par Thibaut Emme

Marché électrique France 2022 : +33% en mai

Selon les chiffres de l'AVERE, le marché électrique en France connait une augmentation de 33% au mois de mai 2022. Avec un marché automobile en crise, la part de marché du VE augmente. Signe d'opportunisme ou de maturité ?

Zapping Le Blogauto Essai de la Cupra Born en Laponie

Au mois de mai 2022, 15 245 véhicules électriques particuliers ont été immatriculés. 62,20% sont immatriculés par des particuliers, le reste par des entreprises (leasing ou voitures de société). Par rapport à mai 2021, cela représente une hausse de 32% mais surtout une part de marché de 12%. On ajoute 1042 véhicules utilitaires électriques (+59% mais 3,6% de PdM) et on obtient 16 287 VE immatriculés sur le mois dernier. C'était grosso-modo le marché annuel du VE en 2015.

Gros carton pour Stellantis qui place une nouvelle fois la Fiat 500e en tête avec 2 129 unités immatriculés, puis la Peugeot e-208 avec 1 668 véhicules. Renault suit avec la Twingo (1500 u), la Zoe (1447), la Dacia Spring (1357) et la Renault Megane E-Tech avec 758 unités sur le mois. Un démarrage timide pour la Megane, mais il faudra regarder les prochains mois pour voir si elle prend. A noter que pour le deuxième mois consécutif, Tesla a peu immatriculé (152 immatriculations tout confondu en mai).

On s'approche doucement des 600 000 véhicules 100% électriques dans le parc. Cela devrait être dépassé à fin juillet, soit plusieurs mois en avance par rapport à l'objectif de fin 2022. 600 000 véhicules pour un parc roulant de 40 millions de véhicules environ soit 1,5%.

Depuis janvier 2022

Depuis le début de l'année 2022, 76 664 véhicules électriques particuliers et utilitaires légers ont été immatriculés. Cela représente une hausse de 37% par rapport à 2021. Au cumulé sur les cinq premiers mois de l'année 2022, le top 7 des vente est peu ou prou le suivant :

 Total
DACIA SPRING7878
FIAT 5007079
PEUGEOT E-2086851
TESLA MODEL 36685
RENAULT ZOE6076
RENAULT TWINGO5625
HYUNDAI KONA2438

A noter qu'à partir du 1er juillet 2022, le bonus pour les véhicules électriques de moins de 45 000 € va être amputé de 1000 € pour se situer à 5000 €. Pour les véhicules entre 45 000 et 60 000 € en prix de vente, le bonus de 2000€ passera à 1000 €. De même pour le bonus pour les véhicules à hydrogène vendus plus de 60 000 € (1000 € de bonus). A voir ce que cela va donner sur les ventes dans les mois qui suivront. Le marché est sans doute largement assez mûr pour voir une baisse des seuils de déclenchement comme ramener à 40 000 € le prix de vente pour un VE pour obtenir le bonus maximal. Pour autant, ce bonus de 6000 € pourrait être prolongé encore de plusieurs mois...

Pour les constructeurs, ces VE sont un double bénéfice. Déjà, il permettent de fortement baisser les moyennes d'émissions de CO2 et donc éviter les pénalités européennes sur manquement d'objectifs (loi CAFE européenne). Mais, en plus, ils ont une plus forte marge et ont, comme les SUV huppés, tendance à être favorisés dans l'octroi des fameuses puces dont l'approvisionnement est tendu. Tant que le marché global n'a pas retrouvé de sa superbe, on devrait avoir un marché du VE à plus de 10% de part de marché.

Pour résumer

Le marché électrique en France continue de croître avec +33% au mois de mai 2022. Les groupes automobiles français tirent leur épingle du jeu en trustant les premières places du classement. 12% de part de marché, l'électrique résiste mieux à la crise que le thermique. La Dacia Spring fait la course en tête sur l'année.

Thibaut Emme
Rédacteur
Thibaut Emme

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.