L'Etat veut aider financièrement le covoiturage quotidien
par Thibaut Emme

L'Etat veut aider financièrement le covoiturage quotidien

Le Ministère de la Transition écologique et solidaire, chargé des Transports, officialise des mesures de soutien au covoiturage quotidien.

Zapping Le Blogauto Essai DS3 E-Tense 2023

Plusieurs décisions d'aide au covoiturage ont été officialisées ce samedi 6 juin. Prévues par la loi LOM (loi d'orientation des mobilités), ces aides devraient faire baisser artificiellement le prix d'une place de passager.

"Afin de rendre nos déplacements plus vertueux et lutter contre l'usage individuel de l'automobile, Elisabeth Borne, ministre de la Transition écologique et solidaire, et Jean-Baptiste Djebbari, secrétaire d'Etat chargé des Transports, poursuivent la mise en place d'un cadre favorisant le déploiement du covoiturage au quotidien" selon le ministère.

Deux décrets sont parus au Journal Officiel du samedi 6 juin 2020. Le premier décret officialise la possibilité pour une collectivité locale de subventionner les déplacements en covoiturage quotidien. Il précise également les limites de la subvention : "l'allocation versée au conducteur par une autorité organisatrice (...) ne peut excéder les frais de déplacement engagés par celui-ci".

Ces frais, fixés par le code des transports (Art. R. 3132-1.) comprennent l'usure du véhicule (dépréciation, entretien, etc.), le carburant, les éventuels péages ainsi que les éventuels frais de stationnement. En clair, un conducteur qui fait du covoiturage ne peut théoriquement pas gagner de l'argent en faisant un trajet.

Cependant, le deuxième décret permet, pour les déplacements de moins de quinze (15) kilomètres de déroger à ces limites, tout en limitant à deux déplacements par jour, par conducteur.

Ces aides, ce sont principalement certaines régions qui veulent les mettre en place. L'Ile-de-France par exemple veut encourager le covoiturage du quotidien sur les trajets domicile-travail. En province, l'agglomération de Nantes s'est aussi montrée intéressée. Il faut dire que la zone urbaine est très chargée en termes de trafic routier avec des bouchons réputés (dans le mauvais sens) malgré des transports en commun nombreux.

Le Gouvernement vise les 3 millions de "covoitureurs" d'ici 5 ans contre 1 million actuellement. Les plateformes qui permettent aussi le covoiturage quotidien attendent ces aides pour développer leur business. Elles reconnaissent que le covoiturage du quotidien n'est pas rentable pour elles en l'état actuel.

Notre avis, par leblogauto.com

Le covoiturage quotidien subventionné, c'est après tout une incitation comme une autre pour éviter ce que l'on appelle "l'autosolisme" (être seul dans son véhicule pour aller ou revenir de son travail). Mais, cela pourrait avoir un effet rebond comme à chaque fois.

En gros, en subventionnant un trajet en voiture, les collectivités pourraient détourner des utilisateurs des transports en commun. Ces utilisateurs justifieront alors le maintien d'un trajet en voiture au lieu d'en supprimer un ou deux. Cet effet rebond a été constaté avec le covoiturage sur longue distance avec des trajets qui n'auraient pas eu lieu si le covoiturage n'avait pas été en place. Il ne faudrait pas que l'effet contraire prenne le pas sur l'effet positif.

Enfin, subventionner un trajet privé, en véhicule particulier thermique n'est pas très durable. A la fin de la subvention, la collectivité ne possède pas un TC de plus par exemple. Il risque de falloir subventionner "sans fin" le covoiturage. Et cela se fera immanquablement via les impôts locaux.

Vous cherchez un véhicule d'occasion ?

Retrouvez des milliers d’annonces sélectionnées pour vous aider à trouver le bon véhicule d’occasion.
Podcast Men's Up Life
 

Pour résumer

Le Ministère de la Transition écologique et solidaire, chargé des Transports, officialise des mesures de soutien au covoiturage quotidien.

Thibaut Emme
Rédacteur
Thibaut Emme

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.