » une fois sur place.

Dès 71 650 €

La puissance de recharge permet de rester à peine 35 minutes pour récupérer 80% de capacité. On a aimé cette i4 M50 pour ses performances et son agrément de conduite, qui cependant ne font pas d’elle une « M » électrique, même si BMW se plaît à le dire. Comptez au moins 71 650 € pour vous l’offrir, quasiment 93 000 € pour notre modèle d’essai.

+ON AIME

  •  Look
  • Performances
  • Equipements

-ON AIME MOINS

  •  Ergonomie des menus
  • Poids élevé
  • Prix des options

Modèle
Prix (à partir de)

71 650,00 

Prix du modèle essayé

92 954,96 

Bonus / Malus0 €
Moteur
Type et implantationX2 moteurs électriques (av+ar)
Cylindrée (cm3)-
Puissance (ch/kW)544 / 400
Couple (Nm) 795
Transmission
Roues motricesintégrale
Boîte de vitesses auto
Châssis
Freins à disques + régénération
Jantes et pneus 255/40 R19
Performances
Vitesse maximale (km/h)225
0 à 100 km/h (s)3,9
Consommation
Cycle mixte (l/100 km)19 à 24 (510 km)
CO2 (g/km)0
Dimensions
Longueur (mm)4 783
Largeur (mm) 1 852
Hauteur (mm)1 448
Empattement (mm) 2 856
Volume de coffre (l) 470
Poids (kg) 2 215

Pour résumer

BMW n’en est pas à son premier coup d’essai électrique. Voici la i4 M50 de 544 chevaux. Une vraie M? Difficile à dire… mais on a tenté de répondre à la question.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.