par Pierre-Laurent Ribault

Super GT 2019-6 : Lexus passe entre les gouttes à Autopolis

La course d'Autopolis a donné une impression de grand huit, avec des averses soudaines, des safety cars en série, des remontées foudroyantes... Au bout de deux heures haletantes, c'est la Lexus SARD no39 qui l'a emporté en GT500 et le constructeur fait coup double avec la victoire en GT300 également.

Zapping Le Blogauto Essai Alpine A110

Echos

Avant le meeting de Fuji au mois de novembre, la première course où se confronteront les voitures du DTM et celles du Super GT sera la finale du DTM à Hockenheim les 5 et 6 octobre.

Pour l'occasion, chacun des constructeurs engagés en GT500 enverra une voiture. Les teams et les équipages ont été révélés ce week-end à Autopolis. Les Japonais ne font pas les choses à moitié et enverront les derniers champions de Super GT pour chacun des trois constructeurs, à commencer par Jenson Button et Naoki Yamamoto, champions en titre pour le team Kunimitsu et Honda sous les couleurs Raybrig.

Les représentants pour Lexus seront Nick Cassidy et Ryo Hirakawa sur une LS500 TOM'S à la livrée originale mélangeant les couleurs des deux voitures de l'écurie et leurs sponsors AU et Keeper, alors que Nismo enverra sa paire légendaire Ronnie Quintarelli et Tsugio Matsuda sur la fameuse GT-R rouge aux couleurs Nismo. A noter que cette dernière auto ne pourra pas porter son célèbre numéro 23, déjà attribué en DTM, et utilisera le numéro 35.

Les voitures japonaises, pour des raisons pratiques, ne seront pas équipées du système de DRS autorisé en DTM mais seront chaussées en pneus Hankook.

Quelques informations complémentaires ont également été communiquées au sujet de la course de Fuji. Le nombre de voitures du DTM engagées est toujours incertain et sera décidé cette semaine, entre six et dix, alors que la course de GT300 en accompagnement du week-end devrait avoir au moins quinze voitures et sera ouverte à des pilotes qui ne sont pas forcément en GT300.

L'autre grand sujet du moment est la présentation à Suzuka des GT500 pour la saison 2020, répondant au règlement Classe One, traité par ailleurs.

Qualifications

GT500

Comme en 2018, les Honda se montraient à l'aise sur l'ancien circuit de F1 et monopolisaient la première ligne avec la NSX GT no17 du Real Racing aux couleurs de Keihin en pole grâce à un excellent tour de Koudai Tsukakoshi, devant la no8 ARTA de Tomoki Nojiri.

Une fois n'est pas coutume, la Nissan de pointe était la no24 du Kondo Racing menée à la troisième position de grille par Jann Mardenborough devant la première Lexus, la no36 de Yuhi Sekiguchi.

Souffrant du lest imposé par sa place de leader au championnat se doublant d'un restricteur d'alimentation, la Lexus no6 du team Le Mans ne pouvait pas faire mieux que le quatorzième temps synonyme de dernière ligne, alors que sa rivale la plus proche la Lexus Keeper TOM'S no37 limitait les dégâts en se plaçant en milieu de grille.

GT300

Une fois encore la Toyota 86 MC Hoppy no25 obtenait une convaincante pole position aux mains de Takamitsui Matsui, devant la Toyota Mark X MC no52 de Hiroshi Yoshida, une auto qui n'en finit plus de progresser dans la hiérarchie.

La meilleure GT3 était reléguée en seconde ligne avec Joao Paolo de Olivera sur l'Aston Martin Vantage D-Station no7 en troisième position aux côtés de la Subaru BRZ no62 alors que le lest se faisait moins sentir qu'en GT500 puisque les leaders du championnat, la NSX ARTA no55, se plaçaient en quatrième ligne.

Course

GT500

Tsukakoshi sur la NSX no17 s'échappait dès le feu vert alors qu'Izawa sur la NSX no8 ne pouvait pas suivre son rythme et bouchonnait le reste du peloton. Le premier incident concernait le champion en titre Naoki Yamamoto qui tapait assez fort la barrière de pneus au troisième tour et abandonnait, entraînant l'intervention d'un premier safety car.

Au redépart, Tsukakoshi prenait à nouveau la poudre d'escampette tandis que Jann Mardenborough sur une très véloce Nissan GT-R chaussée en Yokohama

et bientôt le reste des poursuivants faisait sauter le bouchon Izawa et se lançait aux trousses de la NSX de tête.

La pluie se mettait à tomber gentiment alors que s'ouvrait la fenêtre des ravitaillements à l'abord de la mi-course. Le dilemme était complet : fallait-il chausser des slicks à nouveau ou passer aux pneus pluie? Les premières voitures à s'arrêter étaient partagées entre les deux options, y compris les leaders qui repartaient avec Bertrand Baguette en slicks alors que la Nissan no24, passait au commandement, retardait le plus possible sa décision.

Mais les circonstances n'allaient pas servir le Kondo Racing. La pluie s'intensifiait et une GT300 en difficulté entraînait l'arrivée en piste d'un second safety car. La majorité des teams, comprenant la situation, plongeait dans la ligne des stands avant qu'elle ne soit fermée sauf les Nissan qui choisissaient de rester dehors, une funeste décision qui allait leur coûter un bon résultat.

Lorsque le second safety car s'effaçait, il apparaissait rapidement que ceux qui étaient passés en pneus pluie tôt avaient fait le bon pari, et un trio de Lexus constitué de la no39 aux mains de Heikki Kovalainen, la no38 et la no19 prenait le commandement. Les Nissan plongeaient dans les stands pour y rechausser des slicks, erreur stratégique terminale pour elles.

Mais on n'allait pas en rester là et un troisième safety car remettait aux trois quarts de la course tout le monde dans le même panier. La pluie arrêtée et la piste s'asséchant remettaient alors les voitures en slicks dans la course et le sprint vers le drapeau à damiers voyait une série de remontées spectaculaires, en particulier Bertrand Baguette au volant de la NSX no17 et Ryo Hirakawa dans la Lexus no37 qui s'emparaient des deuxième et troisième places, la Lexus SARD en tête réussissant à garder le commandement jusqu'au bout.

C'est donc Kovalainen et Nakayama qui l'emportent, une victoire bienvenue pour l'équipe SARD à la peine depuis son titre 2016, devant Tsukakoshi et Baguette sur la NSX no17 et Hirakawa et Cassidy sur la Lexus TOM'S no37 qui prennent de précieux points pour rester dans la course au titre.

La malchance et les errances stratégiques auront eu raison du clan Nissan, alors que les leaders du championnat grappillent au final quelques points.

GT300

Comme c'est malheureusement une habitude pour elle, la Toyota 86 MC Hoppy no25 ne pouvait soutenir le rythme de la qualification et après quelques tours en tête rétrogradait au profit de ses poursuivants. La Subaru BRZ, un instant près de la tête, était définitivement retardée par ses éternels problèmes de fiabilité, cette fois la transmission, et la Mark X prenait le commandement avant que le ravitaillement ne voit l'Aston et la Mercedes Hatsune Miku pointer dans le groupe leader.

La valse des safety cars rebattait les cartes et comme en GT500, le choix des pneus, slicks ou pluie, faisait que deux groupes se succédaient en haut du classement. Les tenants du pneu pluie, Honda NSX ARTA no55, Lamborghini no88 et McLaren no720, semblaient avoir la course en main. Un duel passionnant opposait Takashi Kogure sur l'Huracan du JLOC no88 et Alex Palou sur la McLaren 720 du team Goh, au profit finalement du jeune Espagnol qui prenait la tête.

Mais c'était sans compter sur la surprise du dernier acte, comme dans toutes les bonnes pièces de théâtre. La piste s'asséchant après le troisième safety car, les pilotes en pneus pluie se retrouvaient à la peine et l'on assistait dans les derniers tours à la chevauchée fantastique d'une auto revenue des profondeurs du classement et bien servie par des gommes Dunlop parfaitement adaptées aux conditions: la Lexus RC F GT3 LM Corsa no60 aux mains de Yoshimoto, qui tournait littéralement autour des autres concurrents, et finissait par passer Palau pour prendre la tête à quatre tours de l'arrivée.

Yoshimoto l'emportait, une victoire significative pour lui, qui fêtait sa centième course en Super GT et le team, qui a assuré depuis 2014 le long et difficile développement de la RC F GT3, et qui voit enfin ses efforts récompensés. Le team Goh, avec la seconde place de Palau, concrétise également le potentiel à la fois de la voiture et d'Alex Palau, et la troisième place de la Lamborghini Huracan Evo pour sa première course au Japon est la démonstration que Takashi Kogure, que l'on avait un peu oublié lors de ses dernières saisons en GT500, a toujours un sacré coup de volant.

Au championnat les positions se resserrent en GT500 entre la Lexus Wako's no6 du team Le Mans et la no37 Keeper TOM'S de Nick Cassidy et Ryo Hirakawa qui n'ont que 10 points d'écart avec deux courses à disputer. Avec le zéro pointé de la NSX Raybrig ce week-end, le championnat devient une affaire Lexus exclusive puisque le constructeur truste désormais les quatre premières places devant une lointaine GT-R Nismo cinquième.

En GT300, le team ARTA et la NSX GT3 no55 gardent la tête de peu devant la Lamborghini no88 qui empile les bons résultats, et la Lexus no96.

La prochaine course aura lieu dès les 21 et 22 septembre à Sugo.

Crédit photos : Toyota Gazoo Racing (1), GT Association (2-9)

Résultats

GT500

PoNoMachineDriverTire
139DENSO KOBELCO SARD LC500

LEXUS LC500 / RI4AG

Heikki Kovalainen

Yuichi Nakayama

BS
217KEIHIN NSX-GT

Honda NSX-GT / HR-417E

Koudai Tsukakoshi

Bertrand Baguette

BS
337KeePer TOM'S LC500

LEXUS LC500 / RI4AG

Ryo Hirakawa

Nick Cassidy

BS
438ZENT CERUMO LC500

LEXUS LC500 / RI4AG

Yuji Tachikawa

Hiroaki Ishiura

BS
58ARTA NSX-GT

Honda NSX-GT / HR-417E

Tomoki Nojiri

Takuya Izawa

BS
66WAKO'S 4CR LC500

LEXUS LC500 / RI4AG

Kazuya Oshima

Kenta Yamashita

BS
764Modulo Epson NSX-GT

Honda NSX-GT / HR-417E

Narain Karthikeyan

Tadasuke Makino

DL
819WedsSport ADVAN LC500

LEXUS LC500 / RI4AG

Yuji Kunimoto

Sho Tsuboi

YH
924Realize corporation ADVAN GT-R

NISSAN GT-R NISMO GT500 / NR20A

Mitsunori Takaboshi

Jann Mardenborough

YH
1036au TOM'S LC500

LEXUS LC500 / RI4AG

Kazuki Nakajima

Yuhi Sekiguchi

BS
113CRAFTSPORTS MOTUL GT-R

NISSAN GT-R NISMO GT500 / NR20A

Kohei Hirate

Frederic Makowiecki

MI
1212CALSONIC IMPUL GT-R

NISSAN GT-R NISMO GT500 / NR20A

Daiki Sasaki

Katsumasa Chiyo

BS
1323MOTUL AUTECH GT-R

NISSAN GT-R NISMO GT500 / NR20A

Tsugio Matsuda

Ronnie Quintarelli

BS
1416MOTUL MUGEN NSX-GT

Honda NSX-GT / HR-417E

Hideki Mutoh

Daisuke Nakajima

YH
1RAYBRIG NSX-GT

Honda NSX-GT / HR-417E

Naoki Yamamoto

Jenson Button

BS

GT300

PoNoMachineDriverTire
160SYNTIUM LMcorsa RC F GT3

LEXUS RC F GT3 / 2UR-GSE

Hiroki Yoshimoto

Ritomo Miyata

DL
2720McLaren 720S

McLaren 720S GT3 / M840T

Seiji Ara

Alex Palou

YH
388MANEPA LAMBORGHINI GT3

Lamborghini HURACAN GT3 / DFJ

Takashi Kogure

Yuya Motojima

YH
44GOODSMILE HATSUNE MIKU AMG

Mercedes AMG GT3 / M159

Nobuteru Taniguchi

Tatsuya Kataoka

YH
596K-tunes RC F GT3

LEXUS RC F GT3 / 2UR-GSE

Morio Nitta

Sena Sakaguchi

BS
655ARTA NSX GT3

Honda NSX GT3 / JNC1

Shinichi Takagi

Nirei Fukuzumi

BS
765LEON PYRAMID AMG

Mercedes AMG GT3 / M159

Naoya Gamou

Togo Suganami

BS
856Realize NISSAN jidousya daigakkou GT-R

NISSAN GT-R NISMO GT3 / VR38DETT

Kazuki Hiramine

Sacha Fenestraz

YH
918UPGARAGE NSX GT3

Honda NSX GT3 / JNC1

Takashi Kobayashi

Kosuke Matsuura

YH
1010GAINER TANAX triple a GT-R

NISSAN GT-R NISMO GT3 / VR38DETT

Kazuki Hoshino

Keishi Ishikawa

YH
1134Modulo KENWOOD NSX GT3

Honda NSX GT3 / JNC1

Ryo Michigami

Hiroki Otsu

YH
1250ARNAGE AMG GT3

Mercedes AMG GT3 / M159

Masaki Kano

Ryosei Yamashita

YH
1321Hitotsuyama Audi R8 LMS

Audi R8 LMS / DAR

Richard Lyons

Ryuichiro Tomita

YH
1431TOYOTA GR SPORT PRIUS PHV apr GT

TOYOTA GR SPORT PRIUS PHV / 2UR-G

Koki Saga

Yuhki Nakayama

BS
1511GAINER TANAX GT-R

NISSAN GT-R NISMO GT3 / VR38DETT

Katsuyuki Hiranaka

Hironobu Yasuda

DL

Championnat

GT500

PoNoDriverTotalWH
16Kazuya Oshima

Kenta Yamashita

6565
237Ryo Hirakawa

Nick Cassidy

5555
339Heikki Kovalainen

Yuichi Nakayama

4040
438Yuji Tachikawa

Hiroaki Ishiura

38.538.5
523Tsugio Matsuda

Ronnie Quintarelli

38.538.5
68Tomoki Nojiri

Takuya Izawa

3131
71Naoki Yamamoto

Jenson Button

2929
817Koudai Tsukakoshi

Bertrand Baguette

2626
936Kazuki Nakajima

Yuhi Sekiguchi

2525
1019Yuji Kunimoto

Sho Tsuboi

23.523.5
1112Daiki Sasaki

James Rossiter

17.517.5
1224Mitsunori Takaboshi

Jann Mardenborough

1616
133Kohei Hirate

Frederic Makowiecki

1616
1464Narain Karthikeyan

Tadasuke Makino

8.58.5
1516Hideki Mutoh

Daisuke Nakajima

88

GT300

PoNoDriverTotalWH
155Shinichi Takagi

Nirei Fukuzumi

41.541.5
288Takashi Kogure

Yuya Motojima

36.536.5
396Morio Nitta

Sena Sakaguchi

3636
456Kazuki Hiramine

Sacha Fenestraz

3535
587Tsubasa Takahashi

Andre Couto

2929
611Katsuyuki Hiranaka

Hironobu Yasuda

2828
74Nobuteru Taniguchi

Tatsuya Kataoka

26.526.5
860Hiroki Yoshimoto2525
987Kiyoto Fujinami2529
1052Shigekazu Wakisaka

Hiroki Yoshida

24.524.5
1165Naoya Gamou23.523.5
1260Ritomo Miyata2325
1310Kazuki Hoshino

Keishi Ishikawa

2222
1465Haruki Kurosawa19.523.5
1534Ryo Michigami

Hiroki Otsu

1919

Pour résumer

La course d'Autopolis a donné une impression de grand huit, avec des averses soudaines, des safety cars en série, des remontées foudroyantes... Au bout de deux heures haletantes, c'est la Lexus SARD no39 qui l'a emporté en GT500 et le constructeur fait coup double avec la victoire en GT300 également.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.