par Nicolas Anderbegani

Lotus dévoile sa plateforme EV, dont profitera Alpine

Sortie cette année, la Lotus Emira est le baroud d’honneur des sportives thermiques au sein du constructeur « anglais », propriété du chinois Geely, qui a entamé sa conversion au 100 % électrique avec un vaste projet de 4 plateformes. La supercar électrique Evija de 2000 chevaux a déjà annoncé la couleur, voici l'étape suivante.

Zapping Le Blogauto Essai Dacia Jogger

Rester "léger" malgré l'électrification

Lotus a présenté en première mondiale la nouvelle technologie de châssis léger qui sous-tendra la voiture de sport électrique de la gamme. La nouvelle structure baptisée E-Sports a été développée dans le cadre du projet LEVA (Lightweight Electric Vehicle Architecture), annoncé en octobre dernier par Lotus pour développer de toutes nouvelles structures légères pour les véhicules électriques à batterie de nouvelle génération.

Fidèle à sa philosophie du « light is right », Lotus indique que la structure arrière est 37 % plus légère que celle de la Lotus Emira V6. De quoi compenser l’inévitable embonpoint des batteries ? La technologie de châssis léger du projet LEVA, qui fait la part belle à l’aluminium, est présentée lors de l'événement Low Carbon Vehicle organisé par Cenex, le centre d'excellence britannique pour les piles à faible émission de carbone et les piles à combustible, ces 22 et 23 septembre.

Modularité poussée

Cette plateforme, modulable, pourra donc proposer des longueurs d'empattement, des tailles de batterie et des configurations variables. Les trois configurations comportent un sous-châssis arrière léger, moulé sous pression, et plusieurs composants interchangeables. Cela signifie qu'une seule architecture de véhicule peut accueillir deux types de configurations de batterie différents :

AMÉNAGEMENT DU VÉHICULEEMPATTEMENTTAILLE / CONFIGURATION  BATTERIEPUISSANCE MAXIMALE BATTERIEDISPOSITION  / PUISSANCE MAX
Deux places2470 mm Minimum8 modules / « chest »66,4 kWhSimple / 350kW
Deux placesPlus de 2 650 mm12 modules / « chest »99,6 kWhDouble/ 650kW
2+2Plus de 2 650 mm8 modules / dalle66,4 kWhSimple / 350 kW ou Double / 650 kW

- La disposition "Chest" (poitrine littéralement, ou coffre plus exactement ici) dispose les modules empilés verticalement derrière les deux sièges. Une disposition en « bloc d'alimentation central » est destinée aux  voitures de sport / hypercars où une faible hauteur de caisse et un centre de gravité bas sont requis, et comme on le voit sur l'hypercar électrique Lotus Evija. L’idée est donc de proposer un comportement ressemblant à celui de berlinettes sportives classiques à moteur en position centrale/arrière. La LEVA « Chest » peut accueillir deux packs de batteries. L’un à 8 modules (66,4 kWh) et l’autre à 12 modules (99,6 kWh). Dans le premier cas, l’empattement est au minimum de 2470 mm et la plateforme ne peut accueillir qu’un seul moteur pour une puissance de 350 kW maximum. Pour la seconde option, l’empattement est au minimum de 2650 mm et elle offre le choix entre 1 ou 2 moteurs avec des puissances maximales respectives de 350 et 650 kW.

- La disposition  dite "Slab" est bien connue, puisque elle est souvent surnommée configuration dite de «  planche à roulettes », où les modules sont intégrés horizontalement sous le plancher. Ceci est le plus approprié pour les véhicules où une hauteur de caisse plus élevée et un profil global plus grand sont requis.  Cette configuration permettra d’embarquer 8 modules et se destine à des modèles 2+2 qui bénéficieront d’une capacité maximale de 66,4 kWh. Elle pourra exploiter 1 ou 2 moteurs avec des puissances respectives de 350 ou 650 kW au maximum, soit la bagatelle de 884 chevaux.

Le nouveau sous-châssis innovant comprend des cellules de batterie cylindriques pour une densité d'énergie élevée. Le durcissement à froid, le collage par points et les procédés de soudage avancés ont pour objectif sur le papier de réduire l'impact envrionnemental de la production. Déjà au cœur de la conception de l’Elise, lancée en 1996, l’aluminium sera encore employé massivement. Les deux projets portent d’ailleurs la patte du même ingénieur, Richard Rackham. Mais ici les parties boulonnées ont été éliminées, tandis que les accumulateurs seront intégrés directement dans la structure.

Ce degré unique de flexibilité et de modularité dans les solutions d'empattement et de propulsion sera la genèse d'une grande variété d'applications de véhicules électriques. On pense tout de suite à Alpine, qui a conclu un accord avec Lotus en début d’année et qui reprendra cette plateforme pour le développement de la remplaçante de l’A110, prévue à l’horizon 2026. Par contre, les schémas montrent un dispositif des électromoteurs uniquement disposé à l’arrière. Serait-ce à dire qu’il n’y aura pas de transmission intégrale ? Les rumeurs tablaient sur une future berlinette Alpine  avec une variante dotée d'un troisième moteur sur le train avant. Attendons de voir...

Pour résumer

Sortie cette année, la Lotus Emira est le baroud d’honneur des sportives thermiques au sein du constructeur « anglais », propriété du chinois Geely, qui a entamé sa conversion au 100 % électrique avec un vaste projet de 4 plateformes. La supercar électrique Evija de 2000 chevaux a déjà annoncé la couleur, voici l'étape suivante.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.