Stellantis : déploiement de stations de recharge via Atlante
par Elisabeth Studer

Stellantis : déploiement de stations de recharge via Atlante

Atlante, opérateur de bornes électriques et réseau de référence de Stellantis - constructeur automobile issu de la fusion entre PSA et FCA - a ouvert ses premières stations de recharge de véhicules électriques en France. Il compte bien ne pas s’arrêter en si bon chemin.

Zapping Le Blogauto Essai Dacia Jogger

Vers une centaine de stations en 18 mois

Atlante a inauguré mardi sa quatrième station de recharge. Laquelle, implantée dans une zone commerciale près de Châlons-en-Champagne (Marne), est dotée de 8 points de charge rapide.

Une centaine d'autres stations rapides et ultrarapides devraient être opérationnelles dans l’Hexagone dans les 18 mois prochains, notamment sur les autoroutes Vinci situées dans le sud de la France.

Atlante va installer la majorité des bornes sur "des emplacements de transit", comme les routes nationales, autoroutes (quatre stations prévues sur le réseau Vinci) mais aussi sur les parkings des zones commerciales, comme à Châlons.

A l'heure actuelle Atlante propose des recharges à 0,58 euro par kilowattheure, se situant dans la moyenne basse du marché.

Partenariat avec Stellantis

Pour rappel, Atlante est issu d'un partenariat entre Stellantis, numéro deux du marché automobile européen, et la société italienne NHOA (anciennement Engie EPS), numéro trois mondial du stockage d'énergie et filiale du groupe taïwanais TCC.

Tarifs préférentiels aux clients des marques du groupe Stellantis

Si certes le réseau Atlante sera accessible à tous, permettant ainsi d’accroître la capacité de recharge disponible pour le parc de véhicules électriques en France, charité bien ordonnée, Stellantis va prochainement proposer des tarifs préférentiels aux clients de ses marques, telles que Peugeot, Fiat, Opel ou Alfa Romeo.

Atlante : un opérateur ambitieux

Fondé en 2021, l'opérateur Atlante a de sérieuses ambitions long terme.

La tache ne lui sera pas aisée alors que ses concurrents Tesla, Ionity (lequel rassemble BMW, Ford, Hyundai, Mercedes et Volkswagen), Fastned ou TotalEnergies se sont d’ores et déjà en quelque sorte partagés le marché d’Europe du Nord.

Atlante s’est fixé pour objectif de développer le premier réseau de recharge en Europe du Sud, avec 3.000 bornes d'ici la fin 2023, et 35.000 bornes à horizon 2030.

A l'heure actuelle, il dispose de stations de recharge en Italie (34 ouvertes), en Espagne, au Portugal, et en France. A terme le territoire français devrait constituer son plus grand marché.

Capacité de stockage d’électricité

Filiale de NHOA (spécialiste du stockage d'énergie), Atlante prévoit d'équiper ses stations en capacités de stockage d'électricité et en panneaux photovoltaïques.

Des ressources considérées par son Directeur Général comme grandement nécessaires pour "gérer la montée en puissance du véhicule électrique". Et permettre d’absorber des pics d'utilisation le week-end ou lors des départs en vacances.

Notre avis, par leblogauto.com

Le groupe Stellantis tente ainsi de restreindre les freins à l’achat de véhicules électriques en développant son propre réseau de bornes de recharge, offrant ainsi une plus grande autonomie aux VE de sa marque. Reste à savoir si le nombre d’infrastructures ainsi déployées seront suffisantes.

Sa vigilance sur le dossier de stockage d’énergie soulève un autre problème et non des moindres : la capacité du réseau électrique lui-même à fournir l’énergie nécessaire pour pouvoir recharger les VE en temps voulu et notamment lors des pics de consommation.

Sources : Stellantis, AFP

Vous cherchez un véhicule d'occasion ?

Retrouvez des milliers d’annonces sélectionnées pour vous aider à trouver le bon véhicule d’occasion.
Podcast Men's Up Life
 

Pour résumer

Atlante, opérateur de bornes électriques et réseau de référence de Stellantis - constructeur automobile issu de la fusion entre PSA et FCA - a ouvert ses premières stations de recharge de véhicules électriques en France. Il compte bien ne pas s’arrêter en si bon chemin.
Le groupe Stellantis tente ainsi de restreindre les freins à l’achat de véhicules électriques en développant son propre réseau de bornes de recharge, offrant ainsi une plus grande autonomie aux VE de sa marque. Reste à savoir si le nombre d’infrastructures ainsi déployées seront suffisantes.

Sa vigilance sur le dossier de stockage d’énergie soulève un autre problème et non des moindres : la capacité du réseau électrique lui-même à fournir l’énergie nécessaire pour pouvoir recharger les VE en temps voulu et notamment lors des pics de consommation.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.