par Joest Jonathan Ouaknine

Ginetta G57 : production en série

A l'été 2014, son grand retour en endurance, via le LM P3. Pari gagné, car la Ginetta/Nissan (ex-Ginetta-Juno) de Charlie Robertson et Chris Hoy a gagné sa catégorie en ELMS. Maintenant, Ginetta veut passer à la vitesse supérieure avec la G57.

Zapping Le Blogauto Essai de la Cupra Born en Laponie

A l'été 2014, Ginetta annonçait son grand retour en endurance, via le LM P3. Pari gagné, car la Ginetta/Nissan (ex-Ginetta-Juno) de Charlie Robertson et Chris Hoy a gagné sa catégorie en ELMS. Maintenant, Ginetta veut passer à la vitesse supérieure avec la G57.

Esthétiquement, elle semble être une évolution de la LM P3. Elle est l'œuvre de l'ancienne équipe de Juno (à commencer par son ex-PDG, Ewan Baldry, désormais D.T. de Ginetta.) Elle dispose d'un V8 GM LS3 poussé à 580ch. Une motorisation de LM P2, même si Ginetta se refuse à employer ce terme. La voiture sera censément "homologuée pour les courses de voitures de sport à travers le monde."

Le but de Ginetta est de vendre un maximum de voitures (LM P3 et G57) auprès de clients privés. D'ailleurs, en 2015, Lanan, University of Bolton et Villorba Corse alignaient des Ginetta-Nissan.

La structure officielle LNT, championne d'ELMS, va être dissoute. Quant à Charlie Robertson et Chris Hoy, Nissan leur a offert un test en LM P2 (avec la Gibson de Greaves) en récompense de leur titre.

Source :

Ginetta

Pour résumer

A l'été 2014, son grand retour en endurance, via le LM P3. Pari gagné, car la Ginetta/Nissan (ex-Ginetta-Juno) de Charlie Robertson et Chris Hoy a gagné sa catégorie en ELMS. Maintenant, Ginetta veut passer à la vitesse supérieure avec la G57.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.