par Thibaut Emme

Continental : 700 ex-salariés gagnent aux Prud'Hommes

Les "Conti", salariés de l'entreprise Continental de Clairoix près de Compiègne (Picardie), avaient fait les unes des médias en 2009 lors d'un conflit avec le groupe Allemand. Le Conseil de Prud'Hommes vient de déclarer leurs licenciements illégaux et de condamner le manufacturier.

Zapping Le Blogauto Essai de la Megane e tech

"Défaut de motif économique et non-respect des obligations de reclassement"

Après le conflit de 2009 (qui avait vu la préfecture être saccagée par des salariés outrés par le comportement de leur employeur), Continental avait fermé l'usine de Clairoix à la fin mars 2010. Arguant d'un contexte économique défavorable, Continental avait usé (ou abusé si l'on en croit le jugement du jour) du licenciement pour motif économique pour les 1 120 salariés. 678 d'entre eux avaient alors décidé de poursuivre Continental et son principal actionnaire Schaeffler devant les Prud'Hommes.

"Continental a été condamné pour défaut de motif économique et pour non-respect de leurs obligations de reclassement. Cette victoire, c'est votre victoire à vous, vous avez enfin été récompensés, la société a été condamnée à tous les niveaux" a annoncé Me Alexandra Soumeire à près de 200 ex-Conti qui s'étaient réunis devant le Conseil de Prud’Hommes de Compiègne dans l'attente du jugement. Cette annonce a été accueilli avec joie et soulagement.

La crise comme prétexte à la délocalisation

Selon le Conseil de Prud'Hommes, Continental n'a même pas respecté un accord sur le temps de travail datant de 2007 qui prévoyait des assurances d'emplois maintenus sur le site jusqu'en 2012 en échange d'un retour aux 40 heures hebdomadaires. Contredisant totalement Continental qui jugeait pour sa part la fermeture comme inéluctable après la crise économique de 2008, les salariés considéraient que cette crise n'était qu'un prétexte  - "un effet d'aubaine" - pour délocaliser et produire moins cher.

"Ca fait du bien au moral, même si (...) on aurait préféré que notre usine soit toujours là" déclare, un brin amer, Xavier Mathieu, représentant CGT. Plus de 3 ans après la fermeture du site bon nombre de "Conti" sont toujours sur le carreau, gageons que les indemnités que chacun d'entre eux vont désormais toucher les aideront, au moins pour un temps. La condamnation de Continental fera-t-elle réfléchir Goodyear à amiens-Nord ?

Lire également : Goodyear confirme le projet de fermeture d'Amiens Nord (+réactions)

Continental Clairoix : des propositions de reclassement en Tunisie !

Source : AFP via Ouest-France, Photo : Continental

Pour résumer

Les "Conti", salariés de l'entreprise Continental de Clairoix près de Compiègne (Picardie), avaient fait les unes des médias en 2009 lors d'un conflit avec le groupe Allemand. Le Conseil de Prud'Hommes vient de déclarer leurs licenciements illégaux et de condamner le manufacturier.

Thibaut Emme
Rédacteur
Thibaut Emme

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.