Stellantis / Leapmotor : 1ere livraisons de VE en Europe en septembre
par Elisabeth Studer

Stellantis / Leapmotor : 1ere livraisons de VE en Europe en septembre

Le groupe automobile Stellantis et la start-up chinoise Leapmotor ont annoncé que leur coentreprise allait livrer ses premières voitures électriques au marché européen en septembre.

Zapping Le Blogauto Essai Cupra Formentor VZ5 sur neige

Stellantis et Leapmotor annoncent l’arrivée de nouveaux VE en Europe dès septembre

Stellantis et son partenaire chinois Leapmotor annoncent l'arrivée de nouvelles voitures électriques en Europe à compter de septembre 2024.

Pour rappel, en 2023, Stellantis – issu de la fusion entre PSA et FCA – a acquis 20% du constructeur chinois Leapmotor en vue de fonder une co-entreprise .

Cette dernière, dénommée Leapmotor International et détenue à 51% par Stellantis, est destinée à produire des véhicules électriques d'entrée de gamme pour l'international.

Dans le cadre des accords définis entre les deux sociétés pour la mise en place de la co-entreprise, le constructeur chinois Leapmotor pourra s'appuyer sur les points de vente et d'après-vente du groupe Stellantis via un réseau de 200 concessionnaires d'ici la fin de l'année, a déclaré Carlos Tavares, DG de Stellantis.

Ce réseau européen devrait s'agrandir ensuite pour atteindre 500 points de vente d'ici 2026.

La coentreprise, "nous permet d'accélérer la mise sur le marché de véhicules électriques intelligents et abordables", a déclaré Carlos Tavares, lors d'une conférence de presse conjointe à Hangzhou entre les deux partenaires, ville d'origine de Leapmotor.

"Nous allons pouvoir apporter plus rapidement sur nos marchés des véhicules électriques abordables qui contribueront non seulement à la croissance rentable de Leapmotor, à la croissance rentable de Stellantis (...), mais qui contribueront aussi plus rapidement et plus efficacement à la résolution du problème du réchauffement climatique que nous devons résoudre", a ajouté Tavares.

Premières expéditions dans 9 pays européens

Leapmotor International débutera les expéditions de ses véhicules dans neuf pays européens, dont la France et l'Allemagne, en septembre, ont précisé les dirigeants.

Les véhicules seront ensuite commercialisés au Moyen-Orient, en Afrique, en Inde, dans la région Asie-Pacifique et en Amérique du Sud plus tard au cours de l’année 2024.

Un porte-parole de Stellantis a précisé que l’entreprise n'avait pas l'intention de vendre ou fabriquer les voitures Leapmotor aux Etats-Unis.

A l’heure actuelle, Leapmotor ne produit que des véhicules électriques. Si le constructeur est relativement peu connue en Europe, il affiche des ventes de 10.000 voitures par mois en Chine.

Modèles T03 et C10 en premier sur le marché

« Les modèles T03 et C10 seront les premiers véhicules mis sur le marché, suivis d'au-moins un nouveau modèle lancé chaque année au cours des trois prochaines années », précise le communiqué. La C10 est un SUV familial compact affichant 420 km d'autonomie, la T03 est une petite citadine.

De son côté, Stellantis va étoffer sa propre offre mondiale de petites voitures électriques à prix abordables en débutant la commercialisation des T03 de son partenaire chinois Leapmotor en Europe à partir de septembre, puis dans d'autres régions du monde d'ici la fin de l'année.

Le loup dans la bergerie ?

Selon Zhu Jiangming, fondateur de Leapmotor, la coentreprise pourrait aider l'entreprise chinoise à faire face à "l'incertitude politique et régionale". "Grâce aux atouts de Stellantis, un plus un fera certainement plus que deux", a-t-il ajouté.

Des propos énoncés alors que l’Union européenne tente à l’heure actuelle de défendre son industrie automobile européenne face à la concurrence croissante de la Chine et des États-Unis.

En septembre 2023, Bruxelles a ouvert une enquête sur les subventions accordées par la Chine à son secteur des véhicules électriques, accusant Pékin de fausser la concurrence.

D'autres constructeurs européens ont récemment renforcé leurs partenariats avec des sociétés chinoises. En juillet 2023, Volkswagen a annoncé qu'il investirait plus de 600 millions d'euros dans le fabricant chinois de véhicules électriques XPeng.

Mais jusqu’à présent, les accords de co-entreprise établis entre les constructeurs automobiles occidentaux et leurs homologues chinois visaient à s’implanter sur le marché chinois pour y produire et vendre leurs modèles.

Fait notable : la co-entreprise Stellantis-Leapmotor est la première destinée à vendre et produire les véhicules électriques d'un constructeur chinois hors de Chine.

En mars 2024, l'agence Reuters rapportait que Stellantis pourrait produire des véhicules électriques de son partenaire chinois Leapmotor dans son usine polonaise de Tychy. Une manière de contourner les clauses d'obtention de certains bonus électriques en Europe ?

Carlos Tavares a indiqué à ce sujet que toute décision serait basée sur une évaluation des coûts et de la qualité, et que le site de Pologne pourrait être une possibilité.

Interrogé sur le fait que la co-entreprise avec Leapmotor pouvait avoir quelques allures d’un cheval de Troie, Carlos Tavares a répondu par la négative. Ses arguments : les constructeurs automobiles chinois capteraient de toute manière cette année pas moins de 10% du marché automobile européen. "Nous n'avons pas l'intention d'abandonner la fourchette de prix des 20.000 euros à nos concurrents chinois", a-t-il ajouté.

Sources : AFP, Stellantis, Reuters

Vous cherchez un véhicule d'occasion ?

Retrouvez des milliers d’annonces sélectionnées pour vous aider à trouver le bon véhicule d’occasion.
Podcast Men's Up Life
 

Pour résumer

Le groupe automobile Stellantis et la start-up chinoise Leapmotor ont annoncé que leur coentreprise allait livrer ses premières voitures électriques au marché européen en septembre.
Interrogé sur le fait que la co-entreprise avec Leapmotor pouvait avoir quelques allures d’un cheval de Troie, Carlos Tavares a répondu par la négative. Ses arguments : les constructeurs automobiles chinois capteraient de toute manière cette année pas moins de 10% du marché automobile européen. "Nous n'avons pas l'intention d'abandonner la fourchette de prix des 20.000 euros à nos concurrents chinois", a-t-il ajouté.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.